English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Blog : PAF 2.0 - Politique Arabe de la France

Le Signe Juif de la Politique Française - Shmuel Trigano

Un article intéressant

par Shmuel Trigano

CONTROVERSES numéro 10 - paraîtra en Mars 2009

Dossier principal : Le signe juif de la politique française

La guerre de Gaza et son impact sur l'opinion publique donne à voir avec un réalisme terrifiant ce que le monde a dans l'âme quand il pense à Israël et au peuple juif. L'attitude de la « communauté internationale » est particulièrement significative, à ce propos. Une cécité totale à la réalité de la situation s'accompagne d'un « souci humanitaire » qui ne s'est que très rarement exercé durant le calvaire des Israéliens ( 7 ans de tirs de missiles sur le sud d'Israël et la progression inquiétante de ce canardage vers les centres vitaux du pays, la constitution d'un pouvoir totalitaire, de style fasciste, promoteur de haine et de mort, l'enrôlement et l'embrigadement de toute une population au service de la politique impérialiste de l'Iran intégriste sur toute la région et la haine permanente).

La décision de cessez le feu du Conseil de sécurité fut très significative de l'état d'esprit ambiant envers Israël. Si l'on observe bien l'histoire du conflit israélo-arabe, on constate que toutes les victoires militaires d'Israel, remportées contre des agressions arabes, ont été annulées par la politique des puissances et notamment l'ONU, j'ajouterais tout spécialement la France. Ces victoires auraient pu à chaque fois constituer un point final du conflit, obligeant les Etats arabes à assumer la défaite de leur ambition exterminatrice à l'égard d'Israël, comme cela se passe dans tout conflit. Bien au contraire, les puissances occidentales ont tout fait pour empêcher une telle situation. Il fallait empêcher « l'humiliation arabe » (rappelons qu'elle découle de l'existence d'Israël)?

Que laissait entrevoir la demande de cessez le feu dans l'opération de Gaza sinon la volonté qu'Israël accepte de rester la cible de son ennemi le plus implacable sans réagir, sinon, qu'Israël renonce à sa souveraineté politique pour confier son destin à un consortium onusien où le camp qui lui est ennemi occupe le haut du pavé et qui ne s'occupe du sort des Israéliens que lorsqu'il en a le temps ? Derrière ce décor de théâtre décadent une perversité morale gigantesque est à l'oeuvre qui voue les Juifs à la condition de victimes éternelles. La « communauté internationale » veut-elle sauver le Hamas et lui redonner la possibilité de viser les centres vitaux d'Israël qu'elle ne s'y prendrait pas autrement.

Le souci humanitaire est un principe auquel il ne faut pas renoncer et tout montre qu'il est loin d'être absent de l'action israélienne mais il s'agit d'une guerre et pas d'une promenade. Si le Hamas a été « élu », c'est aussi parce que les Gazaouites font corps avec sa politique. Pourquoi n'en supporteraient-ils pas les conséquences désastreuses ? Pourquoi les populations civiles de tout coeur et de tout corps engagées dans la lutte contre « les Juifs » (c'est ainsi que les Israéliens sont appelés à Gaza) échapperaient-elles à leur responsabilité ? Seraient-ce parce qu'elles seraient par principe innocentes ? Personne n'évoque les « populations civiles » israéliennes, à croire que tout Israël est un camp militaire et qu'à Gaza, il n'y a que des civils. On ne voit d'ailleurs qu'eux à la T.V. Qui tirent les roquettes et les missiles ? Qui se demande pourquoi les cameramen palestiniens et arabes qui abreuvent le monde de scènes sanguinolentes n'ont jamais montré d'hommes en armes ?

Comment les médias occidentaux ont-ils pu gober, sans états d'âme, ce compte rendu manipulatoire, où le décompte des victimes est celui du Hamas ? Telle est la vraie question et le coeur du problème.

Il faut remarquer à nouveau que le syndrome qui s'est développé en France à l'occasion de la deuxième intifada est à l'oeuvre, quand le gouvernement Jospin a demandé aux Juifs de ne pas réagir aux 450 agressions dont ils étaient victimes « pour ne pas jeter de l'huile sur le feu »? Demande était faite alors aux Juifs français d'accuser le coup de l'agression envers eux en silence pour sauver « la paix publique ». C'est exactement ce que fut le syndrome munichois de l'opinion européenne face au régime nazi : apaiser l'agresseur en sacrifiant la victime. A la même époque, faisaient rage en Europe pourtant la compassion universelle pour les victimes de la Shoa et la célébration de leur mémoire. C'était une conjonction de contraires absolument nouvelle, mariant l'excellence morale des Juifs à leur déchéance sociale et politique.

