Juif.org - Infos - Communauté Juive Juif.org : toute l'actualit矤'Israꪠet du monde Juif sous forme de news, vid讳, photos et d'opinions! Mon, 18 Nov 2019 22:35:17 +0100 http://www.juif.org «Sur l'histoire des juifs français Macron a tout faux!» - Le Figaro FIGAROVOX/TRIBUNE - Emmanuel Macron a affirmé devant le Centre européen du judaïsme le lien entre la République et le déracinement judaïque. Shmuel Trigano, sociologue, contredit l'interprétation historique du président. Tue, 05 Nov 2019 13:04:01 +0100 http://www.juif.org/communaute-juive/230493,sur-l-histoire-des-juifs-francais-macron-a-tout-faux.php JW-NEWS-230493 À Moscou, de nouvelles «mini-synagogues» en projet pour faciliter le quotidien des juifs - Kountrass

Le concept de Maisons Chabad, centres communautaires destinés à répandre la foi judaïque, connaîtra une nouvelle vague d'expansion à Moscou, a annoncé Aleksandr Boroda, président de la Fédération des communautés juives de Russie, rapporte l'agence Interfax.

En effet, si 32 établissements de ce genre existent déjà dans la capitale russe, ce nombre s'avère selon lui insuffisant. Ces « synagogues accessibles à pied » sont en réalité indispensables lors du Chabbat et autres fêtes impliquant l'interdiction pour les juifs d'utiliser les moyens de transport.

Actuellement, compte tenu du faible nombre de ces Beth Habad (équivalent hébraïque de «Maison Chabad») de nombreux croyants se voient dans l'obligation de se loger près d'un lieu de culte.

Sun, 03 Nov 2019 11:45:25 +0100 http://www.juif.org/communaute-juive/230470,moscou-de-nouvelles-mini-synagogues-en-projet-pour-faciliter-le.php JW-NEWS-230470
Jérusalem : 100 000 fidèles juifs réunis au Kotel pour la “bénédiction des prêtres” - Le Monde Juif

Des dizaines de milliers de fidèles juifs se sont pressés mercredi devant le Kotel (Mur occidental) dans la Vieille ville de Jérusalem pour recevoir la traditionnelle la Birkat Cohanim, la "bénédiction des prêtres".

Selon les autorités religieuses gérant ce lieu de prière, le plus sacré du judaïsme, environ 100.000 personnes ont pris part aux deux bénédictions de la matinée, dispensées par des centaines de membres de la caste des Cohanim (le pluriel de Cohen, prêtre en hébreu).

Enveloppés dans le traditionnel Talith, un châle de prière blanc, les prêtres ont récité des paroles tirées du quatrième livre de la Bible en levant les bras. Selon la tradition, les Cohanim sont les descendants des prêtres officiant au Temple de Jérusalem.

"Que Dieu te bénisse et te garde, qu'il rayonne de la lumière de son visage vers toi et te soit bienveillant, qu'il tourne son visage vers toi et qu'il pose sur toi la paix", ont-ils psalmodié.

La même prière est prononcée quotidiennement dans les synagogues du monde entier. Le rituel comprend un geste de la main dans lequel quatre doigts (hormis le pouce) forment un V, geste qui a d'ailleurs inspiré le "salut vulcain" de la série télévisée Star Trek.

Wed, 16 Oct 2019 10:38:28 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/230316,jerusalem-100-000-fideles-juifs-reunis-au-kotel-pour-la.php JW-NEWS-230316
Que faire la veille et le 1er soir de Souccot ? - Torah Box

L'équipe Torah-Box vous offre un panel des lois et coutumes concernant la veille de la fête de Souccot ainsi que du premier soir. Rien de mieux que d'être préparé pour apprécier la joie et le bonheur que d'entrer dans la Soucca.

Veille de Souccot

Mikvé

C'est une bonne habitude de se tremper dans un Mikvé la veille de la fête. Et celui qui peut aussi le faire toute l'année, chaque veille de Chabbath, que vienne sur lui la bénédiction, et il méritera par cela de purifier son âme et ses pensées.

Manger la veille de fête

On ne mangera pas de pain ou de gâteau la veille de la fête, à partir de la dixième heure du jour afin de manger avec appétit la quantité de pain suffisante pour la Mitsva de la Soucca du premier soir (Voici le calcul de cette dixième heure : il faudra compter le nombre d'heures du jour et celui de la nuit. Si, par exemple, le résultat est que le jour dure quatorze heures et la nuit, dix heures, on divisera les quatorze heures de la journée en douze, et on obtiendra la valeur d'une heure journalière. A partir de là, on comptera dix heures). En cas de besoin, il sera permis de manger jusqu'à cinquante grammes de pain ou de gâteau, mais pas plus. Cependant, il sera permis de consommer les fruits, les légumes, la viande et le poisson, à condition de ne pas s'en rassasier.
 

Préparer une flamme pour la fête

Les décisionnaires rabbiniques ont interdit d'allumer un feu nouveau pendant Yom Tov, que ce soit avec des allumettes ou un briquet. Néanmoins, ils ont permis d'utiliser une flamme déjà existante pour allumer un autre feu. Pour cette raison, il faudra allumer une bougie avant la fête, qui dure au moins vingt-quatre heures, afin de pouvoir en utiliser la flamme pour allumer le gaz et cuisiner. C'est ce qu'on appelle « allumage d'un feu à un autre ». Il faudra faire attention de ne pas éteindre l'allumette qui aura servi à transporter la flamme, mais la laisser s'éteindre toute seule en la posant sur un endroit sécurisé.
 

Allumer les Nérot

Il est recommandé que les femmes allument les Nérot avant l'entrée de la fête comme elles le font pour Chabbath. Cependant, certaines femmes allument la nuit, juste avant le Kiddouch. Elles ont sur qui s'appuyer pour agir ainsi. ("Hazon "Ovadia Souccot, p.210)

Certains ont l'habitude d'allumer sept Nérot dans la Soucca, en l'honneur des sept "Ouchpizin"qui y sont invités.
 

Où doit-on les allumer ?

Si la Soucca est grande, on y allumera les Nérot, car c'est l'endroit où l'on mange. Cependant, si l'on craint que cela puisse provoquer un incendie, même si le risque est minime, on les allumera à la maison. ("Hazon "Ovadia Souccot, p.76, p.207)
 

La bénédiction

Avant l'allumage, la femme prononcera la bénédiction suivante : « Baroukh ata Hachem, Elokénou Mélekh ha'olam, acher kidéchanou bémitsvotav vétsivanou léhadlik ner chel[à Chabbath, elle mentionne : Chabbath Vé]Yom Tov », et seulement après allumera.

