Juif.org - Infos - Communauté Juive Juif.org : toute l'actualit矤'Israꪠet du monde Juif sous forme de news, vid讳, photos et d'opinions! Mon, 29 Aug 2016 09:00:57 +0200 http://www.juif.org Des Juifs syriens secrètement évacués vers les Etats-Unis - Juif.org

Trois des dernières familles juives de Syrie ont été réinstallés aux Etats-Unis après s'être fait passé pour des chrétiens pour entrer en Suède plus tôt cette année, a rapporté Point of No Return.

Les réfugiés juifs, au nombre de 13 dont 7 enfants, vivaient a Damas, au milieu d'une guerre civile qui fait rage depuis 2011.

Il y a quatre mois, les trois familles ont été acceptées en Suède tout en se faisant passer pour des arabes chrétiens. Les réfugiés ont été décrits comme parlant plusieurs langues et comme ayant réussis financièrement.

Récemment, les réfugiés ont été réinstallés discrètement à Louisville, dans l'état du Kentucky, suite aux efforts d'une synagogue locale qui a travaillé avec les autorités locales et fédérales pour faciliter leur venue.

Louisville a absorbé des milliers de réfugiés en provenance du Moyen Orient au cours des cinq dernières années. Elle est également le foyer d'une petite communauté juive florissante, avec cinq synagogues, un boucher casher et même un Kollel (école talmudique pour adultes).

Fri, 26 Aug 2016 09:40:02 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/214273,des-juifs-syriens-secretement-evacues-vers-les-etats-unis.php JW-NEWS-214273
Israël: une synagogue vieille de 2.000 ans retrouvée lors de fouilles en Galilée - i24 News

Des archéologues israéliens ont fait une découverte rare en Galilée la semaine dernière, en mettant au jour une synagogue qu'ils disent dater de la fin de l'ère du Second Temple, qui a pris fin en 70 av. J.-C., rapporte le site d'informations israélien Ynet.

La structure ancienne, qui se trouvait seulement à quelque dix centimètres sous terre, mesure neuf mètres de long et huit mètres de large.

Une équipe dirigée par le Dr Moti Aviam de l'Institut Kinneret a mené des fouilles pendant six ans à Tel Rekhsesh, un site archéologique que certains croient correspondre à la ville biblique d'Anaharath.

Dr. Aviam a déclaré à Ynet que c'est la première synagogue du genre à avoir été trouvée dans ce qui était autrefois un espace rurale, contrairement à une autre synagogue trouvée dans ce qui était à l'époque une ancienne ville. Il a précisé que la synagogue a été découverte sur un ancien domaine agricole, où vivaient plusieurs familles juives.

Mon, 15 Aug 2016 07:18:00 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/214131,israel-une-synagogue-vieille-de-2000-ans-retrouvee-lors-de-fouilles.php JW-NEWS-214131
9 Av : Destruction du Temple - Torah Box

Lorsque Nabuchodonosor se hissa au sommet du pouvoir, une voix céleste se fit entendre dans son palais et lui insuffla en ces termes : « Serviteur maléfique ! Va et détruis le saint Temple dont les fils rebelles ne témoignent que dédain à la parole de D.ieu ! »

Vers la conquête de Jérusalem

Nabuchodonosor, en proie à l'hésitation, ne sut vers quelle décision s'orienter.

Désireux d'une part d'affirmer sa puissance et conquérir Jérusalem ville fortifiée, et d'autre part saisi d'une crainte paralysante, il tenta de trouver des signes précurseurs qui lui révèleraient des indices de réussite.

Il tira une flèche au nom de Rome, mais celle-ci ne poursuivit pas sa course. Il fit une nouvelle tentative mais au nom d'Alexandrie cette fois, qui échoua à nouveau.

Un autre essai au nom de Jérusalem abouti cette fois : la flèche tirée pris son envole et poursuivit sa course sans interruption. Il élabora un signe supplémentaire : il sema des graines dans un champ au nom de Rome sans résultat. Il fit de même au nom d'Alexandrie, mais celle-ci échoua de la même façon. Lorsqu'il sema au nom de Jérusalem, les graines cette fois, se mirent à pousser. Poursuivant ce même procédé, il tenta d'allumer une torche au nom de Rome sans succès. Il en fut de même pour Alexandrie. Lorsqu'il renouvela sa tentative au nom de Jérusalem, la torche s'enflamma immédiatement.

Traduisant ces signes, Nabuchodonosor déduisit que la conquête de Jérusalem devenait désormais accessible.

Ainsi, au cours de la deuxième année de son règne (l'an 3321 après la création du monde), Nabuchodonosor assiège et fait capituler Jérusalem ainsi que son roi Joachim.

Ses habitants ne seront pourtant pas exilés, mais asservis et soumis aux paiements d'impôts.

En termes pratiques, Joachim continua de régner sur Jérusalem tout en étant inféodé à Nabuchodonosor. Cette situation perdurera pendant trois années. Au terme de la troisième année, Joachim décida de recouvrer l'indépendance du royaume de Juda en soumettant à son autorité les ministres nommés par Nabuchodonosor afin d'administrer le royaume de Judée. Joachim parvint à assoir sa rébellion en annulant les diverses impositions, et durant trois années le royaume de Juda recouvra son indépendance et ses libertés de décisions. Engagé dans d'autres campagnes militaires, Nabuchodonosor semblait indifférent face à la nouvelle situation qui s'établit en dépit de son autorité. Cependant, au terme de cette troisième année, il décida de venger son honneur défait.

Accompagné d'une armée puissante, il monta de nouveau vers Jérusalem où il écrasa la révolte. Dans sa fureur, il décida d'emprisonner Joachim et s'appropria une partie des ustensiles du Beth Hamikdach. Joachim, affaiblit par de nombreuses guerres, ne put surmonter cette épreuve et décéda dans les geôles de Nabuchodonosor. Celui-ci intronisa un nouveau roi en la personne de Jéoachim, fils du roi défunt.

Le siège de Jérusalem

Les prophéties de Jérémie commençaient à se réaliser graduellement. Vers la neuvième année du règne de Tsidkiyahou, Nabuchodonosor rassembla ses armées et se dirigea vers Jérusalem avec la ferme intension d'écraser la révolte.

Atteignant la ville de Ribla, il y établit ses campements. De nouveau, l'hésitation s'installa. L'idée qu'Hachem puisse lui réserver le même sort qu'à San'hérive évoqua en lui un sentiment de peur difficilement maîtrisable. Il décida finalement de déléguer à sa place le chef de ses armées Névouzardan, à qui il ordonna d'investir Jérusalem, muni de trois cent mille ânes chargés de barres de fer afin d'enfoncer les portes de Jérusalem.

