English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Antisémitisme : racisme envers les Juifs & Israël

70 ans après la Shoah, l'antisémitisme très présent en Europe

70 ans après la Shoah, l'antisémitisme très présent en Europe - © Juif.org

Des centaines de dirigeants juifs des pays européens se sont réunis lundi au parlement européen à Bruxelles à l'occasion de la journée internationale de commémoration de la Shoah, au milieu des préoccupations que les partis de droite radicaux, affiliés à des opinions antisémites, pourraient prendre le parlement en mai.

S'adressant au parlement, le président du parlement européen, Martin Schultz, a déclaré : "la Shoah a été la pire tragédie de l'humanité, mais aujourd'hui encore, les dangers et les démons sont malheureusement encore présents dans nos sociétés. Ce soir, nous nous sommes souvenus des victimes, nous avons rendu hommage aux "justes parmi les nations", et nous disons : 'plus jamais'."

Schultz a souligné que "la tenue d'une cérémonie à la mémoire ne peut pas annuler les atrocités qui ont eu lieu dans tant de familles, mais elle peut servir d'avertissement, elle peut servir comme un hommage et peut servir de leçon."

Des sondages menés dans les états de l'Union Européenne indiquent que les électeurs ont tendance à voter pour des partis radicaux de droite en signe de protestation contre les crises économiques et sociales dans le continent.

Il a également été suggéré que les partis de droite de l'UE ont l'intention de se réunir avec les élections dans le but d'augmenter leurs chances de susciter des votes.

Le premier ministre grec Antonio Samaras, dont le pays détient actuellement la présidence tournante du conseil européen, a déclaré : "aujourd'hui, cent ans après la première guerre mondiale, lorsque des dizaines de millions d'européens ont perdu la vie dans la bataille, soixante-dix ans après les atrocités du génocide et de l'Holocauste, nous avons tourné ces cauchemars horribles en une vision lumineuse, et cette vision est une réalité : l'Europe unie, notre Europe, qui est devenue championne du monde du respect de la liberté, des droits démocratiques et de la dignité humaine," a-t-il dit.

Luttant contre le parti néonazi grec Aube Dorée, Samaras s'est engagé à commémorer les victimes de la Shoah et de veiller à ce que la droite radicale ne se renforce pas.

Il a souligné que l'obligation de se souvenir de la Shoah n'est pas seulement pour les victimes, mais aussi pour les générations futures, dont les dirigeants doivent apprendre que la violence contre les minorités et les étrangers est un crime.

Le président du Congrès Juif Mondial, Ronald S. Lauder, a également abordé la montée des groupes antisémites d'extrême droite en Europe, comme en Grèce et en Hongrie.

Lauder a déclaré que "la journée mondiale de l'Holocauste est dénué de sens si nous ne payons attention qu'à ce qui s'est passé et ignorons les mêmes problèmes qui nous menacent aujourd'hui."

Le président du Congrès Juif Européen, Moshé Kantor, a déclaré que de nos jours l'antisémitisme connaît une "démocratisation", affirmant que "70 ans après la libération d'Auschwitz, qui aurait pu imaginer des représentants de partis avec des insignes nazis, la haine raciste contre les juifs et une propension à la violence marchant dans les rues de nos capitales et de nos chambres parlementaires, y compris celle-ci."

Kantor a adressé le fait que des saluts nazis ont été "exécutés en toute impunité à Auschwitz, au mémorial de la Shoah à Berlin, dans une synagogue et même en face de l'école juive de Toulouse où des enfants juifs et un enseignant ont été assassinés en plein jour par un terroriste français."

Kantor a également noté les dangers de la multiplication des actes antisémites : "alors que nous commémorons la destruction des communautés juives de Grèce et de Hongrie, il y a seulement 70 ans, comment libérés sont les citoyens de l'Europe quand nous sommes témoins aujourd'hui de l'éruption de partis politiques avec des insignes nazis dans les rues d'Athènes et de Budapest alors que nous craignons véritablement la perspective très réelle du renforcement de l'extrême droite et des partis néonazis dans les prochaines élections européennes ?"

"L'Holocauste n'est pas une question de satire. L'antisémitisme n'est pas une opinion, c'est un crime," a-t-il ajouté.

Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 12 minutes