English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Blog : Torah-Box

Se souvenir d'Hachem quand la crise passe

L’inaction et l'attente devenaient insupportables. Une semaine de préparatifs, d'avertissements et de suivi constant d'un cône en mouvement peut vous épuiser avant même le début de l'ouragan.Il est facile de rester calme et confiant jusqu'à ce que les nombreuses personnes et organisations merveilleuses et bien intentionnées du monde entier vous fassent savoir qu'elles organisent des rassemblements de Téhilim pour votre survie.

La liste des préparatifs avant un ouragan est intense - achetez de l'eau, des piles, du gaz, des lampes de poche, prenez du mobilier d'extérieur, installez des obturateurs ou du contreplaqué, remplissez des baignoires, etc. Pourtant, avec toutes les préparations, nous sommes impuissants quant au fait de réellement influencer la tempête. Les météorologues et les médias peuvent parler et analyser la tempête, mais ils ne peuvent pas la diriger. Personne ne le peut - ni les scientifiques, ni l'armée ou l'armée de l'air, ni même les grands Kabbalistes. La clé de la force et de la trajectoire de l'ouragan Irma appartenait exclusivement au Tout-Puissant et à personne d'autre. Et c'est pourquoi notre communauté s'est tournée vers Lui. Lorsque les obturateurs ont été installés et les fournitures achetées, nous nous sommes réunis à la synagogue pour un appel sincère au Maître du monde afin que la tempête monstre de catégorie 5 qui se dirigeait vers nous et menaçait notre vie soit redirigée et rétrogradée et nous épargne, non seulement nous, mais tous.

« Mi Yi’hié Ou Mi Yamout… Mi Bamayim » « Qui vivra et qui mourra… qui par l'eau ? » Alors que notre chaîne de Téhilim s’est mise en place deux semaines avant que nous ne récitions ces mots profonds, ils étaient d'une manière poignante dans nos esprits et dans nos cœurs cette nuit-là. L'intensité d’une prière face à un compte à rebours d'un ouragan catastrophique a même dépassé la Né’ila dans son intensité et sa sincérité.

Alors que la journée de dimanche avançait et que les vents et la pluie se levaient à Boca Raton, nous avons suivi de près le mouvement d'Irma et son impact sur nos communautés voisines. Nous avons vu Miami durement touchée par l'onde de tempête et avons entendu parler des pannes de courant alors que la tempête se dirigeait vers le nord, vers nous. Quand elle est finalement arrivée, la pluie est tombée sur le côté et le vent a grondé. Les arbres ont atterri sur les maisons et les voitures, les fenêtres ont éclaté et se sont brisées ; pour beaucoup, l'électricité est toujours coupée. Le parking de la synagogue a été inondé et un énorme arbre s'est écrasé contre notre porte. Mais le plus important est que personne de notre communauté n'a été blessé, tout va bien, et la dévastation et la destruction qui nous menaçaient ne se sont jamais concrétisées.

Nous reconnaissons que tous ceux qui ont prié n'ont pas reçu une réponse autant affirmative que nous. Nous continuons de prier pour leur bien-être, leur sécurité et leur rétablissement. Néanmoins, il y a quelque chose d'incroyablement spécial en tant que communauté dans le sentiment palpable que nos prières ont reçu une réponse et qu’Hachem a dit oui à nos appels sincères. « Modim Ana’hnou Lakh… ‘Al Nissékha Chébékhol Yom ‘Imanou » « Nous Te sommes toujours reconnaissants Hachem, pour Tes miracles qui sont avec nous chaque jour ».

Un homme est en retard pour un rendez-vous et il fait le tour du pâté de maisons depuis 20 minutes en essayant de trouver une place de parking. Manquant de temps et désespéré, il regarde vers le ciel et dit : "Hachem, si Tu m'aides à trouver une place de parking maintenant, je ne ferai plus jamais de Lachone Hara’ (médisance), j’arriverai toujours à l'heure à la synagogue, et je donnerai généreusement la Tsédaka." À ce moment-là, une place de parking se libère juste en face de l'immeuble dans lequel il a sa réunion. Il voit l'endroit, regarde en arrière vers les cieux, et dit : "Ça n’a pas d’importance, Hachem, j'en ai trouvé une."

Nous frappons sur la Bima pour dire des Téhilim quand il y a une urgence ou une personne terriblement malade. Nous envoyons des messages et inscrivons des personnes pour terminer le livre de Téhilim en cas de grand besoin. Mais nous précipitons-nous également pour nous rassembler et nous inscrire pour dire des Téhilim pour exprimer notre gratitude quand tout se passe bien ? Ou, comme cet homme, disons-nous : "Ça n’a pas d’importance, Hachem", ignorant les promesses que nous avons faites lors des chaînes de Téhilim - il s’avère que l'ouragan n'était pas si mauvais après tout.

Tout au long de la tempête, j'ai continué à regarder un grand arbre tandis que le vent fouettait ses feuilles et ses branches et le faisait plier jusqu'à ce qu'il semble parfois atteindre un angle de quatre-vingt-dix degrés. J'étais sûr qu’il se casserait. À un moment donné, j'ai entendu un grand craquement et j'ai su qu'un arbre s'était cassé. J'ai regardé dehors mon arbre, mais il était toujours obstinément debout. Ce fut l'arbre à côté qui se brisa en deux et tomba au sol, en atterrissant avec un bruit sourd. Je me suis demandé pourquoi un arbre avait survécu, tandis que l'autre ne pouvait pas résister au vent, puis, je me suis souvenu de ce que les Rabbanim nous avaient appris.

« Une personne doit toujours être douce comme un roseau et non rigide comme un cèdre » (Ta'anit 20a). Un roseau est doux et flexible, et, par conséquent, lorsqu'il affronte les vents et les diverses conditions météorologiques, il perdure. Un cèdre est raide et rigide ; par conséquent, même un vent peu impressionnant peut le renverser. Lorsque des difficultés surviennent, lorsque nous sommes confrontés à des défis, nous devons suivre le courant, mettre notre confiance en Hachem et nous adapter à ce qu'Il met sur notre chemin. Lorsque nous sommes rigides, nous nous resserrons avec peur, angoisse et manque de confiance, et il devient facile d'être renversé.

Lors de l'arpentage des arbres abattus, on ne peut s'empêcher de remarquer une seconde différence. Les arbres qui sont restés debout, comme les palmiers, sont non seulement souples et flexibles, mais ils ont des racines profondes qui maintiennent leur fondation stable. Cependant, les arbres qui ont des racines très peu profondes, comme le ficus, basculent, car il n'y a pas de fondation pour les maintenir solides.

Pour affronter les tempêtes que la vie met sur notre chemin, nous ne devons jamais oublier la profondeur de nos racines. Nous avons une base incroyablement solide qui peut nous faire résister à tout vent, tant que nous nous souvenons d'où nous venons et que nous continuons à prier Hachem en cas de besoin, mais aussi à Le remercier en temps de bonté et de joie.

Que nos cris de « Ya'anekha Hachem Béyom Tsara » « Hachem, répond-nous en notre jour de malheur » soient toujours suivis d'un sentiment de « Tov Léhodot Lachem » « Il est bon de remercier Hachem ».

Rabbi Efrem Goldberg

Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 43 minutes