Le 10 Tévet, Névouzardan assiégea Jérusalem, en encerclant la ville par son armée afin d'empêcher quiconque de prendre la fuite, où dans une autre mesure, de tenter un approvisionnement en matériel ou en nourriture.

Parallèlement, il tenta d'enfoncer les murailles de Jérusalem, mais sans succès. En effet, la destruction de la ville n'étant pas encore scellée par le décret divin, toutes les tentatives de Névouzardan allant dans ce sens restèrent vaines. L'immense quantité de barres de fer fournies par Nabuchodonosor se révéla être inefficace. Les barres se brisèrent au contact des portes lors de toutes les tentatives entreprises. Les soldats, dans une autre démarche visant à semer la destruction au sein-même de la ville, tirèrent leurs flèches et projetèrent des blocs de pierre, mais sans résultat. Il devenait dès lors évident que cette protection divine avait pour but de renforcer le peuple dans sa foi afin de l'amener à se repentir. Une multitude de grands guerriers composait la population de Jérusalem. Ils livrèrent une lutte sans merci aux Kassdim (Babyloniens) leur administrant des pertes importantes.

Parmi eux se trouvait 'Avika fils de Guivetari, un guerrier doté d'une force surhumaine.

En effet, lorsque les soldats de Nabuchodonosor catapultaient d'énormes blocs de pierre au-delà des murailles, 'Avika les interceptaient et les renvoyaient à nouveau sur les soldats, causant la mort d'un nombre important d'entre eux. Lorsque les attaques se multipliaient ainsi que le nombre de projectiles, il faisait alors usage de ses pieds afin de les récupérer.

Hélas, le poids des fautes scella son sort d'une mort tragique. Un vent violent le propulsa du haut des murailles provoquant une chute qui lui fut fatale.

Les atrocités du siège

Jérusalem fut sous l'emprise du siège durant un an et demi. Peu à peu les réserves de denrées alimentaires s'amenuisèrent, jour après jour la faim s'établie générant avec elle son lot de souffrances insoutenables. Bon nombre d'habitants ne supportèrent pas cette situation et moururent de faim. Lorsque les filles de Sion se rencontraient dans les allées du marché de la ville chacune d'entre elles posait la même question à sa conjointe : « Quelle est la raison de ta présence en ces lieux ? De tout temps, tu ne t'y es jamais rendu ! »

L'autre répondit : « La faim sévit cruellement, cela m'est insupportable ; je me suis donc rendue au marché dans l'espoir d'y trouver quelque nourriture ». De telles scènes devenaient désormais courantes, les femmes en quête de nourriture se tenaient par le bras, chancelantes et affaiblies par la faim elles achevaient leur parcours en s'effondrant sur des piliers, avant de décéder. Rejoignant leur mère afin de recevoir d'elle de la nourriture, les jeunes enfants, en bas âge, n'ayant pour réponse que le silence, s'éteignirent à leur tour en s'effondrant sur les cadavres de leur mère. Une des atrocités de cette époque peut s'illustrer parfaitement par l'évènement suivant : une mère de trois enfants, dont les deux plus âgés furent enrôlés au combat, accomplit un acte abominable. Se voyant condamnée à mourir de faim ainsi que ses deux grands enfants, elle fit cuire dans une marmite son bébé afin de sauver les ainés d'une mort certaine. Lorsqu'ils commencèrent à manger, les frères distinguèrent qu'il s'agissait là de la main de leur jeune frère. Terrassés par la douleur et l'effroi, ils se jetèrent du haut du toit de leur demeure mettant ainsi fin à leurs jours. Dans sa douleur, la mère hurla : « Celui qui récolte dans les champs y maintient les plans, de même celui qui vendange sa vigne y maintient les ceps ; mais moi il ne me reste plus rien ! J'ai été livrée aux mains de Nabuchodonosor comme un agneau destiné à l'abattoir ! »

C'est l'objet du verset que nous récitons lors des lamentations, dans la Méguila Èkha : « De leurs propres mains, de tendres femmes ont fait cuire leurs enfants pour s'en nourrir » (Lamentations Chap. 2, vers. 10).

Jérusalem s'effondre

Durant la période du siège qui dura une année et demie, Névouzardan échoua dans sa tentative de conquérir Jérusalem. Miné par l'échec et cédant au désespoir, il se prépara à lever le siège de la ville envisageant le retour vers Babel. Mais la providence divine en décida autrement. Celle-ci fit en sorte que Névouzardan décida de mesurer la muraille de la ville, qui, à son grand étonnement, présenta une inclinaison de deux Téfa'h et demi (environ 20 cm). Il renouvela chaque jour le même procédé ; le résulta s'avéra identique que les fois précédentes. L'imposant édifice devenait chancelant. En effet, quelques jours plus tard la muraille s'affaissa permettant à la myriade de soldats de Nabuchodonosor, de pénétrer dans la ville. Le neuf Tamouz, correspondant à la onzième année du règne du roi Tsidkiyahou, une voix céleste ordonna à Névouzardan en ces termes : « Sors et prends possession de Jérusalem, car voici venu le moment de sa destruction ; rien n'y échappera, ni le Beth Hamikdach ni même le Hékhal, que les flammes consumeront ».

Il ne resta à Nevouzardan de l'infime quantité de barres de fer qu'une pièce unique. Cette fois, dès le premier coup, la muraille s'effondra permettant ainsi à la meute de soldats ennemis de pénétrer au centre de la ville.

Lorsque le Beth Hamikdach devient la proie des flammes

Au moment où devait s'accomplir le décret divin scellant le sort du Beth Hamikdach entre désolation et dévastation, Hachem ne désirait maintenir la présence du prophète Jérémie à Jérusalem et l'enjoignit à se rendre dans sa ville, 'Anatote. Peu de temps après, un ange descendît des cieux et déposa ses pieds sur les murailles les réduisant en un amoncellement de pierres. Il lança l'appel suivant : « Que les ennemis prennent place au sein de la demeure délaissée par son gardien »

La date du 7 Av marquera un tournant décisif pour le peuple juif. En effet, dès lors, l'ennemi pénétra dans le Hékhal du Temple, profanant et dévastant systématiquement, durant trois jours entiers. Ils installèrent sur le mont du Temple le siège de leur assemblée, et se rendirent au lieu où le roi Salomon tenait conseil avec les sages de la grande assemblée quant aux façons de parer le Beth Hamikdach. Sur cette place même, l'ennemi se réunit débattant des moyens à mettre en oeuvre afin de dévaster par les flammes le saint Temple.