Un profil nouveau du « Juif » se mit en place , à l'oeuvre en fait subrepticement depuis les années 1990 mais qui se confirme depuis lors de plus en plus et que je définirais, en me souvenant de la pensée de Georges Bataille, comme le profil du paria magnifique, c'est à dire la figure d'un homme révéré et célébré mais vivant dans la condition la plus misérable, dans l'exclusion quasi sacrée, au statut très bas. Prestige combiné à abaissement. Ces personnages ont existé dans toutes les sociétés, cristallisant à la fois le contraire de l'ordre social et symbolique et en même temps sa source la plus forte. C'est autour de leur condition abaissée que les sociétés se réunissent dans des périodes de crise pour se souvenir qu'elles sont humaines, par delà leurs conflits de pouvoir et de prestige. Or, pour que celà soit possible il faut impérativement que le paria magnifique reste au plus bas, en l'occurence qu'il renonce à sa souveraineté et à sa capacité de se défendre, qu'il continue à s'exposer passivement aux attaques de ses ennemis. C'est la condition de sa sacralité. Pourvu qu'il se conforme au rôle consensuel auquel il a été assigné : à la condition de victime, hier, aujourd'hui et demain.

Tel est le schéma psycho-symbolique qui porte la décision du Conseil de sécurité, un schéma que l'on retrouve à l'oeuvre dans beaucoup de formes culturelles, prépondérantes aujourd'hui, où le Juif est valorisé dans sa propre contrition, dans la haine de soi, dans l'aveu. Une partie du cinéma israélien, si célébré en Occident, s'inscrit dans ce créneau, condition du succès. Ce schéma, De Gaulle l'avait très bien exprimé avec sa sortie sur « le peuple sûr de lui et dominateur », assignant aux Juifs le rôle de la victime passive comme condition de la miséricorde européenne. « Un capital considérable d'intérêt et même de sympathie s'était accumulé en leur faveur, surtout, il faut bien le dire dans la Chrétienté; un capital qui était issu de l'immense souvenir du Testament, nourri par toutes les sources d'une magnifique liturgie, entretenu par la commisération qu'inspirait leur antique malheur et que poétisait, chez nous, la légende du Juif errant, accru par les abominables persécutions qu'ils avaient subies pendant la Deuxième Guerre mondiale' Si Israël est attaqué, lui dis-je alors en substance, nous ne le laisserons pas détruire, mais si vous attaquez, nous condamnerons votre initiative » .

Cette condition de « paria magnifique » a été vécue en France, dès la fin des années 1990, par quelques « intellectuels juifs ». Magnifiques, par principe, par leur activité et leur statut social mais exclus en douce de toutes les arènes du débat public et de la respectabilité intellectuelle, ramenés à leur origine « ethnique », comme la chose devint évidente durant la deuxième Intifada , pour annuler leur argument et surtout leur identité d'intellectuels. A moins que pour quelques rares individus, voire un unique intellectuel - en vertu non d'un droit mais d'un privilège - la fonction de conscience malheureuse et déchirée ne leur soit asignée sur tous les écrans et dans tous les journeaux. Cette configuration est tout à fait différente de celle qu'analysait Hannah Arendt pour la modernité quand elle remarquait que les intellectuels juifs, pour être admis dans la bonne société et le cercle intellectuel, avaient deux possibilités, celle de se comporter comme des parvenus, en trahissant, bien qu'avec une nostalgie inextinguible, leur appartenance au peuple juif, ou comme des parias, s'ils restaient fidèles à eux mêmes. Kafka, à ses yeux, fut le modèle du paria. Le monde devient de fait, aujourd'hui, kafkaïen pour les Juifs, accusés du crime que leurs ennemis commettent ou veulent commettre sur eux, sans que leur parole ne porte, sans que la foule en fureur ne prenne soin d'examiner les faits rationnellement et les responsabilités. Malgré son rang social, l'intellectuel juif se voit annulé dans sa fonction d'intellectuel et étiqueté, enfermé dans la case « communautaire », c'est à dire, dans l'esprit de tout le monde, « communautariste ».

