English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Blog : Torah-Box

Le mot qu'un rescapé de la Shoah n'utilisera jamais

Plus je vieillis, plus j'en viens à croire que les gens peuvent essentiellement être séparés en deux catégories : les connecteurs et les diviseurs.

Les connecteurs recherchent les points communs, les séparateurs se concentrent sur les différences. Les connecteurs octroient le bénéfice du doute, les diviseurs cherchent à trouver des défauts. Les connecteurs laissent passer les choses, les séparateurs gardent rancune. Les connecteurs cherchent à complimenter, les diviseurs à critiquer. Les connecteurs se sentent bien grâce (sans surprise) à la connexion, et les séparateurs prospèrent en favorisant la division.

Les diviseurs crachent la haine, la brutalité, et pratiquent la discrimination, l’injustice et ont des préjugés. Les connecteurs partagent l'amour, luttent pour l'égalité, tiennent tête à la justice, protègent les personnes vulnérables et aiment même ceux qu'ils ont du mal à aimer. Les diviseurs dissimulent souvent leur prédilection pour les conflits en luttant pour les principes. Ceci est un "écran de fumée". Les connecteurs ont des valeurs et des idéologies qui sont véritablement fondées sur des principes, mais ils sont déterminés à trouver un point commun avec d'autres qui peuvent ne pas partager les mêmes valeurs et principes, sans compromettre ce en quoi ils croient.

Au cours des dernières semaines, la conversation nationale s'est concentrée sur le racisme et, plus récemment, sur l'antisémitisme, ce qui, espérons-le, entraînera des progrès positifs. Notre propre conversation nationale au cours de ces semaines, pas seulement cette année mais chaque année, se concentre sur un phénomène similaire et, malheureusement, sur la tragédie du peu de progrès que nous avons réalisés.

Le Talmud (Yoma 9b) nous apprend que le deuxième Beth Hamikdach a été détruit à cause de la Sinat ‘Hinam, la haine gratuite. A ce moment-là, les gens observaient les lois de la Torah et pratiquaient les Mitsvot, mais se conduisaient mal les uns envers les autres. Ils étaient des diviseurs respectueux de la Torah, au lieu d’être des connecteurs.

Qu'est-ce que la haine sans fondement ? N'y a-t-il pas une haine justifiée, qui a une base solide ? Quand je n'aime pas quelqu'un qui croit, observe, vote ou vit différemment de moi, quand je déteste quelqu'un qui voit les choses différemment, il y a une base et une raison réelles à ma haine, pourquoi est-ce donc appelé "Hinam", "gratuit" ?

Nous abordons le premier Yorzeit de mon cher ami, le rabbin Dr. Brian Galbut zal, l'un des êtres humains les plus extraordinaires que beaucoup d'entre nous n’aient jamais connu. Plus tôt cette semaine, à la Brit Mila du premier petit-fils de Brian, nommé de manière poignante en sa mémoire, le père de Brian a parlé. Il a décrit Brian comme un connecteur incroyable dans toutes les directions, avec sa femme, avec ses parents, ses grands-parents, ses tantes et ses oncles, avec ses frères et sœurs et ses cousins, avec des enfants, des nièces et des neveux, avec des amis, des collègues et des voisins, ceux à sa gauche et à sa droite, religieusement et politiquement, ceux devant ou derrière lui dans la vie.

Avant son Yorzeit, j'ai parlé avec plusieurs de ses amis, d'horizons, de modes de vie et de niveaux de religiosité divers. L'un des points communs de tous est le sentiment que Brian était leur meilleur ami. Brian a trouvé quelque chose en chacun pour se connecter à lui. Il était un Talmid ‘Hakham qui prenait l’apprentissage de la Torah incroyablement au sérieux et qui se connectait à tant de personnes qui partageaient cette passion et cette identité. Il était un athlète qui excellait dans le basket-ball, le golf et la course à pied et pouvait se lier à tant de coéquipiers, concurrents, amis et connaissances qui aimaient jouer et suivre des sports. C'était un brillant médecin qui ne se contentait pas de fournir des soins médicaux de haut niveau, mais les associait à des soins humains exceptionnels, véritablement dévoués à ses patients et aimés de ses collègues, des infirmières et du personnel. Son sourire chaleureux, son rire contagieux et son exceptionnelle concentration pendant qu'il vous parlait pouvaient conquérir n'importe qui, des gens avec lesquels il avait de grandes similitudes et ceux avec qui, d’apparence, il semblait avoir si peu de choses en commun.

J'ai demandé une fois à Brian comment il gardait cette attitude et ce tempérament positifs tout le temps, comment il s'entendait avec tout le monde et comment il a réussi à être l'éternel optimiste, quelle que soit la réalité. Nous marchions sur un terrain de golf à l'époque et il s'est arrêté, a fait une pause et a dit : "J'y travaille depuis que je suis jeune." "Vivre avec foi, a-t-il poursuivi, voir le bien des autres, se sentir heureux, plein d'espoir et positif, ce sont des choix, ce ne sont pas des sentiments. Ce n'est pas facile, mais nous pouvons choisir d'être positifs, choisir d'être fidèles et choisir d'être des connecteurs, pas des diviseurs."

