English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Blog : Torah-Box

Une société de High-tech qui respecte parfaitement Chabbath !

Une société de High-tech qui respecte parfaitement Chabbath ! - © Torah-Box

« Rafi, nous avons un problème. »

Rafi avait décelé dans la voix d’Eli que quelque chose d’important le tracassait. C’était un vendredi matin d’une journée torride en plein mois d’août en Israël.

Eli était le patron d’une société high-tech israélienne qui avait été acquise plusieurs années plus tôt par une grande société mère américaine. Rafi, vice-président de la société, était très apprécié et jouissait de toute la confiance d’Eli. Tous deux étaient des Juifs pratiquants.

-          Quel est le problème ?, demanda Rafi.

-          Je viens d’avoir un appel de notre société mère. Ils sont stressés à l’approche imminente de la mise en place de nos nouveaux produits. Ils veulent que nous soyons disponibles vendredi soir prochain pour des changements de dernière minute sur le logiciel, et nous demandent d’assister à une conférence téléphonique… samedi matin !

Rafi se figea. La société américaine était située sur la côte est des États-Unis. Vendredi soir et samedi matin tombaient pile en plein milieu du Chabbath.

« Mais Eli, ils savent tout du Chabbath ! Ils ont toujours pu se débrouiller avec nos solutions de rechange, quand nous travaillons plus tard les autres jours. Mais jamais le vendredi et le samedi ! Que se passe-t-il ? »

-          Chad, le vice-président de notre compagnie mère, m’a expliqué que de nombreux facteurs entrent en jeu pour un lancement réussi. Il m’a dit : "Désolé pour votre Chabbath, mais c’est une exception. Des centaines de millions de dollars sont en jeu !". Rafi, il faut que tu trouves un plan !

-          Un plan ? Quelle sorte de plan ? On ne peut pas travailler le Chabbath !

-          Je sais, mais si nous refusons catégoriquement, cela va créer des tensions considérables entre nous et la société mère. Je compte sur toi pour trouver une solution qui nous permette d’adhérer à nos principes, sans toutefois transgresser le Chabbath.

Rafi était sous le choc : quelle solution pouvait-il trouver ?

« Eli, je vais faire ce que je peux. »

Rafi raccrocha le téléphone et ferma la porte de son bureau. « Il faut que je réfléchisse ! », se dit-il.

Rafi travaillait dans le monde du high-tech depuis longtemps. Au cours de sa carrière, il s’était retrouvé dans divers pays du monde. Un jour, il s’était retrouvé à Auckland, en Nouvelle Zélande, pour un projet. Pour son premier vendredi soir, on lui avait demandé de diriger l’office à la synagogue.

À l’issue de l’office, le rabbin lui dit : « Je voudrais que tu saches que tu as un mérite particulier. »

-          Pourquoi ?, demanda Rafi.

-          Car tu as conduit l’office du premier Minyan de la planète qui célèbre le Chabbath aujourd’hui !

-          Vous êtes sérieux ?

-          Oui !, répondit le rabbin. Nous sommes la communauté juive la plus proche de la ligne internationale de changement de date. Nous sommes la première communauté à célébrer le Chabbath ! Toute communauté juive située du côté est en est encore au jeudi.

En Nouvelle-Zélande, Rafi se sensibilisa aux divers fuseaux horaires et leurs ramifications, car il avait de la famille en Israël ainsi qu’aux États-Unis, et devait se connecter avec d’autres villes tout en travaillant à Auckland.

Tout en réfléchissant à la situation actuelle, il réalisa soudain que la solution pouvait consister à jouer sur divers fuseaux horaires.

Le dimanche matin, Rafi convoqua tous les directeurs de la société.

« Les gars, voilà la situation. » Il exposa la demande soudaine de la société mère et ses enjeux.

- Qui est le meilleur expert technique pour travailler sur les problèmes de software un vendredi soir ?

- Anat, fut la réponse unanime.