Échangeant des suggestions diverses, il furent soudainement interrompus dans leur réflexion à la vue de quatre anges descendant du ciel portant quatre torches qu'ils déposèrent aux quatre coins du Temple qui devint aussitôt la proie des flammes. Ce dernier épisode, qui venait de consacrer la perte de la valeur suprême du peuple d'Israël, allait devenir l'un des évènements central pour les générations à venir. Il se déroula le jour du 9 Av avant la tombée de la nuit et se prolongea toute la journée du 10 Av. Une euphorie empreinte d'un sentiment d'orgueil saisit Névouzardan ; finalement, le coeur du peuple juif, en l'occurrence le saint Temple, venait d'être réduit en un amoncellement de cendres. Une voix céleste lui déclara à cet instant précis : « Un peuple agonisant tu as annihilé, un Hékhal consumé tu as incendié, et de la farine moulue tu as concassé. En d'autres termes, tu te dois de réaliser que cette situation n'est que la conséquence du décret divin et non pas celle de ton action. »

Car pour toi nous avons été sacrifiés

Lorsque le Cohen Gadol vit le Temple se consumer, il tenta de prendre la fuite, mais les soldats postés à l'extérieur le saisir et l'égorgèrent sur l'autel des sacrifices. Devant cette scène effroyable qui s'offrit à elle, laissant place à la douleur, la fille du Cohen Gadol s'écria : « Ah mon cher père, prunelle de mes yeux ! » Ils se saisirent d'elle également et l'égorgèrent sur l'autel, son sang se mélangeant avec celui de son père.

Par la suite, un groupe de jeunes Cohanim se rassemblèrent, avec en leur possession les clés du Hékhal. Ils montèrent sur le toit du Hékhal et s'adressèrent à Hachem en ces termes : « Maître du monde, étant donné que nous n'avons pas eut le mérite d'être les représentants fidèles de Ta parole, puissent ces clefs être reprises par Toi ! » Ils lancèrent les clefs en direction des cieux, et à ce moment-là une main sortit du ciel afin d'en prendre possession. Ils se jetèrent ensuite dans les flammes, sanctifiant ainsi le nom divin.

La scène du Beth Hamikdach ployant sous un feu dévastateur fut insoutenable pour les Cohanim et les Léviim. Saisissant leur harpe ainsi que leur trompe, ils se jetèrent également dans les flammes. Suivant le même exemple, de nombreuses filles vierges d'Israël sacrifièrent leur vie échappant ainsi aux tortures de l'ennemi.

Destruction du second Temple

L'édification du Beth Hamikdach

Cinquante deux années s'écoulèrent sonnant le glas de la désolation en terre d'Israël.

La promesse du Saint béni soit-Il de rebâtir Son saint Temple finit par s'accomplir.

La providence fit en sorte que le roi Koresh (dominant l'ensemble de la région à cette époque) décréta l'expulsion de l'ensemble de la population juive vers Jérusalem.

Dix-huit ans après (soit 70 ans après la destruction du premier Temple), sous la direction de Darius roi de perse (fils de la reine Esther), fut bâti le second Temple.

Une immense joie accompagna le déroulement de son édification jusqu'à l'ultime instant de son inauguration le 3 Adar où les Léviim, prenant place sur les estrades du Temple, galvanisés, entonnèrent le cantique de la dédicace du Temple, repris à l'unisson par l'ensemble du peuple. Sur le conseil des prophètes, les enfants d'Israël célébrèrent les 7 jours de Milouïm institués par Moché le jour de l'édification du sanctuaire divin. Dès lors fut restauré le service des Cohanim ; quant aux Léviim, ils continuèrent d'entonner leurs cantiques et de jouer leurs mélodies sans interruption.

Pourtant, cette allégresse restait empreinte d'une tristesse relative car le degré d'élévation du second Temple ne semblait correspondre à celui de son prédécesseur. En effet, cinq attributs majeurs lui faisaient défaut : l'esprit divin n'y résidait pas, l'arche sainte était absente, elle fut effectivement dissimulée par le prophète Jérémie sur le mont Nébo peu avant la destruction du premier Temple. A sa place, l'on déposa une grande pierre sanctifiée à l'époque du roi David et du prophète Samuel. Sur elle reposa l'arche durant le règne du roi Salomon ; elle fut surnommée Even hachtia (pierre de Fondation). Les Ourim Vetoumim (le pectoral du Cohen Gadol) ne transmettaient plus la parole divine comme lors du premier Temple. Le feu divin présent sur l'autel ne consumait plus les sacrifices, si n'y étaient pas préalablement déposés des bois qui assuraient leur embrasement. Tel procédé n'avait aucunement lieu d'être lors du premier Temple. Enfin, l'huile d'onction fut le dernier élément manquant. Cette huile préparée par Moché Rabbénou servit pour l'onction de l'arche sainte et de ses ustensiles, et pour les fils d'Aharon le grand prêtre, durant les 7 jours de Milouïm, aux cours desquels furent oints de grands prêtres et rois. Cette même huile d'onction restera d'usage dans le futur à venir.

Tes destructeurs et tes dévastateurs naquirent en ton sein

Vespasien entama le siège de Jérusalem. Néanmoins, un élément qu'il n'avait pas pris en compte vint entraver ses visées expansionnistes. En effet, la solidité des murailles ainsi que la complexité de leur assemblage constituaient autant de facteurs dissuadant toute attaque.

Désabusé, il entreprit d'encercler la ville dans sa totalité dans l'espoir de briser ainsi tout élan de résistance de la part de la population. Tel était donc le bilan d'une pareille situation : la ville se voyait assiégée, les allées et venues anéanties.

Les Sages de la Torah siégeant à Jérusalem envisagèrent une solution pacifique afin d'éviter le pire. Ils déclarèrent ainsi : « Sortons et concluons un accord de paix avec les romains ! » Mais Jérusalem comptait en son sein quelques factions composées d'éléments aux imposantes carrures qui n'envisageaient en aucun cas quelque reddition que ce fut. « Sortons et livrons combat aux romains ! » proclamèrent-ils. Les sages d'Israël, avec à leur tête Yo'hanane ben Zakaï, étaient opposés à une telle démarche. Les contingences actuelles s'avéraient défavorables à une quelconque résistance armée. Les sages comprenaient parfaitement que toute tentative de lutte était vouée à l'échec et n'entrainerait qu'un bain de sang inutile. Les opposants abusés par leur attitude rebelle placèrent le long des murailles une imposante garde afin de dissuader toute personne tentée de sortir et de nouer un pacte de paix avec les romains.