La Torah glorifie les gens aimants, "Véahavta Léré’akha Kamokha" "Tu aimeras ton prochain comme toi-même". D'un autre côté, elle tolère la haine du mal, "Ohavé Hachem Sinou Ra" "Ceux qui aiment la paix, détestent le mal". Comment concilier ces deux impératifs ? Rav Chnéor Zalman de Liadi, le fondateur de la ‘Hassidout ‘Habad, écrit dans son Tanya (32) : "C'est une Mitsva de les haïr, et c'est une Mitsva de les aimer aussi. Les deux sont vrais. Vous détestez le Yétser Hara’, le mauvais penchant qui est en eux, et vous aimez la bonté qui est cachée en eux, qui est une étincelle de piété."

Toute haine dirigée contre une personne est considérée comme sans fondement, car elle rejette et ignore le fond et la base de la personne, le Tsélèm Elokim avec lequel nous pouvons trouver un lien ou un point commun. Cela ne signifie pas que nous ne confrontons pas, ne débattons pas et ne contestons pas les idées et les actions des gens que nous ne pouvons tolérer ; cela signifie que nous aimons les gens, même lorsque nous rejetons et ne pouvons pas aimer quelque chose qu'ils disent, pensent ou font.

Dans son excellent livre, Baseless Hatred, le Dr René Levy écrit : "La haine est déclenchée parce que notre système neuronal primitif réagit aux événements du point de vue de nos propres insécurités préexistantes, parce que nous faisons des généralisations (qui peuvent être positives ou négatives) et confondons les associations (informations supplémentaires mais pas nécessairement pertinentes) avec causalité." Lorsque nous détestons quelqu'un, nous en révélons beaucoup plus sur nous-mêmes que sur le sujet ou l'objet de notre haine.

Norman Frajman est l'une des rares personnes à être allée en enfer non pas une fois, mais deux fois. Il a survécu au ghetto de Varsovie et de Majdanek. J'ai eu l'honneur de l'accompagner deux fois en Pologne alors qu'il emmenait des centaines d'adolescents dans ces endroits lors de "La marche des vivants". Alors que nous traversions Majdanek, un camp de concentration si bien préservé qu'on dit qu'il pourrait être à nouveau opérationnel en quelques jours, Norman a montré aux adolescents ses anciennes casernes, où se déroulait la programmation quotidienne, et a détaillé les choses horribles dont il a été témoin. À un moment donné, l'un des adolescents lui a demandé : "Détestez-vous les Polonais et les Allemands pour ce qu'ils ont fait, détestez-vous ces pays aujourd'hui ?"

Dans un moment que je n'oublierai jamais, Norman a cessé de marcher, s'est tourné vers l'immense groupe d'adolescents qui marchaient avec lui, et, sans hésiter, a dit : "Non, je ne les déteste pas. Je ne déteste personne. Je n'aime pas, je condamne, je critique et je vais affronter ce que je pense être faux, mais je n'utiliserai jamais le mot haine. Je ne déteste pas, car c'est la haine qui a tout déclenché."

Ce qui devrait être un mot puissant et discordant, la haine, a perdu son sens et son impact à cause de sa surutilisation. "Haineux" est parfois utilisé pour décrire quelqu'un qui objecte simplement à quelque chose. Durant cette période des trois semaines au cours desquelles nous nous efforçons de réparer les dommages causés par la haine sans fondement, faisons un effort concerté pour utiliser le mot haine de manière plus judicieuse, réfléchie et appropriée. Vous ne détestez pas une nourriture pas bonne, lorsqu’il fait chaud, lorsque votre Internet est lent ou que la personne que vous attendez est en retard. Par-dessus tout, vous ne pouvez jamais et ne devez jamais haïr les gens, même lorsque vous rejetez ce qu'ils disent ou font.

Rav Avraham Its’hak Hacohen Kook (Orot Hakodech vol. III, p. 324) a écrit qu'il n'y a qu'un seul antidote à la haine sans fondement. "Si nous avons été détruits, et le monde avec nous, à cause de la haine gratuite, alors nous nous reconstruirons, et le monde avec nous, avec un amour gratuit - Ahavat ‘Hinam."

Pour Rav Kook, la Ahavat ‘Hinam n'était pas seulement une idée théorique. Il existe d'innombrables histoires sur le profond amour de Rav Kook pour tous les Juifs, même ou surtout ceux qui étaient loin du mode de vie de la Torah. Lorsqu'on lui demandait pourquoi il aimait de tels Juifs, il répondait : "Mieux vaut que je pèche du côté de l'amour gratuit que de celui de la haine gratuite."

Si nous voulons que ce deuil se termine, nous devons plus être comme Brian et Rav Kook.

Choisissez de vous connecter au lieu de diviser, choisissez de vivre avec un amour gratuit plutôt qu'avec une haine gratuite, pendant ces trois semaines, puis, espérons-le, le reste de l'année aussi.

Rabbi Efrem Goldberg

Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 13 minutes