Ce système de rapports ne fait en vérité qu'ajouter de l'huile sur le feu, car les transgresseurs sont exemptés de leur responsabilité et reçoivent un encouragement à leur comportement déviant. Mettre dos à dos Hamas et Israël, expliquer la violence par le « cycle de la violence » pour le Moyen Orient ou les « conflits inter-communautaires » pour la France (c'est à nouveau le cas aujourd'hui), c'est choisir programmatiquement d'innocenter les coupables, en courant de surcroît le risque de les amalgamer avec leur « communauté », et d'accuser la victime d'être responsables de ce qui lui arrive. Il n'y a jamais eu d'agressions des Juifs contre des sites musulmans en France et Israël, qui s'est retiré de Gaza et a enduré durant 7 ans des tirs de missiles du Hamas sur son territoire sans riposter.

Il semble que personne n'ait encore compris que cette problématique se retourne inéluctablement contre la société qui s'en rend coupable, nationale ou internationale. Le déni, durant de nombreux mois, des actes antisémites des années 2000 annonçaient et légitimaient dans le principe les émeutes des banlieues françaises. Le même comportement aujourd'hui annonce d'autres événements graves dont toute la société française (et internationale) aura à pâtir.

Un cercle vicieux s'installe aussi indirectement qui ne peut que « jeter de l'huile sur le feu ». La célébration formelle de l'excellence de la figure (victimaire) des Juifs ( devoir de mémoire de la Shoah oblige !) ne peut que susciter jalousie et ressentiment chez leurs ennemis, dans un premier temps, qui appelle, dans un deuxième temps, la tentative des célébrateurs de « calmer » leur ressentiment en tentant de rétablir « l'équilibre » psycho-symbolique en abaissant encore plus la condition des Juifs, en les enchainant encore plus à leurs ennemis.

C'est un retour régressif à un passé révolu qui se produit ici. Il est possible que des Juifs soient prêts à endosser à nouveau les habits de la victime désignée - ces personnalités se produisent même sur toutes les scènes (et pour cause) - mais il ne faut pas négliger la révolution mentale qui s'est produite il y a 60 ans dans la conscience juive : le sionisme, projet de libération du Juif qui se propose d'ériger le peuple paria en sujet souverain de l'histoire. La mauvaise foi planétaire se brisera sur cette nouvelle donne

3 commentaires
Pourquoi y a t-il une telle pression su¨r Israël en permanence ? pourquoi les victoires sont elles toujours volées à Israël lorsqu'ils vont gagner la guerre? je réponds par une question : pourquoi Israël se laisse t-il faire et voler la victoire au moment où il va gagner??? si l'on regarde dans le monde les hommes d'état qui osent dire "non", il faut remarquer qu'au bout d'un moment on les laisse tranquilles!!! le malheur c'est que souvent, ce sont les pires des dictateurs, et pourtant, le monde n'ose pas s'en prendre à eux!! Et c'est Israël, pays démocratique qui est cloué au pilori!!! Israël qui s'explique, Israël qui prévient avant de bombarder, Israël qui s'excuse!!!! Israël qui veut faire plaisir à tout le monde et que l'on méprise, Israël qui est faible et se laisse dicter sa conduite!!! j'espère que dans un avenir proche, israël va enfin se réveiller, et envoyer paître tous ceux qui l'empêchent de se défendre, d'être seul maître de son pays.
Envoyé par Claude_006 - le Vendredi 30 Janvier 2009 à 15:35
Israël vaincra n'en déplaise à Satan le dévoreur de toute l'humanité .
Mais le monde est aveuglé, sourd et indifférent aux conséquences terribles qu'il ignore par hypocrisie. Vous voulez votre petit confort social, il va s'écrouler comme les pinèdes des Landes pour REVEILLER.et secouer les arbres morts.
Les nations maudites qui se plaisent à la violence , et à la mort diabolique connaîtront le jugement terrible d'un D ' couroussé de colère. On ne joue pas ainsi ,impunément . Dieu est en colère et Il arme et prépare SES enfants.

Moi j'ai choisi mon camp : ISRAËL . porteur de l'arbre de Vie.

Merci à tous mes frères et soeurs. Je vous aime. et c'est délicieux de mieux vous connaître.J'aime en particulier les chants hébreux, les danses, là je ressens la joie de l'Eternel pour ses enfants.et lorsque je vois mon peuple danser dans la ville je danse aussi pour exprimer ma reconnaissance à ELOHIM

Courage donc, ne baisser pas les bras devant le monde aveugle, mais danser aux yeux du monde. les caméras sont braquées sur vous.!.Car la danse est l'expression de votre foi.et la joie de l'Eternel qui vient en vainqueur.

Shabbat shalom
Envoyé par Danielle_005 - le Vendredi 30 Janvier 2009 à 16:28
Shabbat Shalom Danielle.
Envoyé par Joseph_015 - le Vendredi 30 Janvier 2009 à 17:14
Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 9 minutes