Bien que la veille de Chabbath, la majorité des femmes achkénazes prononce la bénédiction, et seulement après, allume, si Yom Tov ne tombe pas un Chabbath, alors elles diront la bénédiction et ensuite allumeront les Nérot. Cette façon de faire, vient du fait qu'il y a un doute pour savoir à quel moment elles reçoivent Chabbath : au moment de l'allumage ou bien au moment de la bénédiction ! Par conséquent, elles allument avant de faire la bénédiction. Par contre, pour Yom Tov, du fait qu'il est permis d'allumer d'un feu à un autre, le problème ne se pose pas, et il sera donc permis d'allumer après la bénédiction. (Michna Broura Chap.263, §27 ; "Hazon "Ovadia Souccot, p.209)
 

"Chéhé'héyanou"

Les femmes ne diront pas la bénédiction "Chéhé'héyanou" à l'allumage, car on la mentionne pendant le Kiddouch de Yom Tov ("Or Zarou'a" au nom du Talmud Yérouchalmi, "Teroumat Hadéchen"). Il se trouve ainsi que celles qui ont la coutume de la dire rencontrent un problème d'interruption entre le moment de la bénédiction et l'allumage. Il est bien de leur enseigner d'arrêter cette coutume. (Le "Ya'avets" et le "Yafé Lalev" ont écrit à ce sujet que cette coutume n'a pas son fondement dans la loi juive.)

Cependant, les femmes qui font quand même cette bénédiction au moment de l'allumage ne répondront pas "Amen" au "Chéhé'héyanou" du Kiddouch, de crainte que ce ne soit considéré comme une interruption entre la bénédiction sur le vin et le moment de boire. Les femmes achkénazes ont le droit de répondre "Amen" à celle-ci pendant Souccot, mais pas pendant Chavouot.
 

Le soir de la fête

L'entrée dans la Soucca

Lorsqu'on rentre dans la Soucca, on doit se tenir à l'entrée et inviter les "Ouchpizin", comme il est mentionné dans les livres de prières. Il est écrit dans le Zohar Hakadoch, qu'au moment où Rav Amenouna Saba rentrait dans la Soucca, il se tenait, joyeux, à l'entrée et invitait les "Ouchpizin" en disant : « Vous habiterez dans les Souccot pendant sept jours, installez-vous « Ouchpizin ilaïn (invités de marque) », installez-vous, « Ouchpizéi méhémnouta » (invités de confiance) ». Il levait sa main et disait joyeusement : « Heureux est notre sort, heureux est le sort des Bné Israël, comme il est écrit : « Car la part d'Hachem, c'est Son peuple, Ya'acov est le lot de Son héritage ». (Zohar, parachat Emor, 103b)

On n'invitera pas les "Ouchpizin" le premier soir de fête seulement, mais tous les jours de Souccot, car si on ne réitère pas l'invitation, ils ne viendront pas. (Chlah ; Piské Techouvot p.387)
 

Le Kiddouch

On fera le Kiddouch sur le vin dans la Soucca. Celui-ci comprend les quatre bénédictions : "Boré Péri Haguefen", "Mékadech Israël Véhazémanim", "Léchev baSoucca", et "Chéhé'héyanou". Si on a oublié de dire la bénédiction "Chéhé'héyanou", on pourra la dire pendant tous les sept jours de Souccot.

Il faudra rappeler aux femmes séfarades de ne pas répondre "Amen" à la bénédiction de "Léchev baSoucca", car elles n'ont pas l'obligation comme les hommes de s'y asseoir. Par conséquent, si elles répondent, ce "Amen" serait considéré comme une interruption entre le Kiddouch et le moment de goûter au vin. En revanche, les femmes achkénazes pourront répondre "Amen", comme on l'expliquera plus tard.
 

"Maïm a'haronim" 

A la fin du repas de fête, on procédera à l'ablution des mains (Maïm a'haronim), en versant de l'eau sur le bout de doigts.
 

Le verre de la bénédiction

Toute l'année, lorsque l'on prononce le Zimoun (lorsque la tablée réunit trois hommes au minimum), c'est une Mitsva de dire la bénédiction "Boré Péri Haguéfen" sur un verre de vin à l'issue du Birkat Hamazone. En effet, les Sages nous ont enseigné que cette Mitsva contribue à réparer les éventuelles fautes qu'un homme peut avoir faites dans son intimité. Elle aide à dévoiler encore plus la Présence Divine dans le monde, et à faire briller l'âme de celui qui l'accomplit de la lumière de la Torah.

[Le Gaon haRav Moutsafi raconte à ce sujet que son père, Rabbi Salman, que son souvenir soit une source de bénédictions, a entendu du Gaon Rabbi Yossef 'Haïm et de Rabbi Yehouda Pétaya, que leurs souvenirs soient source de bénédictions, que la grandeur de celui qui fait le Zimoun sur le verre de vin est plus grande que celui qui monterait mille fois à la sixième lecture de la Torah pendant Chabbath].

Après que celui qui a fait Zimoun ait bu le vin, il donnera le verre à sa femme, afin qu'elle fasse elle aussi une bénédiction dessus. Il est bien d'en donner aussi aux personnes ayant mangé avec eux, afin que les bienfaits se répandent sur tous.

Celui qui fait le Zimoun doit veiller à rendre quitte les autres de la bénédiction sur le vin, sinon ils devront la faire eux-mêmes pour pouvoir y goûter.

Avant de faire le Zimoun, on devra rincer l'extérieur du verre et en essuyer l'intérieur avec la main. On versera le vin et on tendra le verre avec les deux mains à celui qui fait le Zimoun, qui le saisira également de ses deux mains. Au début des actions de grâces, il tiendra le verre de la main droite sans s'aider de la main gauche, en soulevant le verre d'un téfa'h (8 cm) au-dessus de la table. S'il lui est difficile de garder cette position tout le temps, il essaiera tout au moins durant la première bénédiction, et ensuite jusqu'à la fin du Birkat Hamazone, il posera le verre sur la table, tout en le tenant. ("Hazon "Ovadia Pessa'h, 114 ; Chivat Tsion T.1, p.293)

Il formulera ainsi le Zimoun : « Birchout Malka "Ilaa Kadicha, [si c'est Chabbath, il rajoute « Oubirchout Chabbath Malkéta »], oubirchout yoma tava ouchpiza kadicha, oubirchout chiv'a ouchpizin "ilaïn kadichin ». (C'est-à-dire : Avec la permission d'Hachem (appelé ici "Ilaa Kadicha), avec la permission de Chabbath (si c'est Chabbath), avec la permission de Yom Tov et des invités de marque, commençons les Actions de grâces). (Chivat Tsion T.1, p.296)
 

Le Birkat Hamazone 

On fera le Birkat Hamazone avec concentration et enthousiasme. Il est écrit dans le Zohar que celui qui fait le Birkat Hamazone joyeusement, avec entrain et concentration, méritera de recevoir du ciel une grande abondance, et aussi de beaucoup s'élever spirituellement.