Cependant, lorsque cette situation perdura, ils décidèrent de franchir une étape nouvelle dans leur stratégie de résistance à l'ennemi : ils incendièrent tous les entrepôts de blé et d'orge, afin de pousser les habitants de Jérusalem à l'insurrection. Cet acte précipité n'eut que pour unique conséquence l'instauration d'un état de famine aux proportions démesurées.

Les murailles de Jérusalem s'effondrent

Vespasien, en devant se rendre à Rome pour prendre possession du pouvoir, désigna son fils Titus afin de conquérir Jérusalem. Le lendemain de la fête de Pessa'h, la troisième année ... débuta l'invasion romaine. Titus entreprit dans un premier temps l'enfoncement des murailles à l'aide de béliers en acier constitués à partir de poutres de bois dont l'extrémité était enduite d'acier épais. La puissance de leurs coups désagrégeait peu à peu la solidité des murailles. Sur les côtés, étaient disposées de redoutables catapultes qui projetaient des rochers d'un poids de 35 kg sur une distance de 300 mètres. Titus utilisa également une sorte de « perceuse de murailles », engin en acier qu'il était possible de faire graviter à vive allure dans la roche, et qui devait percer les murailles.

Néanmoins, Titus ainsi que ses soldats étaient pleinement conscients que par voies naturelles toutes ces machines de guerre restaient totalement obsolètes. Mais le poids des fautes entraîna la destruction de la ville. Ainsi, le 7 Iyar Titus parvint à fendre la muraille extérieure (surnommée la « troisième muraille ») de Jérusalem. Lorsque la muraille s'éventra il s'exclama : « D.ieu guerroie pour nous, seule la main redoutable de D.ieu a expulsé les juifs de ces murailles imprenables. Que peuvent tenter de faire les mains de l'homme ainsi que ses machines de guerre face à de telles forteresses ?! »

Les jours qui suivirent, Titus ainsi que ses généraux élaboraient un nouveau plan concernant la deuxième muraille ; ainsi, quelques jours après, celle-ci céda également.

Une seule muraille demeurait imprenable et continuait d'assurer la protection du mont du Temple. Celle-ci étant davantage renforcée, servit de socle pour l'édification du « fortin Antonia », qui se distinguait par sa robustesse et se situait entre le nord et l'ouest du mont du Temple servant ainsi de rempart protecteur pour l'ensemble de la ville.

Vers le début du mois de Tamouz, les romains entamèrent la conquête de la dernière muraille. Ils devaient faire face à une résistance farouche. Les dissensions qui jadis minaient le peuple s'effacèrent devant l'union à la résistance. Les habitants livrèrent un combat sans merci, mais le sort de Jérusalem était définitivement scellé ; le 17 Tamouz le rempart d'Antonia fut totalement détruit, libérant la voie vers le mont du Temple.

La maison de D.ieu devient la proie des flammes

Néanmoins, il n'est point de sagesse, ni de conseil, et ni de bravoure face aux décrets divins.

Un soldat romain s'approchant des ailes situées sur le flan nord du Temple réussit à s'élever sur l'une des fenêtres et à projeter une torche qui embrasa très rapidement l'ensemble du Beth Hamikdach. Les tentatives les plus audacieuses visant à éteindre le feu échouèrent, et cela au prix même de leurs vies ; le décret était désormais scellé.

Le 9 et 10 Av de gigantesques flammes déployaient leurs tentacules vers les cieux, emportant avec elles les cris des enfants de Sion dont le coeur ne pouvait supporter la vue d'un pareil opprobre fait à la maison de D.ieu ; ainsi, une multitude d'entre eux préférant la mort à un tel supplice moral se jetèrent au travers des flammes.

Les romains parvenant finalement à pénétrer au sein du Temple, passèrent par le glaive les premières victimes se trouvant sur leur passage ; tout en impurifiant le sanctuaire de D.ieu, ils s'acharnèrent à propager le feu aux moindres recoins. Jérusalem fut détruite jusqu'à ses fondements ; une population en grande partie décimée par la férocité de l'ogre romain ainsi que des survivants que l'on acheminait vers les geôles de César, autant d'éléments qui traduisaient l'ampleur d'une situation où le néant régnait en maître. Ni l'amoncellement de ruines, ni les tunnels souterrains n'offrirent de caches suffisamment fiables à la population ; les romains parvinrent à débusquer la quasi-totalité des fuyards.

Les chefs de la rébellion périrent également lors des combats ; Yo'hanane de Gouch 'Halav brisé et en proie à l'épuisement dû à la faim ainsi qu'à l'usure d'une guerre qui semblait ne jamais s'achever, sortit de sa grotte pour tomber entre les mains de l'ennemi. Shimon Bar Guiora tenta lui de fuir par un tunnel aboutissant à l'extrême opposée de la ville mais fut également fait prisonnier. Ces deux symboles de la rébellion juive devaient connaître le même sort que leurs concitoyens ; ils furent embarqués à bords de vaisseaux en direction de Rome.