- Très bien, répondit Rafi et qui est le meilleur chef de projet pour gérer la conférence téléphonique du samedi matin ?

Les directeurs se regardèrent. « Nir », annoncèrent-ils. Personne ne protesta.

« Demandez-leur svp à tous deux de se présenter dans mon bureau dans 15 minutes. »

Les directeurs partirent. Rafi s’assit à son bureau, planifiant l’étape suivante. Une fois son personnel sélectionné, où allait-il les envoyer ? Les quartiers généraux de la société mère se trouvaient sur la côte est des États-Unis. Il devait envoyer Anat du côté ouest. Rafi réalisa qu’Anchorage, en Alaska, serait une destination parfaite.

Anat irait à Anchorage et Nir partirait pour Hong Kong.

Il fit une réservation pour Anat dans un hôtel à Anchorage. Elle serait chargée d’effectuer les dernières corrections d’erreurs du logiciel le vendredi pendant la journée, tandis que le Chabbath aurait déjà commencé sur la côte est.

Jusque-là, très bien. À présent, la conférence téléphonique du samedi matin. Elle était fixée à 8 heures du matin, heure d’été. Rafi devait trouver une ville où Nir pourrait répondre au téléphone alors que Chabbath serait déjà fini pour lui.

Mais où ? Hong Kong possédait le service Internet le plus rapide et le plus fiable de l’Extrême-Orient, et son fuseau horaire était exactement 12 heures plus tard que la côte est des États-Unis. Rafi se connecta immédiatement sur son ordinateur. À quelle heure le Chabbath finissait-il à Hong Kong ? 19h39. Ce qui correspondait à 7h39 du matin sur la côte est. Cela donnait à Nir 21 minutes après Chabbath pour répondre à l’appel téléphonique.

On frappait à la porte. Anat et Nir entrèrent.

« Tu nous as appelés ? »

« Asseyez-vous s’il vous plaît », dit Rafi.

Il se mit à expliquer le défi auquel ils étaient confrontés et la solution qu’il avait trouvée. « Vous savez à quel point le Chabbath est important pour la direction de la société. La seule solution à ce problème est de faire vos bagages et de partir. Anat, tu iras à Anchorage. Nir, tu pars pour Hong Kong. »

Anat respectait le Chabbath et se montra compréhensive. Elle était heureuse d’aider la société à adhérer strictement aux règles du Chabbath. Mais pour Nir, c’était une autre affaire.

« Rafi, ça n’a pas de sens. Tu sais bien que je ne respecte pas le Chabbath. Pourquoi te tuer à l’ouvrage pour préparer ce voyage à Hong Kong ? Je suis parfaitement d’accord de répondre à l’appel depuis mon appartement à Tel-Aviv ! »

Rafi sourit. « Nir, ce que tu fais de ton temps libre n’est pas mon affaire. Mais là, c’est un travail pour la société. Chabbath est plus important que notre société. Je ne demanderai jamais à aucun de nos employés de faire un quelconque travail le Chabbath. Ce que tu fais à Hong Kong pendant tout le samedi ne me regarde pas. Ma seule préoccupation, c’est que tu ne travailles pas le Chabbath. »

Nir en eut le souffle coupé. Il n’avait jamais réalisé à quel point le Chabbath était important pour les directeurs travailleurs et assidus de sa société. Il en était fier.

Il accepta d’entreprendre ce long voyage et Rafi remercia profusément ses deux employés.

Rafi fit part de la solution à Eli, qui en fut enchanté. « Avertis Corporate », déclara Eli.

« Sans problème. »

Rafi téléphona à la société mère.

« Chad en ligne », dit la voix à l’autre bout de la ligne.

« Salut Chad, c’est Rafi. »

Chad se racla la gorge. C’était un protestant non-pratiquant qui avait toujours tenté de faire preuve de sensibilité envers les besoins religieux de ses employés. Mais cette fois-ci, c’était différent.