On devra faire attention de mentionner "Ya'alé Véyavo" dans le Birkat Hamazone. Si on a oublié et que l'on s'en souvient à la bénédiction suivante (Baroukh ata Hachem) avant d'avoir dit "Boné Yérouchalaïm", on dira alors "Lamedéni 'Houkékha", comme si on prononçait un verset de Téhilim. Après cela, on pourra revenir et dire "Ya'alé Véyavo". Par contre, si on s'en souvient après avoir mentionné "Boné Yérouchalaïm", on dira la bénédiction suivante « Barou'h ata Hachem, Elokénou, Melekh ha'olam, acher natan[si c'est Chabbath :chabbatotliménou'ha lé'amo Israël béahava léot oulivrit vé] yamim tovim lé'amo Israël lessasson oulessim'ha, èt yom 'hag haSouccot hazé, èt yom tov mikra kodech hazé, Baroukh ata Hachem mékadech[si c'est Chabbath :hachabbath vé]Israël véhazémanim ». Il en sera de même si l'on a commencé la quatrième bénédiction et on se souvient de cet oubli avant "La'ad Hakel Avinou", on dira aussi "Lamedéni 'houkékha", et la bénédiction que nous venons de citer. Si on a déjà dit le mot "La'ad", on devra reprendre depuis le début les actions de grâces.

La loi est la même pour une femme qui a oublié de dire "Ya'alé Véyavo". Cependant si elle s'en souvient après avoir dit "La'ad", elle ne reprendra pas depuis le début et finira ses Actions de grâces.

Si on oublie de dire "Ya'alé Véyavo" le lendemain, au repas du matin, la règle est identique à celle de la femme qui a oublié.

Si après avoir fini le Birkat Hamazone, on doute d'avoir mentionné "Ya'alé Véyavo", on ne reprendra pas depuis le début.
 

Michnayot

On a l'habitude d'étudier les Michnayot du Traité "Soucca" à la fin du repas. Il est préférable d'étudier peu de Michnayot avec compréhension, qu'en lire beaucoup sans rien comprendre. (Maguen Avraham Chap.50, §102)

 

35 Rappels et Conseils utiles à partager :

1. Interdit de se raser / laver des habits pendant Souccot, faites-le avant
2. Une femme séf. ne dit pas "Amen" à la brakha "Léchèv baSoucca"
3. Obligatoire d'offrir vêtements / bijoux à sa femme avant Souccot
4. Obligatoire de faire un don aux pauvres avant Souccot : https://torahbox.com/YN5Y
5. Ne plus manger de pain/gâteaux après la 10ème heure du jour
6. Préparer une veilleuse de 72h (en Israël : 24h)
7. Horaires d'entrée de Souccot, dans toutes les villes : https://torahbox.com/88HW
8. Attacher le Loulav avant la fête : https://torahbox.com/EQ6Z
9. Préparer vase d'eau et serviette humide pour la fraîcheur du Loulav
10. Appeler un Rav pour régler les doutes : +97223741515 ou +33180205000
11. Ne pas manger au-dessous d'une décoration qui mesure 32cm² et plus
12. Ne pas toucher aux décorations pendant Yom Tov
13. Se tremper au Mikvé après 'hatsot, si possible
14. Sim'ha ! Graver un CD de musique : https://torahbox.com/SHVX
15. Allumage des bougies : ne pas réciter "Chéhé'héyanou"
16. Ce soir, on récite "Lechev Basoucca" dans le Kiddouch
17. Ségoula pour la réussite : ne jamais s'énerver dans la Soucca
18. Imprimer le Guide de Souccot : https://torahbox.com/JFMU
19. Mettre les plus beaux ustensiles et nappes sous la Soucca
20. Permis de fumer sous la Soucca - https://goo.gl/R8nZX6
21. Pas de marmites, poêles, couches bébé... sous une Soucca
22. Chaque instant dans la Soucca est une Mitsva !
23. Ce soir : manger au moins 27g de pain en 4 min. max. (mieux : 54g en 8 min.)
24. Lors d'un repas de pain, interdiction de manger/boire en-dehors de la Soucca
25. Interdit de somnoler/dormir en dehors de la Soucca
26. Vous habitez en Israël ? Prévoyez d'aller au Kotel au moins 1 fois
27. Permis d'arracher une feuille de Loulav pendant Yom Tov
28. Agiter le Loulav ainsi : Sud, Nord, Est, Haut-Bas et Ouest
29. Femmes : exemptées du Loulav et de la Soucca
30. Permis de voyager Souccot si on peut manger/dormir dans une Soucca
31. 1er jour de Souccot : le Loulav doit nous appartenir
32. Interdit de péleriner une tombe à Souccot, sauf d'un Tsadik
33. Permis de repasser pendant 'Hol Hamoèd
34. Réserver une belle chaise pour les Ouchpizin
35. Voir un cours avant la fête : https://goo.gl/6EZCeq

Toute l'équipe Torah-Box vous souhaite de belles fêtes de Souccot !

Sun, 13 Oct 2019 14:21:36 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/230301,que-faire-la-veille-et-le-1er-soir-de-souccot.php JW-NEWS-230301
Avant Kippour : demander pardon à son prochain, sa femme, ses parents,... - Torah Box

Le repentir et le jour de Yom Kippour expient les fautes vis-à-vis d'Hachem, comme manger des aliments interdits, etc... En revanche, à propos des transgressions vis-à-vis d'autrui, comme blesser ou maudire son prochain, la personne n'obtiendra jamais d'expiation, jusqu'à ce qu'elle rembourse, à l'autre, ce qu'elle lui doit et s'excuse.

Même si elle s'est moquée d'autrui par de simples paroles, elle devra lui demander pardon, jusqu'à ce que celui-ci l'excuse. Car les délits occasionnés par la bouche sont pires que ceux touchant à l'argent. Et à fortiori, si elle a fait honte à son prochain et a fait pâlir son visage, cette faute est comparée au meurtre.