Sat, 13 Aug 2016 20:11:51 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/214118,9-av-destruction-du-temple.php JW-NEWS-214118
Saint-Etienne-du-Rouvray: des musulmans danois prêts à enterrer Kermiche - Le Figaro Un groupe musulman danois s'est dit hier prêt à enterrer Adel Kermiche, l'un des deux assassins d'un prêtre français tué le 26 juillet, si les musulmans de France s'y refusent par peur de "salir l'islam". La proposition est venue du président du Fonds islamique danois pour les enterrements, Kasem Said Ahmad, qui a déjà organisé l'enterrement d'un djihadiste danois d'origine palestinienne, Omar El-Hussein, auteur de deux attentats à Copenhague en février 2015. Tout en condamnant comme "contraire à l'islam" le meurtre du père Jacques Hamel, 85 ans, égorgé dans l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, M. Ahmad a affirmé au quotidien Jyllands-Posten qu'il était "inadmissible" de la part de musulmans de refuser les rites mortuaires à un coreligionnaire. "C'est un droit de l'homme d'être enterré, quoi qu'on ait fait", a-t-il expliqué. "Si nous recevions une demande de la part de la famille pour l'enterrer, nous le ferions (...) S'ils veulent transporter son corps ici, il peut être enterré au Danemark dans le cimetière musulman" de Brondby. Interrogé par l'AFP sur les éventuelles modalités d'un tel enterrement, le Fonds n'a pas souhaité répondre. M. Ahmad avait invoqué "un soutien à la famille" quand il s'était occupé de l'enterrement d'Omar El-Hussein, qui avait tué un réalisateur danois et un juif qui gardait l'entrée de la synagogue de Copenhague. La cérémonie avait attiré quelque 500 personnes. Adel Kermiche apparaît rejeté par la communauté musulmane de Saint-Étienne-du-Rouvray. Elle s'est associée aux hommages au père Hamel, dont les funérailles ont été célébrées mardi en la cathédrale de Rouen. "On ne va pas salir l'islam avec cette personne", a affirmé à l'AFP le responsable de la mosquée située sur les hauteurs de la ville, Mohammed Karabila. "Nous ne participerons ni à la toilette mortuaire, ni à l'inhumation". LIRE AUSSI : » La délicate question de l'enterrement des terroristes » Adel Kermiche, un ado perturbé devenu terroriste » «Fou», «ordinaire», les mots des voisins d'Adel Kermiche Thu, 04 Aug 2016 11:04:01 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/214004,saint-etienne-du-rouvray-des-musulmans-danois-prets-a-enterrer.php JW-NEWS-214004 Polémique après l'"oubli" des victimes juives des attentats dans une tribune de musulmans - Le Figaro Plusieurs responsables juifs ont critiqué aujourd'hui l'"oubli" de la mention des victimes des attentats de Toulouse en 2012 et de l'Hyper Cacher en 2015 dans une tribune de Français musulmans publiée hier dans le JDD. Dans cet appel intitulé "Nous, Français et musulmans, sommes prêts à assumer nos responsabilités", une quarantaine de personnalités - dont le philosophe Abdennour Bidar, l'essayiste Hakim El Karoui et la sénatrice PS Bariza Khiari - se disaient "concernés par l'impuissance de l'organisation actuelle de l'islam de France, qui n'a aucune prise sur les événements".  Le texte débute par une énumération de plusieurs récentes attaques jihadistes en France: "après l'assassinat de caricaturistes, après l'assassinat de jeunes écoutant de la musique, après l'assassinat d'un couple de policiers, après l'assassinat d'enfants, de femmes et d'hommes assistant à la célébration de la fête nationale, aujourd'hui l'assassinat d'un prêtre célébrant la messe...". Il n'évoque pas les victimes de Mohamed Merah à Toulouse et Montauban en 2012, ni celles de l'Hyper Cacher en janvier 2015. Dans un communiqué, le Crif "note avec inquiétude" cet "oubli lourd de sens", qui constitue selon lui "un affront à la mémoire des huit victimes de ces deux attentats, qui ont été ciblées par le terrorisme parce que Juifs". Fustigeant la "mémoire sélective" des signataires de la tribune, le Crif estime que cela "empêche surtout de comprendre toutes les dimensions du terrorisme islamiste auxquelles la France est aujourd'hui confrontée" et demande à ses auteurs d'"apporter la clarification nécessaire sous peine d'entacher l'utilité de leur démar che". L'UEJF "s'alarme de l'effacement du problème de l'antisémitisme" dans l'appel. "Si je ne doute pas des bonnes intentions des auteurs de cet appel, je ne m'explique pas leur indifférence face à l'antisémitisme, qui est pourtant une composante essentielle de l'islamisme radical", affirme le président de l'UEJF, Sacha Reingewirtz, dans un communiqué. Interrogé ce matin sur Europe 1, Amine Benyamina, l'un des signataires, s'est défendu devant ce "faux procès": "ça a été l'effet Charlie mais ça a pas été précisé (...), ils (les auteurs de la tribune, NDLR) ne sont absolument pas attaquables, ils sont au-dessus de tout soupçon de choix des victimes". "Nous, Français et musulmans tenons à dire avec la plus grande clarté que nous ne faisons aucune différence entre les victimes du terrorisme aveugle qui frappe notre nation depuis de nombreux mois", a expliqué pour sa part Bariza Khiari sur son mur Facebook. "Que l'oubli ait été conscient ou non, l'absence de mention des drames de Toulouse et de l'Hyper Cacher (...) est grave et douloureux", a estimé pour sa part le grand rabbin de France, Haïm Korsia. "J'ai appelé dès hier (dimanche) plusieurs des signataires pour leur faire part de la blessure qui fut la mienne et celle de la communauté juive à la lecture de ce texte", a-t-il précisé, en tenant à "saluer les réactions individuelles de certains signataires qui ont tenu à clarifier leurs propos, en particulier la sénatrice Bariza Khiari". Mon, 01 Aug 2016 14:04:01 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/213955,polemique-apres-l-oubli-des-victimes-juives-des-attentats-dans-une.php JW-NEWS-213955 La fin du monde en 2017 ? Les prédictions troublantes d’un rabbin d’il y a 800 ans ! - JSS News

N’oubliez pas qu’en Israël, le machia’h (messie qu’attend le peuple juif) serait au « coin de la rue » pour une majorité de la population, comme aime à le répéter Rav Ron Chaya par exemple ; Cette vision apocalyptique imminente du peuple juif impact fortement le reste du monde, car j’ai découvert une corrélation directe, semble-t-il, entre cette vision apocalyptique imminente du peuple juif (dont notamment le sionisme messianique) , et un grand nombre de prédictions apocalyptiques que l’on peut voir ici et là , et donc maintes prédictions sur le sujet de la fin des temps ressurgissent en ce moment : je ferai un long papier sur le sujet…

Un rabbin du douzième siècle a prédit l’avenir d’Israël. Maintenant, ses prophéties concernant le retour du Messie sont étudiées.

Judah Ben Samuel était un rabbin allemand légendaire et prolifique du douzième siècle qui a fait quelques prédictions étonnantes et spécifiques concernant l’avenir de Jérusalem et d’Israël qui se sont réalisées.

Judah Ben Samuel, également connu sous le nom de Judah he-Hassid (Juda le Pieux), a vécu et travaillé de la fin du douzième siècle jusqu’au début du treizième siècle, à Regensburg (Ratisbonne), et a été l’auteur d’un certain nombre de livres en langue allemande.

Ludwig Schneider, du magazine Israël Today, a traduit certains de ses travaux au cours des dernières années, y compris « Le Livre du Pieux – Sefer Hassidim » et le « Livre des calculs – Sefer Gematriyot ».

Après les croisades chrétiennes en Terre Sainte, entre 1096 et 1270, une correspondance régulière s’est développée entre les Juifs en Terre Sainte et les Chrétien de l’Occident. Ainsi, par exemple, les rabbins de Worms et de Regensburg en Allemagne savaient que les Ayyoubides de Saladin avaient dirigé en Terre Sainte depuis 1187.

