English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Blog : Torah-Box

Béchala'h - Car le Peuple d'Israël est proche...

« Ce fut, lorsque Pharaon eut renvoyé le peuple, [que] D. ne les conduisit pas par le chemin des Philistins, Ki Karov Hou [parce qu’il était proche], car D. dit : "De peur que le peuple ne se ravise lorsqu’ils verront une guerre et qu’ils ne retournent en Égypte." » (Chémot 13:17)

Le Daat Zékénim explique que Ki Karov Hou signifie : « Le peuple est proche [Karov] d’Hachem, comme il est dit : "Israël, le peuple qui est proche de Lui" et c’est pourquoi, Il ne les a pas dirigés selon les voies naturelles du monde. » 

La Paracha de cette semaine commence en nous précisant qu’Hachem n’a pas fait passer le peuple juif par la terre des Philistins, bien que ce fût le chemin le plus court pour sortir d’Égypte. La raison avancée est « Ki Karov Hou » et les commentateurs proposent diverses interprétations quant à cette expression. Rachi explique que la proximité entre l’Égypte et la terre de Canaan (s’ils étaient passés par celle des Philistins) aurait présenté le risque que le peuple juif veuille retourner en Égypte, dès lors que leur périple présenterait des difficultés. C’est pourquoi Hachem les fit passer par un chemin plus tortueux, afin qu’il leur soit plus laborieux de faire demi-tour.

Mais le Daat Zékénim explique autrement les mots « Ki Karov Hou ». Hou se réfère ici au peuple juif et le verset indique que du fait de la proximité des Bné Israël avec Hachem, Il ne les fit pas passer par le chemin le plus court. Rav Sim’ha Zissel Brody[1] souligne que le peuple juif a un lien particulier avec Hachem, que prouve la Hachga’ha Pratit (Providence divine). Hachem observe et dirige tous les peuples, mais pas comme Il le fait avec nous. Les autres nations sont soumises aux lois de la nature, tandis que la Hachga’ha avec laquelle Il dirige Son peuple (tout au long de l’Histoire) dépasse les lois de la nature. Rav Brody compare la Hachga’ha des autres nations à celui qui tire à l’arc ; une fois la flèche lancée, elle suit une trajectoire rectiligne et ne peut plus changer de direction. En revanche, la Hachga’ha vis-à-vis du peuple juif ressemble à celui qui manie un objet avec sa main ; il peut à tout moment changer de direction. Hachem est constamment lié au peuple juif et dirige les événements d’une façon qui ne cadre pas aux autres nations.

Pour revenir au début de la Paracha, Hachem avait une raison de faire passer les Juifs par un chemin différent. Ainsi, ils se retrouvèrent devant la mer, dans le besoin urgent d’un grand miracle, tandis que les Égyptiens se rapprochaient. Cette route bien plus périlleuse leur fit expérimenter l’un des prodiges les plus extraordinaires de l’Histoire. En effet, les autres miracles étaient nécessaires afin d’assujettir les Égyptiens, tandis que celui de l’ouverture de la mer se produisit simplement parce qu’Hachem voulut montrer Son lien étroit avec le peuple juif et qu’Il préféra ne pas les faire passer par la terre des Philistins.

Rav Brody ajoute que deux choses sont comparées par ’Hazal, à l’ouverture de la Mer ; les Chidoukhim[2] (rencontres en vue d’un mariage) et la Parnassa[3] (subvenir à ses besoins). Rav Issakhar Frand explique :

« Parfois, les jeunes hommes et les jeunes filles doivent endurer d’éprouvantes tribulations quand il s’agit de Chidoukhim. Les enfants en souffrent et les parents en souffrent également. Ils se demandent ce qui se passe ; ce sont des « gens bien », issus de « bonnes familles », alors pourquoi est-ce si difficile ? Pourquoi D. leur fait-il subir ces épreuves ? Chacun doit garder en tête que « Ki Karov Hou ». Le Tout Puissant veut peut-être leur faire expérimenter une « ouverture de la Mer ». L’heureuse nouvelle est peut-être proche. Il en est de même en ce qui concerne la Parnassa. Ce domaine touche tout le monde et nous savons combien cela peut être pénible. Là aussi, nous nous demandons souvent ce qui se passe, pourquoi ces soucis surviennent précisément en cette période, pourquoi on ne parvient pas à joindre les deux bouts, pourquoi on a été licencié, etc. La réponse est : « Ki Karov Hou ». Le Tout Puissant a Ses raisons.

Rav Frand raconte une histoire fascinante, pour illustrer cette idée. Un groupe de Juifs pratiquants travaillaient pour une société au World Trade Center. Le vendredi qui précéda le 11 septembre 2001, ils furent renvoyés et informés qu’ils devaient revenir le lundi pour récupérer leurs affaires et s’en aller définitivement. Celui qui raconta cette histoire précisa que le fameux lundi, il revint au bureau, suivi d’un garde qui devait vérifier qu’il ne prenait rien de trop. Il plia bagages et rentra chez lui, se demandant comment il obtiendrait un autre emploi. Il ne parvint pas dormir toute la nuit suivante, soucieux et déprimé par ce qui lui était arrivé. Le lendemain, à 8 h 46, le monde s’écroula. Il se dit alors : « Je suis la personne la plus chanceuse au monde ! » Parfois, Hachem nous fait dévier et passer par un chemin plein d’embuches et nous nous en demandons la raison. Ce n’est que plus tard que nous réalisons que c’est par amour, parce qu’Il est proche de nous, qu’Il nous fit prendre ce détour.

 

[1] Sam Dérekh, Chémot, 13:17, rapporté par Rav Issakhar Frand.

[2] Sota 2a.

[3] Pessa’him 118a.

Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 48 minutes