English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Blog : Torah-Box

Balak - Etre digne des "Chalom Regalim"

Il est écrit dans la Parachat Balak : « Hachem ouvrit la bouche de l’ânesse, elle dit à Bilam : "Que t’ai-je fait pour que tu m’aies frappé ces trois fois ?" » (Bamidbar, 22:28)

Rachi explique sur les mots « Chaloch Régalim » : C’était pour lui faire une allusion : « Tu essaies d'anéantir une nation qui célèbre trois fêtes de pèlerinage dans l’année. »

Bilam se mit en route pour maudire le peuple juif, quand son ânesse refusa de continuer. Il la frappa à trois reprises et c’est alors que l’ânesse ouvrit miraculeusement sa bouche et lui demanda pourquoi il l’avait injustement frappé trois fois. La Torah emploie le mot « Régalim » plutôt que « Péamim » qui aurait été plus courant pour parler des occasions où elle a été battue. ’Hazal expliquent qu’Hachem véhiculait le message, par l’intermédiaire de l’ânesse, que la tentative de Bilam – de détruire le peuple juif – n’aboutirait pas, étant donné que ce dernier respecte les trois fêtes de pèlerinage (Chaloch Régalim) ; Pessa’h, Chavouot et Souccot. Quel rapport peut-on trouver entre les Chaloch Régalim et le voyage de Bilam pour maudire les Juifs ?

Les trois Régalim symbolisent les trois Ikaré Émouna (Fondements de Foi) mentionnées dans le Séfer Ha’ikarim ; l’existence d’Hachem (Métsiout Hachem), le fait qu’Il nous ait donné la Torah (Torah Min Hachamaïm) et le fait qu’Hachem nous dirige (Hachga’ha). Ce sont les piliers de notre foi. Bien que l’on puisse trouver tous ces éléments dans chacune de ces fêtes, on peut tisser un lien plus particulier entre chaque Réguel et chaque fondement de Foi ; Pessa’h nous enseigne principalement l’existence d’Hachem, Chavouot tourne autour du don de la Torah et Souccot met l’accent sur l’idée de protection divine (quand les Bné Israël étaient dans le désert).

Bilam tenta d’anéantir le peuple juif dont la base est la Émouna. C’est la raison pour laquelle Hachem le prévient que son projet ne réussirait pas, du fait de la Émouna de la nation. Mais pourquoi est-ce précisément les trois fêtes de pèlerinage qui sont utilisées comme exemples de cette Émouna ? Pour répondre à cette question, il nous faut analyser un autre incident où Hachem montra à Bilam que ses efforts ne porteraient pas de fruits « à cause » des mérites du peuple juif.

Quand Bilam se mit en route pour maudire le Klal Israël, la Torah raconte qu’il se leva tôt (Vayakom) le matin. Le Midrach Tan’houma affirme qu’en voyant cela, Hachem dit : « Racha ! Avraham, leur patriarche t’a déjà devancé, comme il est dit : "Vayachkem Baboker"[1] [lors de la Akéda]. Les mots « Vayakom » et « Vayachkem » signifient tous deux « se lever tôt après un sommeil », mais « Vayachkem » sous-entend un lever plus matinal que « Vayakom ». Hachem dit donc à Bilam qu’Avraham s’est levé encore plus tôt que lui le jour de la Akéda. Que signifie ce Midrach ? Rav Moché Feinstein[2] explique que Bilam essayait de dresser un portrait négatif du peuple juif en montrant qu’il fait preuve de plus de zèle pour mal agir que pour le service divin. Mais Hachem lui répond que le père du Klal Israël – Avraham Avinou – avait déjà manifesté un empressement plus vif pour accomplir la volonté divine que Bilam, pour aller à son encontre.

Par conséquent, les descendants d’Avraham héritèrent de cette qualité de Zrizoute et ont suffisamment de mérites pour faire face au Kitroug (à l’accusation) de Bilam.

Pour revenir à l’allusion aux Chaloch Régalim, Bilam tenta de faire un Kitroug en montrant sa volonté de faire un long voyage pour maudire le peuple juif, tandis que le peuple juif n’était pas prêt à se déplacer pour Hachem. Ainsi, par l’intermédiaire de l’ânesse, Hachem lui dit que cette accusation ne sera pas retenue, puisque les Juifs font effectivement preuve d’une forte volonté de voyager pour Hachem, durant les Chaloch Régalim où ils quittent leurs maisons et vont jusqu’au Beth Hamikdach pour Lui apporter des Korbanot.[3]

Deux leçons fondamentales sont à tirer de ce développement. Tout d’abord, l’importance des Chaloch Régalim qui nous inculquent les fondements de la Émouna. Mais aussi, le fait que voyager pour accomplir la volonté d’Hachem a une valeur inestimable, puisque cela prouve du désir de la personne de se lier à Lui, au prix de grands efforts. Ceci peut se traduire de différentes manières dans notre quotidien ; que ce soit le fait d’être disposé à faire de longues distances pour étudier dans un endroit qui nous convient, ou bien pour se lier à un érudit en Torah.

Puissions-nous, à l’instar de nos ancêtres, et protégés par leur mérite, être dignes de respecter scrupuleusement les Chaloch Régalim.

 

[1] Balak, 22:21 et Rachi.

[2] Darach Moché, Bamidbar, 22:1. Entendu du Rav ’Hanokh Harris.

[3] Il est vrai qu’à cette époque, le people juif n’avait pas encore eu l’opportunité d’accomplir les Mitsvot relatives aux Chaloch Régalim. Mais ils étaient au niveau de le faire, s’ils en avaient eu la possibilité ; et Hachem savait qu’ils le feraient à l’avenir, ce qui leur compte donc déjà comme un mérite.

Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 16 minutes