English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Blog : Torah-Box

Robert Badinter - La nostalgie du Judaïsme de sa grand-mère

Une attitude bien connue est que, vers la vieillesse, des individus qui étaient éloignés de la foi retrouvent les traditions ancestrales et s’identifient à la religion, alors qu’ils étaient, leur vie durant, moins reliés aux pratiques. Blâmer une telle conduite serait stupide, car il est, en réalité, naturel de faire un bilan et de jeter, en fin de parcours, un regard nostalgique sur le passé. C’est cette évocation du passé, d’une grand-mère qui ne parlait que Yiddish, que l’un des plus prestigieux juristes français, Robert Badinter, présente dans son livre « Idiss », paru récemment. Il le décrit avec amour, avec piété, et raconte, entre autres, l’allumage des bougies par sa grand-mère, le vendredi soir. « Au temps de mon enfance, tous les vendredis, quand tombait la nuit, ma grand-mère Idiss allumait les bougies pour dire les prières du Shabbat. Je voyais ma grand-mère la tête recouverte d’un châle blanc, balançant ses épaules au rythme de la prière en hébreu. Elle tenait ses mains grandes ouvertes vers la flamme, et murmurait très vite à voix assourdie les paroles rituelles comme un ruisseau d’eau vive qui s’écoule ». Le ton est donné ; l’appréciation, l’admiration, l’affection pour ce passé, pour cette grand-mère, pour cet acte religieux, la « Kabbalat Chabbath » [l’accueil du Chabbath], apparaissent clairement.

La personnalité de Robert Badinter est bien connue en France. Juriste de renom, il a été Garde des Sceaux (Ministre de la Justice) sous Mitterrand, il a fait voter en 1981 l’abolition de la peine de mort ; il a été longtemps Président du Conseil Constitutionnel, l’instance juridique la plus élevée en France. Cette évocation est, sans doute, spécialement émouvante, et suscite indiscutablement l’admiration. Le souci de transmission de cette fidélité affective est également ressenti, puisque le livre est dédié à ses petits-enfants. Il y a ici, pour ce personnage, nonagénaire aujourd’hui, un témoignage d’amour qui dépasse les générations et qui ne peut qu’émouvoir.

Mais une question, cependant, reste posée : cette transmission peut-elle continuer ? Peut-elle s’insérer dans la tradition, dans le devenir historique du peuple juif ? Dans la première bénédiction de la Amida (Chemoné Essré) que le fidèle récite 3 fois par jour, il est écrit que le Tout-Puissant « ???? ???? ???? ????? ???? ???? ????? – se souvient des bienfaits des pères et enverra un Libérateur à leurs descendants ». Le passage de témoin des ancêtres aux descendants est lié à la fidélité à la tradition.

On connaît l’indignation des habitants du quartier orthodoxe, Méah Chéarim, quand ils voient passer des touristes juifs américains dans leur quartier, auxquels le guide explique : « Ici, vous voyez comment vivaient vos parents. C’est ici le musée de la tradition ». Il est évident que ce n’est pas là l’intention de Robert Badinter qui est, certainement, conscient que ce n’est pas la simple évocation émouvante de la grand-mère qui illustre la continuité de l’histoire juive.

Sans lien concret avec la fidélité à l’Alliance entre le Créateur et le peuple d’Israël, comment maintenir cette alliance ? Il existe un devenir historique, il existe une espérance : de cette histoire, de cette espérance, il ne fait aucun doute que Robert Badinter a prouvé qu’il en ressentait la charge, et ce dernier livre en porte le témoignage vivant. Mais il nous importe de savoir comment continuer à transmettre cette tradition, pour garantir la pérennité de l’histoire du peuple. Seule une fidélité absolue aux valeurs et aux actes traditionnels assureront l’avenir, car ils sont porteurs d’une promesse bimillénaire qui, au-delà du message d’Israël, doit apporter le salut à l’humanité.

5 commentaires
Je n'admire pas quelqu'un qui remet en liberté un grand criminel qui tue à nouveau, une fois sa peine purgée. ...quand on n'a pas la solution pour éviter un second meurtre; on préfère que ce soit le criminel qui meure plutôt que les victimes ! ça me semble évident mais je suis trop bête pour comprendre , sans doute ! Rigole Rigole Rigole Rigole Rigole
Envoyé par Laurent_064 - le Lundi 11 Février 2019 à 01:27
Robert Badinter me fait plutôt honte !
Envoyé par Laurent_064 - le Lundi 11 Février 2019 à 01:29
...Quant à son orgueil ! Je me demande s'il ne dépasse pas l'Everest !
Envoyé par Laurent_064 - le Lundi 11 Février 2019 à 01:31
Robert Badinter est imbu de sa personne . J'ai écouté un de ses discours recemment et c'est un homme intelligent certes , mais quelle prétention ! c'est lui qui a fait voter la loi pour l'abolition de la peine de mort . je l'ai déjà dit et écrit, je n'aime pas la mort , quand je pense à celui qui va se faire exécuter je me sens glacée ,mais quand je pense aux victimes de ces assassins et criminels je me dis que la peine de mort c'est mieux que la prison , au moins ils ne ressortiront pas pour" bonne conduite" , au moins ils ne recommenceront pas. Il est grand temps pour Badinter de réciter la Amida.
Envoyé par Danièle_008 - le Lundi 11 Février 2019 à 11:33
Bravo Danielle, j'ai vraiment craint d' être le seul à penser ce que j'ai exprimé. En lisant cet article sur Robert Badinter, je me suis dit :" ils sont zinzins ou quoi ? Certes il est louable d'avoir du coeur mais quand les vertus juives et chrétiennes poussent un Victor Hugo à appitoyer des générations de lecteurs sur un criminel (Jean Valjean) on ne s"étonnera pas de récolter un personnage tel que Robert Badinter ! (Lire les pages sur Victor Hugo dans "destin français" d'Eric Zemmour.)
Envoyé par Laurent_064 - le Lundi 11 Février 2019 à 12:57
Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 28 minutes