Le vol, le premier accusateur

Les Sages ont dit : « Dans une séa (mesure de volume) remplie de transgressions, le vol est le premier accusateur et, dans ce cas, figure le prêt d'argent avec intérêt à un juif, non-conforme à la loi, ou le cas de quelqu'un qui porte plainte contre son beau-père afin d'obtenir une part de son héritage, en opposition avec notre sainte Torah, qui dit qu'une fille ne peut hériter que dans le cas où elle n'a pas de frère. Ainsi qu'il est dit [Bamidbar 27.8] : « Et tu parleras en ces termes aux enfants d'Israël : Si un homme meurt sans laisser de fils, vous ferez passer son héritage à sa fille. »

S'il est allé devant les tribunaux civils et a obtenu gain de cause, tout ce qu'il recevra sera du vol aux yeux de la Torah. Il sera tenu de rendre l'argent aux frères de sa femme et devra s'excuser, afin qu'ils lui pardonnent. De même, celui qui a un conflit d'argent avec son prochain ne restera pas sur ses positions, car bien souvent un homme ne voit pas lorsqu'il est coupable. Il devra plutôt exposer les faits devant un Rav spécialisé dans les litiges financiers, afin qu'il lui dise s'il est obligé de rendre la somme ou non. Ceci est valable, même dans le cas où la partie adverse ne l'a pas accusé. Il est tenu d'être disculpé de toute accusation céleste et demandera l'avis àun Maître en la matière.
 

S'excuser sur une excuse

Sachez qu'il faut faire attention lorsqu'on demande pardon à quelqu'un, de ne pas le blesser une seconde fois et être amené à devoir demander pardon sur le pardon. Par exemple, si on rappelle, devant tout le monde, qu'on a mal agi vis-à-vis de cette personne et on lui fait honte, il aurait été préférable de ne pas lui demander pardon. On devra faire attention à cela afin de ne pas ressembler à celui qui fait honte à l'autre et l'embarrasse, puis lorsqu'il voit qu'il a été touché, lui dit, à haute voix, avec un sourire en coin : « C'est entre nous, tu n'as quand même pas été blessé par ce que je t'ai dis ? C'était pour rire. » Ou bien : « Je n'avais vraiment pas l'intention de te blesser, tu me pardonnes, hein ? » Tandis que l'autre a encore plus honte, et malgré lui, répond : « Oui, c'est pour rire, pas de problème ». D.ieu nous préserve.

Ou encore, si on médit sur quelqu'un ou si on le lèse, et que cette personne n'est pas au courant, il ne faudra pas lui en faire part ! Car cela ne ferait que l'énerver et souffrir davantage. Néanmoins, on devra lui demander pardon de manière générale. Ainsi que l'a tranché le Gaon Rav Israël Salanter, et aussi le Rav Auerbach, dans son livre "Az Nédabérou'.
 

Celui qui pardonne ne devra pas être cruel

Il est interdit de faire preuve de cruauté, mais plutôt être quelqu'un de facile à calmer et dur à énerver. Lorsque la personne ayant fauté vient demander pardon, il faudra pardonner d'un coeur entier et d'une âme volontaire. Même si celle-ci a commis beaucoup d'erreurs et a causé beaucoup de peine, il ne faudra pas lui en garder rancune, ni chercher à se venger. Ceci est la conduite des descendants d'Israël, ayant un coeur juste. Tandis que les peuples, incirconcis du coeur, ne se conduisent pas ainsi et conservent leur haine et leur colère indéfiniment.

Celui qui a lésé autrui, bien qu'il lui ait payé les cinq choses qu'il lui doit [dégâts, souffrances, guérison, manque à gagner, et honte], ne voit pas sa faute expiée tant qu'il ne s'est pas excusé et que l'autre ne l'ait pas pardonné. De plus, il est interdit au lésé d'être cruel et de ne pas pardonner. Car ce n'est pas la conduite des descendants d'Israël. Il doit faire preuve de compréhension lorsque l'autre demande pardon, s'est excusé et regrette profondément son acte. Celui qui pardonne rapidement est digne de louange et est un disciple des Sages. [Choul'han "Aroukh "Hochen Michpat 422.1]

Les Sages ont dit : « Celui qui sait passer sur les fautes d'autrui à son égard, le Ciel en fera de même pour lui. » Et s'il ne pardonne pas à son prochain, à lui aussi on ne pardonnera pas. A l'exception du cas, où il fait cela pour le bien de celui qui demande pardon, par exemple, pour qu'il réussisse vraiment à soumettre son coeur et ne recommence plus, malgré ses mauvaises habitudes solidement ancrées. Dans un tel cas, on pourra pardonner avec un certain délai. Autre exception : on n'est pas obligé de pardonner à quelqu'un quinous a fait une mauvaise réputation, basée sur un mensonge. Néanmoins, même dans de telles circonstances, il est bien de pardonner, car le peuple d'Israël est miséricordieux, fils de miséricordieux.
 

Que faire si une personne n'accorde pas son pardon ?

On amènera trois personnes, qui demanderont au lésé de pardonner. S'il reste sur sa position et ne veut toujours pas, on devra amener trois nouvelles personnes, qui feront de même. S'il persiste à ne pas vouloir, on réitèrera la procédure. A chaque reprise, il faudra tenter d'apaiser le lésé, par des nouvelles paroles. Si malgré tout, il n'est toujours pas prêt à pardonner, on le laissera ainsi, et c'est lui qui deviendra, dorénavant, le fauteur.

Si celui qui a été lésé ne se trouve pas dans la ville et on ne peut donc pas l'apaiser, on devra prendre sur soi, d'un coeur entier, qu'on devra s'excuser, dès son retour. Et puisqu'on s'est engagé sincèrement, alors Hachem considère qu'il l'a déjà fait.

Celui qui lèse une personne, qui meurt avant qu'il ait pu lui présenter ses excuses, devra amener dix personnes sur sa tombe et dire devant elles : « J'ai fauté devant Hachem D.ieu d'Israël et devant ... à qui j'ai fait ... » Si la personne est enterrée dans une autre ville que la sienne, il lui sera suffisant de demander pardon au défunt, devant dix personnes. En revanche, s'il a un ami qui habite dans la ville en question, il en fera son envoyé qui demandera pardon pour lui, devant dix personnes, devant la tombe. S'il devait de l'argent au lésé, il remboursera à ses héritiers.
 

Demander pardon à son Maître

Si une personne a fauté envers son Maître, elle devra l'apaiser et lui demander pardon, même mille fois.
Un Sage, ayant interdit par erreur un aliment, a l'obligation d'apaiser le propriétaire de celui-ci.
 