« Ah, Rafi, comment vas-tu ? Écoute, je suis vraiment désolé de cette demande de dernière minute pour le week-end, je sais que vous aimez célébrer le Chabbath quand vous pouvez. »

« Chad, ce n’est pas un problème. Nous avons pu répondre aux besoins de la société. Nous avons engagé nos meilleurs experts sur cette mission. »

Chad soupira. « Rafi, transmets s’il te plaît à Eli que Corporate est très reconnaissant. Nous n’oublierons pas que vous renoncez à votre Chabbath au profit des intérêts de notre société. »

« Chad, nous avons pu nous organiser de façon à nous occuper des intérêts de la société sans compromettre notre Chabbath, même d’un iota. »

Chad était perplexe. « Tu rigoles ? Je dois écouter ça. »

« J’envoie notre meilleur programmateur à Anchorage pour les corrections d’erreur du vendredi soir. Tout sera prêt avant le début du Chabbath sur la côte est, car, pour elle, ce sera encore la journée, avant le Chabbath. Mon meilleur chef de projet s’envole pour Hong Kong. Il sera présent à l’appel pour la conférence téléphonique du samedi matin, mais pour lui, le Chabbath sera déjà terminé depuis plus de 21 minutes à Hong Kong. »

Chad était encore troublé. « Les amis, vous n’assouplissez pas les règles, ici ? Je veux dire, Chabbath c’est Chabbath. Ne me comprends pas de travers, je suis content que vous vous chargiez du travail. Mais on dirait que vous trichez un peu là », déclara Chad en riant.

« Non, en fait, on obéit totalement aux règles du Chabbath, car le Chabbath commence et finit à des horaires différents selon le fuseau horaire où on se trouve », expliqua Rafi. Il entra dans les détails et Chad fut épaté par la solution. Il donna son feu vert pour les deux voyages.

Anat et Nir se rendirent à l’aéroport un mardi matin pour s’assurer qu’ils auraient amplement le temps d’arriver et d’installer leurs ordinateurs et autres équipements. Tout le monde était anxieux le vendredi. Rafi et Eli récitèrent une prière, puis éteignirent leurs ordinateurs et téléphones, plongeant dans la spiritualité du Chabbath, plaçant leur confiance en D.ieu qui bénirait certainement leurs efforts herculéens et couronnerait leur mission de succès.

Comme ils le redoutaient, il y eut de nombreux problèmes avec le logiciel. Ce n’était pas un problème, car Anat était prête. Elle était déjà sur Internet à Anchorage et s’attaqua au cœur du problème. Lorsque le Chabbath était sur le point de commencer en Alaska, Anat avait résolu plus de cent problèmes et permis aux produits d’entrer sur le marché. C’était à présent son tour de se déconnecter et de profiter de l’atmosphère apaisante du Chabbath. Elle avait apporté du vin et des ‘Halot pour l’occasion, ainsi qu’un délicieux petit repas.

Samedi matin, à huit heures, sur la côte est américaine, la conférence téléphonique débuta.

« Ok, les gars. J’ai besoin d’une mise à jour du statut des erreurs du logiciel », annonça nerveusement Chad.

« Certainement », répondit Nir depuis Hong Kong à 20h01, heure locale. Il se lança dans une explication détaillée de tout ce qu’Anat avait résolu le soir précédent et aborda les étapes suivantes pour la mise en place des produits.

Chad et les autres directeurs de Corporate étaient absolument enchantés des résultats et complimentèrent leur subsidiaire israélien pour leur efficacité dans la gestion de cette mission.

À l’issue du Chabbath en Israël, Eli et Rafi allumèrent leurs téléphones pour vérifier les sms et les e-mails. Ils furent soulagés de découvrir que l’opération délicate avait été un succès retentissant ! La société mère était enchantée des résultats.

Tout le monde ressentit que, grâce au dévouement dont ils avaient fait preuve vis-à-vis du respect du Chabbath, D.ieu avait fait en sorte que tout se déroule au mieux.

Avec une précision d’horloge !

Chlomo Horwitz

Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 35 minutes