English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Blog : Torah-Box

Mikets ? Éviter le ?Hiloul Hachem

« La terre, pendant les sept années d’abondance, produisit par poignées. Il rassembla toute la nourriture des sept années qui furent dans le pays de l’Égypte, il plaça de la nourriture dans les villes. La nourriture du champ qui entourait la ville, il [la] plaça au milieu d’elle. Yossef amassa du blé comme le sable de la mer en grande quantité, jusqu’à ce que l’on cessât de compter, car il n’y avait pas de nombre. » (Béréchit 41,47-49)

« Les sept années d’abondance qui avaient été dans le pays d’Égypte s’achevèrent. Les sept années de famine commencèrent à venir comme l’avait dit Yossef ; il y eut famine dans tous les pays, mais dans le pays de l’Égypte, il y avait du pain. » (Béréchit 41,53-54)

Yossef avait bien interprété les rêves de Pharaon, prédisant qu’il y aurait sept années d’abondance suivies de sept années de famine[1]. Une lecture attentive des versets nous montre une différence entre le récit des années abondantes et celui des années de disette. La Torah fait le récit des années fertiles, mais quand elle évoque les années de famine, elle ajoute les mots « comme l’avait dit Yossef ». La Torah aurait dû préciser ceci pour les deux périodes, ou pour aucune d’elles ; pourquoi n’en parler qu’à propos des années de famine ? Elle nous montre ici comment les Égyptiens considéraient les prédictions de Yossef. De toute évidence, Yossef fut « blâmé » pour toutes ces années de malheur qu’il avait prédit à l’Égypte, mais il ne fut pas félicité pour les années de gloire, qu’il avait tout autant prédites. Ainsi, les gens connurent l’opulence, mais ne furent pas pour autant reconnaissants à Yossef. Par contre, quand ils aperçurent un début de famine, ils mirent la faute sur Yossef ; c’était lui qui avait annoncé cette mauvaise nouvelle ![2]

C’est un peu de cette façon que les gens considèrent la « contribution » juive dans le monde et c’est l’une des manifestations de l’antisémitisme. L’adage dit : « Le succès a plusieurs pères, mais l’échec est orphelin » - cela signifie que si un individu réussit, tout le monde s’en attribue le mérite, mais s’il échoue, plus personne ne veut avoir affaire à lui. Rav Issakhar Frand corrige : « Le succès a plusieurs pères, mais les échecs sont mis sur le compte des Juifs. Ce n’est que quand il faut raconter quelque chose de négatif que l’on nous précise qu’il s’agissait d’un Juif. »

Tant que l’antisémitisme existera dans le monde, nous ne pourrons pas éviter cette attitude, mais il est du devoir de chaque Juif de ne donner aucune opportunité aux autres d’attribuer un mauvais comportement aux Juifs, parce qu’une petite malhonnêteté ou attitude déplaisante donne à nos haïsseurs l’opportunité de déverser toutes sortes de déclarations sur les ravages que les Juifs ont apportés au monde.

La meilleure façon d’éviter un éventuel ’Hiloul Hachem est de faire du Kidouch Hachem. Cela ne doit pas forcément se faire dans l’arène publique ; chaque Juif peut avoir un impact sur quelqu’un par des actes « banaux » de la vie de  tous les jours. Rav Frand raconte une histoire qu’il a entendue de Rav Abish Brodt.

On organisa une réception en l’honneur de Rav Berel Wein à Détroit. L’hôte était un homme richissime de Détroit et il invita de nombreux hommes d’affaires à son déjeuner, dont l’éditeur du Detroit Free Press. Il était connu comme étant pro-israélien et un grand ami des Juifs. On lui demanda de parler et il déclara : « Je voudrais vous raconter pourquoi je nourris des sentiments si chaleureux à l’égard du peuple juif en général et d’Israël en particulier. Ma mère arriva d’Irlande durant la première moitié du vingtième siècle. Comme c’était l’usage pour les nouveaux immigrants de l’époque, elle travailla en tant que femme de ménage. Elle fut employée par un Juif orthodoxe, membre actif de la communauté juive, qui habitait à proximité de la synagogue. La famille, pour une quelconque raison, partit en voyage, en dehors de la ville, pour deux semaines au mois de décembre et prévoyait d’être de retour le 23 décembre.

Ma mère se dit : "Mais c’est terrible ! Ils sont en voyage et quand ils reviendront, on sera déjà le 23 décembre au soir. Où pourront-ils trouver un sapin pour le salon ? Ils sont tellement bons avec moi – je vais aller leur en acheter un…" Elle leur acheta un sapin qu’elle plaça devant la fenêtre du salon, juste en face de la synagogue ! Elle acheta des guirlandes argentées et décora avec des lumières rouges et vertes.

Quand les gens vinrent prier à la synagogue pour Min’ha et Arvit, ils virent la maison décorée pour Noël et se demandèrent ce qui était arrivé aux habitants de la maison !! Quand le propriétaire rentra en pleine nuit, il regarda, de l’extérieur, la fenêtre de son salon et ne put en croire ses yeux !

Il aurait pu réagir de deux façons. Il aurait pu dire à la femme de ménage : "Sortez-moi ça d’ici immédiatement !" ou bien il aurait pu lui parler gentiment. Et c’est ce qu’il fit. Il la convoqua dans la cuisine et lui dit : "Je voudrais vous dire que c’est l’un des gestes les plus gentils, sensibles et attentionnés que quiconque ait pu me faire dans ma vie. Je l’apprécie tellement que vous recevrez une prime pour les fêtes de Noël." Il lui tendit un billet de cinquante dollars (qui représentait une grosse somme à l’époque). "Toutefois, poursuivit-il, nous ne fêtons pas cette journée et nous ne décorons pas nos maisons avec des sapins. Donc, bien que cela le geste nous touche beaucoup, nous allons devoir nous défaire de ce sapin." »

L’éditeur du Detroit Free Press raconta que sa mère lui racontait souvent cette histoire du Juif et du sapin. Ce récit engendra en lui des sentiments très chaleureux à l’égard des Juifs, du judaïsme et d’Israël et c’est ce qui l’incitait à soutenir tellement le peuple juif. Tout ceci grâce au Kidouch Hachem d’un Juif qui eut un impact immense et des conséquences multiples. Un Juif qui n’eut pas une réaction « normale » en voyant un sapin dans son salon, mais qui réfléchit à ce qui s’était passé avant cela et à ce que sa femme de ménage devait penser, à ne pas heurter sa sensibilité. C’est ce qui le fit réagir avec tact et qui provoqua un grand Kidouch Hachem qui fut rendu au peuple juif pendant de nombreuses années. Puissions-nous tous mériter de servir d’exemple et de faire un maximum de Kidouch Hachem dans le monde.

 

[1] C’est ce qui devait se passer, mais en  réalité, il n’y eut que deux ans de famine, parce que quand Yaacov Avinou arriva en Égypte, la famine cessa par son mérite.

[2] Rav Issakhar Frand, au nom de Rav Its’hak Yaacov Reiness.

Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 27 minutes