Demander pardon à son père et sa mère

Un homme est obligé de demander pardon à son père et sa mère la veille de Yom Kippour, sur toutes les fautes et les préjudices qu'il leur a causés, durant l'année écoulée. Celui, qui ne fait pas cela, est appelé fauteur et néglige le respect dû à ses parents, une faute dont presque personne n'est préservée au quotidien. Néanmoins, si un enfant manque de maturité pour demander pardon à ses parents, ou s'il n'a pu le faire, dans un cas de force majeure, les parents diront : « Nous pardonnons à notre enfant ... sur toutes les fautes qu'il a faites envers nous, et qu'il ne soit pas sanctionné à cause de nous. »
 

Demander pardon à sa femme

Même les époux, entre eux, devront se pardonner l'un l'autre, sur toutes les fautes qu'ils ont commises, tout au long de l'année. Et ils devront accepter de se respecter et de s'aimer, tel que l'ont ordonné nos Sages, comme il est écrit dans le Rambam [Hilkhot Ichout 15.19-20] : « Les Maîtres ont ordonné à l'homme de respecter sa femme plus que son propre corps et de l'aimer comme son corps. Et s'il a de l'argent, il devra la combler selon sa richesse. Il ne devra pas faire en sorte qu'elle le craigne outre mesure, il devra lui parler avec gentillesse, sans énervement, ni colère.

De même, les Maîtres ont ordonné, à l'épouse, de beaucoup respecter son époux, qu'elle le craigne et agisse selon ses paroles, et qu'il soit à ses yeux comme un prince ou un roi, qu'elle se comporte selon le coeur de son mari et repousse tout ce qu'il hait. Voici la conduite des femmes et hommes saints, purs dans leur couple. C'est par de tels chemins qu'ils vivront dans la joie et l'allégresse. »Que le sage écoute et ajoute ceci à ses enseignements.
 

Je pardonne et efface toutes les fautes d'autrui m'ayant touché

Il est bien et souhaité que toute personne dise, la veille de Yom Kippour : « Je pardonne et efface toutes les fautes d'autrui m'ayant touché, que ce soit concernant mon corps, concernant mon argent, concernant mon honneur, ou concernant tout ce que je détiens. » On a l'habitude que l'officiant annonce à haute voix, avant Kol nidré (prière qui ouvre l'office du soir de Yom Kippour) : « Mesdames et messieurs, pardonnez-vous les uns les autres ». Et tout le monde répond : « Nous avons pardonné ». Et c'est une bonne habitude de procéder ainsi.
 

Faisons de nos accusateurs, nos défenseurs

Les Maîtres ont dit [Pirké Dérabbi Eli'ézer 55] : Le Satan, qui a l'habitude d'accuser les enfants d'Israël, tous les jours de l'année, devient un de leur défenseur le jour de Yom Kippour, et dit : « Maître des mondes, Tu as un peuple comparable aux anges de service : de même que ceux-ci ne mangent, ni ne boivent, ainsi se comportent les enfants d'Israël. De même qu'ils se recouvrent, ainsi les enfants d'Israël agissent.

De même que les anges sont propres de toutes fautes, ainsi les enfants d'Israël le sont eux-aussi. » Et Hachem entend les louanges d'Israël faites par l'accusateur, et expie tout le peuple, au petit comme au grand.

Extrait du livre « Lois et Récits de ROCH HACHANA et YOM KIPPOUR » - Editions Torah-Box - © Tous droits réservés

Tue, 08 Oct 2019 11:30:00 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/230246,avant-kippour-demander-pardon-a-son-prochain-sa-femme-ses.php JW-NEWS-230246
Sondage : 60% des israéliens vont jeuner à Yom Kippour - Juif.org

Soixante pour cent des juifs israéliens déclarent qu'ils prévoient de jeuner complètement pendant le jour de Kippour, comparé à 27% des juifs israéliens qui déclarent qu'ils ne jeuneront pas du tout, selon un sondage effectué avant les fêtes par le centre Guttman.

En outre, 5% des juifs israéliens déclarent avoir l'intention de boire mais de ne pas manger pendant le jeune. Sept pour cent doivent encore décider s'ils vont jeuner ou non.

Le nombre de juifs israéliens qui prévoient de jeuner cette année marque une basse par rapport aux années précédentes. En 2000, 63% des juifs israéliens déclaraient avoir prévu de jeuner, contre 74% d'entre eux qui l'affirmaient en 1994.

Le sondage a également révélé que moins de la moitié des juifs israéliens envisagent de prier a la synagogue pendant Kippour, alors que seulement 23% déclarent avoir l'intention d'assister à toutes les prières de Kippour à la synagogue.

Dix-neuf pour cent ont déclaré avoir prévu d'assister à certains services de prières dans la synagogue à Kippour, et 12% ont déclaré qu'ils se rendraient dans une synagogue à Kippour uniquement pour entendre le shofar, mais pas pour prier. Trente-neuf pour cent des juifs israéliens ont déclaré qu'ils n'envisageaient pas d'aller à la synagogue durant Kippour. Six pour cent disent ne pas être décidé.

 

 

 

 

Mon, 07 Oct 2019 11:39:13 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/230236,sondage-60-des-israeliens-vont-jeuner-a-yom-kippour.php JW-NEWS-230236
À Pittsburgh, un an après, le sonneur de shofar est mort, et la Shul est fermée - Times of Israel

Alors que la communauté juive de la ville a célébré Rosh HaShanah cette semaine, la synagogue Tree of Life [Arbre de vie] est restée fermée, ses portes bloquées par une clôture grillagée.

Une couronne brune et fanée est accrochée à un arbre près de la synagogue, où un homme armé a tué 11 fidèles l'année dernière dans la pire attaque antisémite de l'histoire américaine. Des étoiles de David portant les noms des victimes sont fixées sur une porte vitrée à l'entrée principale, derrière une clôture et sous un drapeau israélien et une pancarte de remerciement pour les secouristes. Un panneau en bois placé sur une barricade à côté du bâtiment dit : « Aucun jour ne vous effacera de la mémoire du temps ».

La synagogue a été construite pour accueillir des centaines de Juifs. Mais la seule personne qui y entre régulièrement aujourd'hui est un gardien qui entretient le bâtiment en attendant que les trois congrégations qui s'y réunissent décident de la suite des évènements. La synagogue est fermée depuis l'attaque.

Fri, 04 Oct 2019 13:08:17 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/230219,pittsburgh-un-an-apres-le-sonneur-de-shofar-est-mort-et-la-shul.php JW-NEWS-230219
Nouvel an juif : Mark Zuckerberg, le big boss de Facebook, sonne le shofar - Le Monde Juif

Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, s'est joint vendredi aux millions de juifs du monde entier pour célébrer le Nouvel an juif, Roch Hachana.