Mon, 25 Jul 2016 10:08:43 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/213876,la-fin-du-monde-en-2017-les-predictions-troublantes-d-un-rabbin.php JW-NEWS-213876
Les Juifs de Nice ont peur - Juif.org

Jeudi, une semaine après l'attaque terroriste de Nice, des représentants des trois principales religions ont organisé une cérémonie commémorative et des prières.

Le media israélien Aroutz Sheva a parlé avec un membre éminent de la communauté juive de Nice afin d'entendre comment la communauté a vécu les derniers jours. N. est l'une des personnes responsables de la sécurité de la communauté juive de la ville et a demandé a ne pas être identifié par son nom durant cette période sensible.

"L'attaque a laissé la communauté juive en état de choc," a-t-il expliqué. "Elle a eu lieu proche de Shabbat et beaucoup de gens ne sont pas venus aux synagogues le lendemain matin. Les gens ont peur. C'est arrivé près de la communauté, près de la synagogue."

Avez-vous augmenté la sécurité dans les institutions juives ?

"Certainement. Shabbat dernier, ce Shabbat et pour l'avenir proche il y aura une augmentation de la sécurité. Le message est de continuer à vivre en tant que Juifs de France – pour donner un sentiment de sécurité, et bien entendu pour protéger les institutions."

En ce qui concerne les victimes de l'attaque, la communauté pleure le décès d'une femme, et dont la sœur est toujours dans un état grave et inconsciente. "Il y a une autre dizaine qui ont été blessés et leurs vies ne sont pas en danger. L'un d'eux est déjà rentré à la maison et nous espérons que les autres rentreront bientôt chez eux."

Immédiatement après l'attaque, la communauté s'est mobilisée pour prendre soins de ses membres. N. a parlé des consultations organisées par la communauté pour tous ceux qui se sont sentis dépassés par l'attaque. "Des dizaines de personnes sont venues participer et dire ce qu'elles ont vécu. Beaucoup de membres de la communauté ont vu les événements de près. Ils ont vu les victimes, tout. Ils sont en état de choc, en particulier les enfants qui gardent naturellement ces choses à l'intérieur. Nous poussons les enfants à prendre part, à parler, et cela aide."

Y a-t-il un sentiment de destin commun dans la communauté en raison de l'attaque ?

"Les gens sont très unis," a répondu N. de manière décisive, et dit comment, immédiatement après l'attaque, de nombreuses institutions communautaires ont reçu des appels pour savoir comment aider les personnes dans le besoin.

En conclusion, N. a demandé de souligner que "en tant que communauté, nous sommes toujours très unis et attachés les uns aux autres, et ceci est particulièrement vrai maintenant, après la tragédie. Mais nous sommes également très connectés aux habitants de la ville. Tout Nice est uni."

Fri, 22 Jul 2016 13:17:59 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/213859,les-juifs-de-nice-ont-peur.php JW-NEWS-213859
Découverte en Lituanie de la synagogue du Gaon de Vilna - Times of Israel

VILNIUS, Lituanie Une équipe internationale d'archéologues a déterré une partie du complexe qui abritait l'ancienne Grande synagogue de Vilnius, que les autorités soviétiques avaient détruite après la Deuxième Guerre mondiale.

Un étage souterrain d'un bâtiment appartenant au complexe qui accueillait la synagogue du 18e siècle a été exposé pour la première fois depuis 1957 ce mois-ci par des experts du Royaume-Uni, du Canada, d'Israël et de Lituanie, a annoncé mercredi à JTA le directeur d'un musée juif impliqué dans les fouilles.

 

« Nous ne savons pas encore exactement ce qui a été découvert car les analyses auront lieu dans les prochains mois », a déclaré Markas Zingeris, directeur du musée d'Etat du Gaon de Vilna.

Le complexe juif a une importance mondiale car il était le centre de l'une des plus grandes et des plus importantes communautés juives d'Europe de l'Est. C'était la base d'Elijah ben Solomon Zalman, génie rabbinique du 18e siècle, connu aussi sous le nom de Gaon de Vilna (Génie de Vilna).

Sun, 17 Jul 2016 20:11:39 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/213804,decouverte-en-lituanie-de-la-synagogue-du-gaon-de-vilna.php JW-NEWS-213804
Israël : de rares mosaïques bibliques découvertes dans une synagogue antique - Le Monde Juif

Des archéologues ont récemment mis à jour en Israël deux grandes mosaïques bibliques, dissimulées sous le sol d’une synagogue datant de l’ère romaine située sur le site de Huqoq, au nord de l’État israélien, rapporte National Geographic.

Les mosaïques découvertes célèbrent des passages majeurs de la Bible, tels que l’Arche de Noé et le passage de la Mer rouge par Moïse et du peuple hébreux pourchassé par les hommes du Pharaon.

Fri, 08 Jul 2016 14:31:33 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/213706,israel-de-rares-mosaiques-bibliques-decouvertes-dans-une-synagogue.php JW-NEWS-213706
Le rabbinat va privatiser la supervision de la cacherout - Juif.org

Dans le sillage des vives critiques formulées contre le système de supervision de la cacherout en Israël par la cour suprême, le grand rabbinat est en train de mettre au point un nouveau plan qui promet d'apporter des reformes substantielles. Le plan prévoit une privatisation de la supervision, le rabbinat renonçant ainsi à son contrôle total sur l'industrie afin de permettre aux entreprises privées supervisant la cacherout d'entrer sur le marché.

Dans l'état actuel des choses, le rabbinat accorde des certificats de cacherout et veille au respect des normes et à la loi. Ainsi, le rabbinat, un organe de l'état, gère essentiellement l'ensemble de l'industrie cachère lui-même. Dans le cadre du nouveau plan proposé, comme rapporté ce dimanche par la radio Galei Tsahal, le rabbinat se retirerait du rôle de régulateur, établissant les normes et les lois, mais pas de l'application ou de l'octroi de la certification proprement dite. Des entreprises de cacherout privées accorderaient la certification, sans être directement supervisées par le rabbinat.

Cette initiative est proposée à la suite des observations formulées par les juges de la cour suprême dans le cadre d'une décision concernant l'autorité du rabbinat sur les questions de cacherout. La cour a jugé que, en vertu des lois actuelles, les conseils du rabbinat et les conseils locaux ont en effet l'autorité totale et exclusive dans le domaine de la cacherout.

