English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Blog : Torah-Box

Le film de notre vie projeté sur grand écran

Il y a quelques années, je me suis rendu dans le bureau d’un homme d'affaires orthodoxe qui possède un réseau d'entreprises opérant dans tout le pays. Il était pâle et avait l’air perturbé. Je lui ai demandé ce qu’il se passait et il m’a raconté une histoire qui est restée profondément gravée dans mon cœur et de laquelle j'ai appris une grande morale.

Voici l’histoire :

Quelques heures avant d’aller chez lui, il reçut un appel d’un nouvel employé, devenu responsable d'une de ses succursales. C’était un homme non-religieux, qui avait des certificats attestant qu'il avait appris le métier et qu'il était qualifié pour exercer les fonctions de directeur qui lui étaient assignées.

Cet employé appelle donc son patron et lui dit, paniqué, que "quelqu'un nous a piqué 250 000 shékels". Qu'est-ce que cela signifie "nous a piqué" ? Qu’il a volé ! Quelqu'un lui a volé un quart de million de shékels, mais dans notre génération, les gens ont tendance à utiliser des expressions alternatives pour atténuer l’interdit. Personne ne dit à son ami : "J'ai volé 300 shékels à quelqu'un", il peut lui dire qu'il "a piqué 300 shekels à quelqu'un"... Cela parait plus neutre... Nous ne disons pas non plus que nous avons rencontré quelqu'un avec qui nous avons une vieille dispute, et à qui nous avons fait honte en public, nous dirons que : "Je lui ai dit en face ce que je pense de lui et il est resté bouché bée". Nous ne dirons pas : "J'ai menti à quelqu'un", mais "Je l’ai fait marcher"…

Quoi qu’il en soit, ce responsable de succursale raconte que quelqu'un leur avait volé 250 000 shékels.

Que fait le patron ? Il appelle l'agent de sécurité qui est responsable de toutes les caméras de sécurité et lui demande si l’endroit où le vol a eu lieu est bien surveillé. L’agent de sécurité répond par l’affirmative et va immédiatement vérifier les enregistrements qui démontrent en peu de temps que celui qui a volé l’argent n’est autre que le responsable qui a appelé pour signaler le vol... Sur la vidéo, on le voit clairement mettre l'argent dans le sac, puis sortir avec ce même sac par la porte arrière. Apparemment, il avait dû vérifier la présence de caméras avant, mais n’avait pas réussi à trouver les caméras cachées.

« Avant que vous ne rentriez ici, me dit cet homme d’affaires, était assis sur la chaise sur laquelle vous êtes vous-même assis, ce fameux responsable de succursale, qui est actuellement l’ancien responsable de succursale...

Je lui ai demandé quand est-ce qu’il avait su pour le vol, etc., puis je lui ai demandé qu’il me donne des idées de qui pourrait avoir volé l'argent, qui y aurait accès, etc. Il m'a bien sûr aidé à ce sujet et a essayé avec moi de trouver qui était le voleur, jusqu’à ce que nous arrivions à la conclusion qu’il semblerait qu’il s’agisse de l’un des employés de l’endroit.

À ce stade, le directeur de la succursale a proposé de passer tous les employés au polygraphe, où on leur poserait toutes sortes de questions afin de découvrir qui avait volé l'argent, ce que j’ai accepté. Et j’ai ajouté qu’en tant que responsable, il devait montrer l’exemple et passer en premier, avant tous les autres employés.

À ce stade, il a été vraiment offensé et a commencé à crier que juste parce qu'il ne porte pas de Kippa je l’accuse, alors qu’il y a beaucoup de voleurs qui portent une Kippa, etc., etc.

Je lui ai dit : "Laisse tomber mon frère, pourquoi crier ? Viens, on voit une petite vidéo et après on en parle. Ok ?"

Je commençais tout juste à allumer l'ordinateur, et il comprit directement que toutes ses actions avaient été filmées et enregistrées. Ses mains et ses pieds ont commencé à trembler intensément, une sueur froide a enveloppé tout son corps, et il commença à se tordre de tous les côtés tellement qu’il était mal à l’aise. Lorsqu’apparut sur l’écran l’image où on le voyait mettre l’argent dans son sac, il faillit s'évanouir. J’ai dû me lever et lui apporter un verre d'eau pour qu’il récupère ses esprits. J’avais moi-même peur pour lui... Il s'est bien évidemment engagé à rendre immédiatement tout l'argent, me priant de ne pas porter plainte contre lui.

Lorsque vous êtes entré ici, je n'avais pas encore eu le temps de m’en remettre. C'est pourquoi, vous m'avez trouvé si pâle », conclut l'homme.

 

Je suis sorti de là-bas avec une morale si forte et profonde. Ce n’est pas nouveau, je le savais déjà, mais c’est une illustration très, très puissante que cette histoire m’a encore plus ancré en moi : si les Chinois ou les Japonais peuvent produire une telle caméra, qui montrera à un patron tout ce que font ses employés, Celui qui a fabriqué les Chinois Lui-même ne peut-Il pas créer une telle caméra ? Est-il concevable que nous puissions cacher quelque chose au Créateur ? Celui qui a créé l’œil ne peut-Il pas voir ?!

Et autre chose : lorsque nous arriverons là-haut et que l’on nous montrera notre comportement et les interdits que nous avons pu transgresser, comment pourrons-nous supporter la terrible honte ? Un verre d'eau pourra-t-il alors nous aider à retrouver nos esprits ? Après tout, la honte sera énorme ! Infinie ! La honte en elle-même sera déjà un enfer.

D.ieu connait la moindre de nos pensées, rien n’est caché de Lui… Combien de honte devons-nous ressentir devant Lui. Le fait même d’y penser est effrayant !

Le ‘Hafets ‘Haïm racontait qu’à Radin, il existait une loi qui obligeait tous les habitants à déblayer la neige devant leur maison à 6 heures du matin, pour que les gens puissent marcher dans les rues.

Mais qui peut se lever si tôt et sortir dans le froid glacial pour déblayer la neige ? Bien sûr, les gens ne se conformaient pas à cette réglementation et sortaient plus tard pour déblayer la neige.

L'inspecteur de la ville arrivait à 8 heures du matin et toute maison où la neige n'aurait pas encore été déblayée se verrait infliger une amende. Il y avait donc une pratique qui obligeait les enfants à rester dehors et quand ils voyaient l'inspecteur venir de loin, ils couraient vite et informaient tous les habitants de la rue que l’inspecteur arrivait. Chacun se dépêchait alors de prendre les outils et commençait à déblayer la neige. L'inspecteur voyant qu'ils étaient affairés à déblayer la neige, n’allait donc pas le mettre d’amende.

Le ‘Hafets ‘Haïm demande : pourquoi l'inspecteur ne leur a-t-il pas mit d’amende ? Après tout, ils ont enfreint la loi et ne se sont pas conformés à la réglementation municipale…

Mais il répond que lorsque l'inspecteur constate que les résidents sont sortis avec les outils en main, s'efforçant de déblayer la neige, il ne pouvait plus leur mettre d’amende, car ils ont enfreint la loi, mais, au moins, ils essaient de la réparer.

Ainsi en est-il pour nous, lorsque nous nous présenterons devant Hachem le jour du Jugement, nous devons au moins avoir « une pelle à la main ». Mais si nous restons au lit et disons : « J’ai enfreint la loi de toute façon », l’inspecteur viendra et fera un rapport. Et quel autre choix aurait-il…?

Rav Yaacov A. Lustigman

Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 42 minutes