L'homme d'affaires a posté sur sa page Facebook une vidéo de lui sonnant le shofar, un instrument de musique à vent en usage dans le rituel israélite depuis l'Antiquité, utilisé à l'approche des fêtes juives de Roch Hachana et du Yom Kippour.

Wed, 02 Oct 2019 11:42:40 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/230195,nouvel-an-juif-mark-zuckerberg-le-big-boss-de-facebook-sonne-le.php JW-NEWS-230195
Roch Hachana - Une journée joyeuse ET sérieuse - Torah Box

La fête de Roch Hachana est ambiguë, elle semble même contradictoire, dans sa nature. D'un côté, on la présente comme un jour sérieux et de l'autre comme un jour joyeux. La Guémara affirme qu'on ne récite pas le Hallel à Roch Hachana. Les anges demandèrent à Hachem quelle en était la raison, ce à quoi Il répondit : « Comment serait-il possible que le Roi siège sur le trône du jugement et que les livres de la vie et de la mort soient ouverts devant lui, et que simultanément, le peuple juif chante ? »[1]

Par ailleurs, le Midrach dit : « De manière générale, quand quelqu'un est jugé, il porte des vêtements noirs, laisse sa barbe, ne se coupe pas les ongles, car il ne sait pas quel sera le verdict. Mais pour le peuple juif, c'est différent : ils sont vêtus de blanc, se taillent la barbe et se coupent les ongles, ils mangent et boivent et se réjouissent durant Roch Hachana, car ils savent que le Saint Béni soit-Il accomplira des miracles en leur faveur [et permettra à leur sentence d'être favorable]. »[2]

D'une part, cette journée est très sérieuse, au point qu'il ne sied pas d'y lire le Hallel. D'autre part, nous sommes confiants qu'Hachem nous nous jugera avec clémence. En réalité, il n'y a aucune contradiction. On peut être sérieux et réaliser la gravité du moment tout en étant confiant (mais pas complaisant) qu'Hachem nous jugera favorablement. Cette idée est souvent difficile à comprendre à cause d'une perception erronée de la joie ; dans le monde laïque, joie sous-entend rigolade, plaisir, absence de sérieux. C'est le contraire de la conception de la Torah ; d'après celle-ci, le sérieux et la joie ne se contredisent pas, ils se complètent ! Comme l'écrit Rav Immanouel Bernstein : « Notre joie provient de notre confiance en un jugement favorable. Et celui-ci est le résultat du sérieux avec lequel nous abordons ce jour. Qui plus est, sans cette prise au sérieux, la bonne humeur serait plutôt une marque de prétention et d'inconscience que de confiance en Hachem.[3] »

En réalité, cette dichotomie est la base de deux Mitsvot fondamentales de la Torah : la Ahavat Hachem et la Yirat Hachem. Rav Its'hak Berkovits souligne que ces deux Mitsvot semblent également paradoxales. Doit-on L'aimer ou Le craindre ?[4] Il explique que cette question est bâtie sur une conception incorrecte selon laquelle il est impossible d'aimer quelqu'un que l'on redoute. Quand on pense à la peur, on imagine quelque chose qui pourrait causer du mal. Mais la Yirat Hachem est très différente. Cette peur est basée sur la réalisation que nos actes entrainent des conséquences. Comme l'affirme la Guémara[5], Hachem n'est pas un Vatran qui nous fait grâce et ferme les yeux quand nous nous égarons celui qui pense qu'Hachem est Vatran sera puni !

« Quand on s'imprègne de l'idée qu'Hachem nous aime, on se place dans une position spirituelle précaire, chancelante. L'amour d'Hachem à notre égard peut être pris comme une volonté de ne pas regarder nos fautes. "Si Hachem m'aime, pourquoi ne me laisse-t-Il pas agir comme bon me semble ? Pourquoi dois-je être sanctionné si j'enfreins Ses lois ?" En réfléchissant de la sorte, on vit comme un dépravé, parce que peu importe jusqu'où on tombe, peu importe ce que l'on transgresse, Hachem pardonnera. »

Ce fut l'erreur de Noa'h qui est appelé « Ktané Émouna ». Il savait qu'Hachem était capable d'envoyer le déluge, mais il était convaincu, au fond de lui, qu'Il pardonnerait l'humanité, par amour pour Ses créatures. Est-ce si grave, au point d'être décrit comme « petit en Émouna » ? Le problème de cette attitude, c'est qu'elle remet en cause la définition de l'amour et le dévalorise. Dans la relation d'un parent avec son enfant, la permissivité de la part du parent ne prouve pas son amour, mais sa faiblesse. Un parent qui ne sait pas dire « non » à son enfant est faible, et non attentionné ou chérissant. Un parent qui aime réellement ses enfants recherche leur intérêt, ce qui peut signifier placer des limites, voire leur faire subir les conséquences « désagréables » de leurs actes, pour leur bien.

Les experts en 'Hinoukh affirment que les parents qui n'enseignent pas à leurs enfants le concept de discipline et de limites leur font du tort et ces enfants auront beaucoup plus de mal à affronter les inévitables défis de la vie et les conséquences de leurs actes quand ils grandiront.

C'est ainsi qu'Hachem nous dirige : Il créa un système que l'on pourrait appeler « action-conséquence », où les mauvaises décisions et les mauvais comportements entrainent de mauvais corollaires. Mais c'est pour notre bien ; si la vie était un cadeau, éternellement gratuit, nous ne rencontrions jamais aucune difficulté qui nous pousserait à grandir et à nous améliorer. La Ahavat Hachem et la Yirat Hachem ne se contredisent pas au contraire, elles s'harmonisent, se complètent. Et Rav Berkovits de conclure[6] : « C'est grâce à la Ahavat Hachem que la Yirat Hachem est possible. Quand on réalise qu'Hachem nous aime et qu'Il nous fera subir les conséquences de nos fautes, nous expérimenterons le plaisir ultime de la proximité avec Lui et nous pourrons développer la crainte à l'égard de Celui Qui pèse nos actes et vérifie s'ils correspondent à Sa volonté. »

C'est la base de la dichotomie de Roch Hachana. Nous avons peur, car nous savons que nos actions auront des conséquences, mais nous sommes joyeux, car nous savons que si nous faisons des efforts, Hachem sera bienveillant. Roch Hachana nous rappelle de ne pas considérer Hachem comme un Vatran, mais comme un Père aimant et un Roi tout-puissant.

Puissions-nous tous mériter d'être inscrits dans le Livre de la Vie.