Parmi les critiques formulées par la cour suprême était le conflit d'intérêt inhérent au système actuel. Les superviseurs de cacherout ont leurs salaires souvent payés par les propriétaires de ces mêmes établissements qu'ils supervisent, créant une incitation pour assurer que l'entreprise réussisse, quel que soit le respect des normes de cacherout. En vertu du système privatisé, les superviseurs seront payés par les entreprises privées de cacherout, atténuant les conflits d'intérêts.

Le comité qui travaille actuellement sur le nouveau plan a été nommé par le grand rabbin David Lau et comprend le directeur général du rabbinat Moshé Dagan et le conseiller juridique du rabbinat Harel Goldberg. Le plan vise à réduire de façon drastique le rôle du rabbinat est donc proposé par un haut responsable au sein du rabbinat lui-même, n'était pas imposé par des sources extérieures.

Le plan actuel comprend des éléments de diverses propositions de reformes antérieures.

Le rabbinat a déclaré en réponse à Galei Tsahal que plusieurs alternatives pour la réforme du système de cacherout sont actuellement en cours d'examen.

Sun, 26 Jun 2016 09:36:13 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/213503,le-rabbinat-va-privatiser-la-supervision-de-la-cacherout.php JW-NEWS-213503
France: Joël Mergui réélu à la tête du Consistoire juif - i24 News

Joël Mergui a été largement réélu dimanche à la présidence du Consistoire central, l'instance de représentation religieuse du judaïsme français, première communauté juive d'Europe, à l'issue d'une campagne marquée par une candidature féminine inédite.

Le président sortant, 58 ans, a obtenu 156 voix contre 42 à Evelyne Gougenheim, 60 ans, première femme candidate à un tel poste à la tête d'une institution juive française, a-t-on appris de source proche du Consistoire. Il y a eu en outre cinq abstentions.

"Je vous demande de me donner la force et le pouvoir pour les quatre prochaines années", avait déclaré Joël Mergui, en fin de matinée devant l'assemblée générale du Consistoire central, mettant en avant son "expérience", selon un participant. Joël Mergui va ainsi faire un troisième mandat.

Sun, 19 Jun 2016 18:04:42 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/213423,france-joel-mergui-reelu-a-la-tete-du-consistoire-juif.php JW-NEWS-213423
De l’Espagne à Salonique, une tradition de Shavouot en voie de disparition est revisitée - Times of Israel

PHILADELPHIE – Surnommée « la reine d’Israël », Salonique était l’une des plus grandes villes juives qui aient jamais existé. Mélange de communautés juives, ce centre commercial était un paradis pour les juifs après les expulsions en 1492 d’Espagne et du Portugal. Dans cette communauté juive cosmopolite, les juifs espagnols et portugais prospéraient à nouveau et pouvaient maintenir leurs traditions et leurs coutumes séfarades.

L’une de ces coutumes était la cuisson d’un pain levé riche en lait pour chaque Shavouot, le plus connu étant « el pan de siete cielos », le pain des sept cieux.

Pendant 780 ans, « el pan de siete cielos » a été le plat emblématique de chaque fête de Shavouot, et les juifs de Salonique ont continué à cuire ce pain jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, quand la communauté a été presque complètement exterminée par les nazis. Aujourd’hui, seule une poignée de survivants peut se rappeler avoir mangé ce pain à leurs tables de fêtes et la tradition a presque péri.

Mon, 13 Jun 2016 08:05:11 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/213336,de-l-espagne-a-salonique-une-tradition-de-shavouot-en-voie-de.php JW-NEWS-213336
Chavouot : Israël est un peuple uniquement par sa Torah - Torah Box

La fête de Chavou'ot est la deuxième des grandes fêtes de pèlerinage, s'inscrivant après la fête de Pessa'h dans le circuit spirituel de l'année. Elle survient le lendemain de la clôture du compte du "omer et en constitue en quelque sorte l'apothéose. Le décompte du "omer, comme nous l'avons vu est l'occasion pour chacun d'entre nous d'entreprendre un travail de fond sur nos midot, qui constitue le terreau indispensable à la réception de la Torah.

Le jour de Chavou'ot, qui tombe en l'occurrence le 6 sivan, est également le jour de l'offrande des « chté halé'hem », des deux pains de blé, qui vient se rajouter à l'offrande de moussaf. Cette offrande se différencie nettement de l'offrande du "omer dans le sens où l'offrande du "omer était constituée d'orge. Or nos Maîtres nous enseignent qu'il ne s'agit pas là d'un hasard mais bien d'un changement porteur de sens : l'orge est une nourriture animale alors que le blé est une nourriture destinée à l'homme.

C'est là tout le sens à la fois du décompte du "omer et celui de la réception de la Torah ; nous aider à transformer et à élever notre âme animale, à savoir toutes les pulsions qui nous animent, pour l'amener à un niveau correspondant à la volonté d'Hachem.

Fri, 10 Jun 2016 14:49:29 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/213319,chavouot-israel-est-un-peuple-uniquement-par-sa-torah.php JW-NEWS-213319
L’ancien Grand rabbin Haïm Sitruck : « La Gay Pride israélienne, une tentative d’extermination morale du peuple d’Israël » - Le Monde Juif

L'ancien Grand rabbin de France, Haïm Sitruck, a qualifié vendredi la Gay pride (Marche des fiertés) de Tel-Aviv, de « tentative d'extermination morale du peuple d'Israël ».

« Mon coeur a saigné en apprenant la terrible nouvelle de l'organisation vendredi à Tel-Aviv de la Gay pride. La Torah qualifie l'homosexualité d'abomination et elle la considère comme un échec de l'humanité. Israël, par cette manifestation, se trouve rabaissé au rang le plus vil « , a fustigé l'ancien Grand rabbin dans sa chronique hebdomadaire sur RadioJ.

« La communauté me connaît bien. Je ne me suis jamais exprimé en des termes si radicaux et violents contre quelque chose. Mais là, c'est la morale même du peuple juif et de toute l'humanité qui est en jeu. Il n'y a pas de mot assez fort pour le crier. Ceci étant, j'espère toujours un sursaut de la conscience de nos frères et surtout, de tous ensemble, exprimé avec force notre désaccord irrémédiable devant une telle catastrophe », a poursuivi le rabbin.

« Je n'hésite pas à qualifier cette initiative de tentative d'extermination morale du peuple d'Israël. Si nous perdons notre morale et notre idéal, que dire à l'humanité qui a les yeux tournés vers nous. J'espère que les auditeurs écouteront mon appel au secours et réagiront de façon radicale à une telle abomination. Quoi qu'il en soit, je demeure optimiste sur l'avenir car je sais que le peuple juif a toujours su être grand dans les épreuves et celle-ci en est une », a-t-il conclu.