 

[1] Roch Hachana, 32b.

[2] Dévarim Raba, 2,15 rapporté dans le Tour, Ora'h 'Haïm, Siman 581.

[3] Téchouva, p. 66

[4] Les six Mitsvot permanentes, p. 191

[5] Baba Kama, 50a.

[6] Ibid., p. 198

Rav Yehonathan GEFEN - © Torah-Box
Sun, 29 Sep 2019 13:36:52 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/230181,roch-hachana-une-journee-joyeuse-et-serieuse.php JW-NEWS-230181
La Slovaquie inaugure son premier rouleau de Torah depuis la Shoah - i24 News

"C'est l'un des moments les plus émouvants de toute ma vie"

Un rouleau de la Torah a été inauguré la semaine dernière à Bratislava, capitale de la Slovaquie, pour la première fois dans le pays depuis la Shoah.

La célébration a eu lieu pendant la bar mitzvah du fils du rabbin local, le rabbin Baruch Myers, qui a fondé le mouvement Chabad en Slovaquie en 1993.

"C'est l'un des moments les plus émouvants de toute ma vie", a déclaré le Dr Tomas Stern, président de la communauté juive de Bratislava, lors de la rédaction des dernières lettres du nouveau rouleau de la Torah.

Mon, 09 Sep 2019 18:41:40 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/229933,la-slovaquie-inaugure-son-premier-rouleau-de-torah-depuis-la-shoah.php JW-NEWS-229933
Le rabbin Lau suspend l’inhumation d’une femme pour que son fils accorde le guet - Times of Israel

Le grand-rabbin ashkénaze d'Israël David Lau a ordonné mardi que l'enterrement d'une femme à Jérusalem soit mis en attente jusqu'à ce que le fils de la défunte accepte de remettre à sa femme un acte de divorce religieux.

Quelques heures plus tard, l'homme en question s'est dit disposé à accorder le guet, et l'enterrement a pu avoir lieu, selon les médias.

La femme, dont le corps a été emmené en Israël depuis les Etats-Unis, devait être enterrée au mont des Oliviers mardi, mais Lau a ordonné à la société funéraire de suspendre les démarches jusqu'à ce que son fils, basé aux Etats-Unis, remette les papiers du divorce à un tribunal rabbinique.

Lau a déclaré que cette mesure a été prise pour faire pression sur le mari, un homme ultra-orthodoxe, pour qu'il libère la femme des liens du mariage juif, ce qu'il refusait de faire depuis plus d'une décennie.

« Quand on a épuisé toutes les options, nous avons informé la société funéraire de ne pas enterrer la mère tant que le fils n'avait pas déposé de divorce casher », a-t-il écrit pour expliquer sa décision. « Nous espérons que cela permettra de finaliser prochainement le divorce et que la femme sera libérée. »

Wed, 21 Aug 2019 08:33:51 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/229746,le-rabbin-lau-suspend-l-inhumation-d-une-femme-pour-que-son-fils.php JW-NEWS-229746
La vie chaleureuse d’une vieille communauté juive dans une Sibérie glaciale - Times of Israel

TOMSK, Russie — Au moment des toasts portés par les responsables juifs de Tomsk, le chef de la tranquille petite communauté juive de la ville sibérienne, Baruch Ramatsky, a soudainement montré un petit et ancien rouleau de Torah.

En observant les visages surpris du grand rabbin de Russie Berel Lazar, et du rabbin local de Tomsk, il était facile de comprendre que cet événement ne faisait pas partie des réjouissances prévues lors de la cérémonie en l'honneur de la restitution de la synagogue historique que les autorités communistes s'étaient approprié.

Appelée synagogue Cantoniste, ce bâtiment rendu à la communauté juive est une structure en bois peu solide l'une des quelques-unes encore debout qui a été construite il y a plus de 100 ans par un groupe de conscrits vétérans les « cantonistes » qui ont eu l'obligation de servir pendant plus de 25 ans dans l'armée du tsar et enrôlés alors qu'ils étaient enfants.

Mon, 19 Aug 2019 15:51:15 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/229733,la-vie-chaleureuse-d-une-vieille-communaute-juive-dans-une-siberie.php JW-NEWS-229733
Une femme juive religieuse va diriger la section cyber de la NSA américaine - Juif.org

Une femme juive "haredi (religieuse orthodoxe) a été appelée à diriger la nouvelle direction de la cybersécurité de l'Agence Nationale de Sécurité (NSA).

Anne Neuberger, de Baltimore, a travaillé à la NSA au cours des dix dernières années. Elle a aidé à établir la Cyber Command américaine et a travaillé en tant que responsable des risques, où elle a dirigé les efforts de sécurité électorale de l'agence pour la mi-mandat 2018. Elle est actuellement directrice adjointe de l'agence.

Elle était auparavant directrice générale adjointe de la marine américaine et travaillait pour le secrétaire à la défense.

Neuberger, 43 ans, également connue sous le nom de "Hani, est originaire du quartier juif de Borlyn Park, à Brooklyn, New York, où elle a fréquenté l'école juive Bais Yaakov pour filles. Elle est diplômée des écoles de commerce Touro College de New York et de Columbia, et a participé au programme Fellows de la Maison Blanche.

Neuberger a déclaré au Wall Street Journal que la direction utilisera plus activement les renseignements sur les signaux recueillis lors de l'expansion des opérations contre les adversaires. Dans le cadre de sa mission, la direction travaillera à la protection des Etats-Unis contre les menaces étrangères en partageant leurs points de vue sur les menaces informatiques spécifiques avec d'autres agences fédérales ainsi qu'avec le secteur privé.

Elle sera une des femmes les plus haut placées de la NSA depuis qu'Ann Caracristi a été nommée directrice adjointe en 1980. Neuberger fera rapport au chef de l'agence, le général Paul Nakasone.

 

Thu, 25 Jul 2019 08:21:41 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/229502,une-femme-juive-religieuse-va-diriger-la-section-cyber-de-la-nsa.php JW-NEWS-229502
Afghanistan: Le dernier juif lutte pour conserver la seule synagogue – son foyer - Times of Israel

KABOUL, Afghanistan — Chaque vendredi, Zabolon Simantov, 52 ans, se douche et se rase en préparation de la journée de repos juive. Le samedi, alors que les 30 millions de musulmans vivant en Afghanistan reprennent leur travail hebdomadaire, il ferme son entreprise et revêt ses plus beaux vêtements pour la prière du matin du Shabbat.

Simantov vit seul dans le bâtiment décrépi qui accueille la dernière synagogue encore en service dans le pays, dans la capitale afghane de Kaboul.