Sun, 05 Jun 2016 09:23:51 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/213214,l-ancien-grand-rabbin-haim-sitruck-la-gay-pride-israelienne-une.php JW-NEWS-213214
Québec démuni dans le dossier des écoles clandestines - Radio-Canada | Nouvelles L'école clandestine de la communauté juive hassidique visitée par la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) hier dans le quartier Parc-Extension, à Montréal, n'est pas une école selon la définition du ministère de l'Éducation, a indiqué le titulaire de ce ministère, Sébastien Proulx. Thu, 02 Jun 2016 19:04:03 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/213182,quebec-demuni-dans-le-dossier-des-ecoles-clandestines.php JW-NEWS-213182 La résurrection vue par la mythologie grecque, la Bible et «Game of Thrones» - Slate .fr Attention: cet article contient des spoilers sur la saison six de Game of Thrones. La série à succès de HBO a remis au goût du jour le retour d'entre les morts. Si la résurrection semble être chose commune à Westeros ?en témoigne la «prêtresse rouge», Melisandre, qui ramène Jon Snow à la vie', que nous enseignent la Bible et la mythologie à ce sujet' La résurrection était un phénomène plutôt rare à l'époque de Jésus. Et chez les Grecs, braver Hadès était réservé aux héros comme Héraclès ou Protésilas. Un exemple particulièrement célèbre est celui d'Orphée. Le héros eut l'autorisation de descendre aux Enfers secourir sa bien-aimée Eurydice, en échange d'une promesse à Perséphone, la déesse du monde souterrain: sur le chemin du retour à la vie, il ne devait jamais regarder en arrière. Alors qu'il conduisait la nymphe hors des ténèbres, il se retourna pour l'observer, rompant ainsi sa promesse' Eurydice retomba dans les profondeurs à tout jamais. Ce mythe, très populaire dans l'Antiquité et maintes fois représenté dans les beaux-arts, est encore vivace de nos jours. Lazare, un mortel devenu immortel' À l'image de certains héros antiques, Jésus doit sa résurrection au fait d'être le fils de Dieu. Le retour à la vie ne constituait pas au début du judaïsme une caractéristique essentielle des messies; il l'est devenu après l'avènement du ... Lire la suite Thu, 02 Jun 2016 18:04:06 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/213181,la-resurrection-vue-par-la-mythologie-grecque-la-bible-et-game-of.php JW-NEWS-213181 Le pèlerinage juif en Tunisie débute sous haute sécurité - Times of Israel

Le pèlerinage juif de la Ghriba, sur l’île tunisienne de Djerba (sud), a débuté mercredi sous haute surveillance du fait des craintes d’attentats entourant ces célébrations ancestrales, selon des journalistes de l’AFP.

En milieu de matinée, sous une chaleur déjà accablante, de petits groupes de pèlerins ont commencé à se présenter devant la synagogue de la Ghriba, la plus ancienne d’Afrique. Le gros des participants –plusieurs centaines– doit affluer dans l’après-midi.

Les organisateurs disent attendre jusqu’à 2 000 personnes, malgré les craintes grandissantes liées à la sécurité. Mercredi matin, la police et l’armée tunisiennes étaient omniprésentes, tandis qu’un hélicoptère sillonnait le ciel.

La « hara kbira », le « grand quartier » juif de l’île, a été bouclé et les fouilles sont systématiques à l’entrée du site.

Organisé chaque année au 33e jour de la Pâque juive, ce pèlerinage, qui s’étale sur deux jours, est au cœur des traditions des Tunisiens de confession juive, une communauté qui ne compte plus que quelque 1 500 âmes contre 100 000 avant l’indépendance en 1956.

Wed, 25 May 2016 13:31:06 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/213067,le-pelerinage-juif-en-tunisie-debute-sous-haute-securite.php JW-NEWS-213067
Les « juifs d’Inde » prouvent que leur ADN remonte bien en Israël - JSS News

Une étude scientifique a trouvé des preuves génétiques aux revendications des Bnei Israël, une communauté dans l’ouest de l’Inde, selon lesquelles ces Indiens auraient des racines juives.

L’étude de l’Université de Tel Aviv, qui a été publié à la fin du mois de mars dans la revue scientifique PLoS One, a analysé les génomes de 18 membres de la communauté Bnei Israël. Il On constata ainsi que les Bnei Israël avait une significative ascendance juive et indienne.

Fri, 20 May 2016 11:33:02 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/212971,les-juifs-d-inde-prouvent-que-leur-adn-remonte-bien-en-israel.php JW-NEWS-212971
Des milliers de juifs se réunissent pour la traditionnelle «bénédiction des prêtres» - 20Minutes Des milliers de juifs se sont pressés lundi devant le mur des ... Mon, 25 Apr 2016 15:04:02 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/212637,des-milliers-de-juifs-se-reunissent-pour-la-traditionnelle.php JW-NEWS-212637 Des rabbins déclarent le riz et le cannabis cachers pour la pâque juive - Slate .fr Depuis le 13eme siècle, un décret religieux interdit aux juifs ashkénazes de manger du riz, des légumes secs et du maïs pendant la semaine de pessah, la pâque juive. Etrangement, le cannabis est aussi considéré comme faisant partie de ce groupe d'aliments traditionnellement interdits. Or juste avant le début de pessah le 22 avril, un rabbin orthodoxe en Israël a déclaré que fumer ou manger du cannabis à usage thérapeutique était acceptable pour pâques. Dans une vidéo, on le voit sentir un peu de cannabis avant de déclarer que son odeur est «guérissante». La plante est ensuite bénie en direct.   Selon le Times of Israel, cette décision théologique était une réponse à une question de l'organisation israélienne pro-cannabis Siach qui voulait clarifier la situation. Ce n'est pas le seul interdit à avoir été remis en question cette année. Une assemblée rabbinique du mouvement conservateur juif américain a aussi déclaré que les légumes secs et le riz seraient considérés comme cacher. Interviewé par le Huffington Post, le rabbin Elliot Dorf explique que cette réforme est liée à la popularité des régimes végétariens, vegan et sans gluten aux Etats-Unis. Comme les aliments à base de certaines céréales sont interdits pendant la semaine de pessah, l'interdiction supplémentaire des légumes secs et du riz pouvait poser problème ... Lire la suite Sun, 24 Apr 2016 10:04:05 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/212623,des-rabbins-declarent-le-riz-et-le-cannabis-cachers-pour-la-paque.php JW-NEWS-212623