Pendant des siècles, la communauté juive du pays qui aurait atteint, à son apogée, le chiffre de 40 000 personnes a rempli les nombreuses synagogues d'Afghanistan tous les vendredis soirs et samedis matins. Avec le temps, toutefois, la communauté a petit à petit décliné passant à
10 000, puis à quelques centaines, enfin à 10, à 2 et il ne reste aujourd'hui qu'un seul Juif dans le pays : Simantov.

Simantov explique rester en Afghanistan pour sauver le dernier lieu de culte du territoire et maintenir en vie la communauté juive.

« Je reste là pour m'occuper de la synagogue », dit-il. « Si je n'étais pas là, le terrain aurait déjà été vendu ».

Selon Simantov, le fils du chef de guerre et leader religieux Abdurrab Rasul Sayyaf a déjà détruit un cimetière juif de la province de Kaboul et vendu la terre sur laquelle il était installé.

La synagogue se trouve dans le centre de Kaboul, où les prix de l'immobilier sont parmi les plus élevés de la ville. Pour aider à déguiser le fait qu'une synagogue presque vide soit implantée dans un quartier hautement prisé (et aussi pour gagner sa vie), Simantov a transformé les lieux en restaurant le Balkh Bastan, ou ancien Balkh ouvert aux heures du déjeuner et du dîner. Il s'occupe également d'un cimetière situé à proximité en tant que dernier membre d'une communauté autrefois prospère...

Sun, 21 Jul 2019 12:31:18 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/229455,afghanistan-le-dernier-juif-lutte-pour-conserver-la-seule-synagogue.php JW-NEWS-229455
La nomination d'un nouveau grand-rabbin du Maroc fait débat au sein de la communauté juive marocaine - RIA Novosti La petite communauté juive du Maroc, qui compte 1.500 fidèles, est divisée sur la question de la nomination d'un nouveau grand-rabbin. Deux noms de rabbins reviennent avec insistance: Israël et Yoshiyahu Pinto. Une pétition a été lancée en soutien au premier et appelant à éviter la nomination du second. Thu, 11 Jul 2019 18:04:02 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/229378,la-nomination-d-un-nouveau-grand-rabbin-du-maroc-fait-debat-au-sein.php JW-NEWS-229378 Affaire Vincent Lambert: «Le choix du silence respectueux» - Le Figaro FIGAROVOX/TRIBUNE - Haïm Korsia, le grand rabbin de France, invite nos concitoyens à la retenue envers l'affaire Vincent Lambert. Thu, 30 May 2019 21:04:01 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/228962,affaire-vincent-lambert-le-choix-du-silence-respectueux.php JW-NEWS-228962 Pèlerinage de la Ghriba en Tunisie - Juif.org

Des centaines de pèlerins ont convergé vers la synagogue de la Ghriba sur l'ile méditerranéenne de Djerba où vit une des dernières communautés juive en terre arabe.

Ils ont été rejoints par des ministres et autres dignitaires pour célébrer les deux jours de Lag BaOmer.

La fête, qui commence 33 jours après le début de la fête de Pessah, coïncide avec le mois musulman du ramadan cette année pour la première fois depuis 1987.

Un repas de fin de jeune doit réunir juifs et musulmans mercredi soir à Djerba.

« Ce n'est pas facile d'organiser tout cela pendant que les gens jeunent ici. Ils sont fatigués, mais nous sommes comme toujours bien accueillis » a déclaré Lara Tuil-Journo qui vient de France.

Plusieurs centaines de policiers et de soldats, appuyés par des hélicoptères et des chars, ont été déployés pour protéger le pèlerinage.

Cette communauté se remet encore d'un attentat suicide mené par Al-Qaeda contre la synagogue en 2002. L'attaque terroriste avait fait 21 morts.

Avant cela, près de 8000 pèlerins se rendaient à Djerba pour cette fête.

Cette année, les organisateurs espèrent plus de 5000 pèlerins, y compris des israéliens, qui visiteront la synagogue, qui aurait, selon la légende, été fondée en 586 avant l'ère commune par des Juifs fuyant la destruction du Temple de Salomon à Jérusalem.

Le nombre de Juifs en Tunisie est tombé après l'indépendance de la Tunisie de la France en 1956, passant de 100 000 avant l'indépendance à 1500 aujourd'hui, la majorité vivant à Djerba.

 

 

Wed, 22 May 2019 18:19:52 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/228878,pelerinage-de-la-ghriba-en-tunisie.php JW-NEWS-228878
Les rabbins ultra-orthodoxes israéliens se prononcent contre l'Eurovision - RIA Novosti Les principaux rabbins ultra-orthodoxes israéliens ont qualifié la tenue de l'Eurovision à Tel Aviv samedi 18 mai de profanation du sabbat, un jour destiné au repos pour les juifs. Wed, 15 May 2019 17:04:02 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/228781,les-rabbins-ultra-orthodoxes-israeliens-se-prononcent-contre.php JW-NEWS-228781 Le rabbin de 8 000 Juifs éthiopiens bloqués se bat pour que leur exode s’achève - Times of Israel

Lorsqu'environ 100 immigrants Éthiopiens ont pris la route pour Israël le mois dernier, Menachem Waldman était là pour leur dire au revoir à l'aéroport d'Addis Abeba. Pour le rabbin israélien de 64 ans réalisant son 70e voyage en Éthiopie, il s'agissait d'une petite victoire supplémentaire dans une bataille amère ayant causé une peine et une agonie incommensurables à des dizaines de milliers de familles séparées.

Une bataille loin d'être terminée. Environ 8 000 Éthiopiens restent coincés en Ethiopie attendant que le gouvernement israélien les autorise à immigrer. La plupart d'entre eux ont été séparés de leurs familles arrivées en Israël il y a plus de 20 ans.

Wed, 24 Apr 2019 07:21:47 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/228567,le-rabbin-de-8-000-juifs-ethiopiens-bloques-se-bat-pour-que-leur.php JW-NEWS-228567
À Mossoul, une synagogue en ruine face au défi de la reconstruction - France24 - moyen-orient Témoin d'un temps où musulmans, chrétiens et juifs vivaient à Mossoul ensemble, une synagogue en ruine a été découverte dans la vieille ville. Mais face au défi de la reconstruction, préserver ces sites religieux n'est pas une priorité. Wed, 24 Apr 2019 00:04:04 +0200 http://www.juif.org/communaute-juive/228562,mossoul-une-synagogue-en-ruine-face-au-defi-de-la-reconstruction.php JW-NEWS-228562