English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Communauté Juive

Défiant les avertissements, des Juifs se lancent dans un pèlerinage en Ukraine

Défiant les avertissements, des Juifs se lancent dans un pèlerinage en Ukraine - © Juif.org

Des milliers de juifs ultra-orthodoxes israéliens ont juré de braver les dangers de l'invasion russe de l'Ukraine et d'y faire un pèlerinage pendant le nouvel an juif, Roch Hachana.

Parmi ceux qui ont déclaré qu'ils ne seraient pas dissuadés par la guerre ou par les avertissements de voyage du gouvernement et se rendraient dans la ville ukrainienne d'Ouman, il y avait Avraham Burstein, 51 ans, musicien et acteur.

"C'est comme être amoureux, je dois simplement y aller", a-t-il déclaré en accordant son accordéon à son école de musique yiddish à Jérusalem.

Burstein s'est rendu à Ouman, à environ 200 kilomètres (125 miles) au sud de Kyiv, chaque année depuis 1989, ne manquant le pèlerinage qu'une seule fois, en 2020, lorsque la pandémie de COVID a interrompu les voyages internationaux.

Cette année-là, il a encore tenté d'entrer en Ukraine et "a essayé depuis huit pays différents", a-t-il ri, insistant sur le fait que cette année, il se rendrait à Ouman pour les les fêtes qui commencent le 25 septembre.

La plupart de ceux qui voyagent sont, comme Burstein, des membres de la branche Breslev du judaïsme haredi, fidèles du rabbin Nachman, de Bratslav dans l'Ukraine moderne, décédé en 1810.

Nachman était le fondateur d'un mouvement ultra-orthodoxe qui s'est installé à Ouman au début des années 1800. Avant sa mort, il a demandé à ses partisans de visiter sa tombe pour célébrer les fêtes juives.

"Pour nous, ce serait bien qu'il soit enterré à Londres, ou à Amsterdam, voire à Berlin", a déclaré Burstein. "Mais il a choisi d'être là, et il nous a demandé de venir chaque année pour Rosh Hashanah, alors nous devons y aller."

Le pèlerinage a été fortement réprimé à l'époque de l'Union soviétique, et ce n'est qu'après son effondrement en 1991 que les visites annuelles ont commencé à se chiffrer en dizaines de milliers.

"Toute ma vie en grandissant, j'ai prié Dieu : s'il vous plaît, laissez-moi aller une fois sur la tombe du rabbin Nachman, une seule fois", a déclaré Burstein.

"C'était si difficile" à cause des strictes restrictions soviétiques à l'entrée, a-t-il dit. "La Corée du Nord était plus facile d'accès. C'était comme la lune."

Bien qu'il ait déclaré qu'il n'avait pas encore réservé son billet, Burstein prévoyait de voyager plus tard cette semaine avec ses deux fils.

Ce mois-ci, le Premier ministre Yair Lapid a exhorté les citoyens à éviter Ouman, mettant en garde contre un "danger mortel", et l'ambassade d'Ukraine en Israël a émis la semaine dernière un avertissement similaire.

Uman a été gravement touché par des missiles russes au cours des premières semaines de la guerre, et le mois dernier, un civil a été tué par un missile russe dans le district, selon une déclaration d'un responsable régional, Ihor Taburets, publiée sur le service de messagerie Telegram.

Burstein a déclaré qu'il pouvait "comprendre que le Premier ministre et le président nous demandent de ne pas y aller - ils sont responsables de la sécurité du peuple".

Mais il a fait valoir que, compte tenu des incidents de sécurité fréquents dans son pays d'origine, "si vous venez d'Israël, vous ne vous inquiétez pas du danger".

Les vols directs vers Kyiv ont été annulés depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine, mais des milliers de pèlerins ont déjà entrepris leur voyage.

Un agent de voyage haredi à Jérusalem, qui a demandé à ne pas être nommé par crainte de réprimande dans la communauté, a déclaré que les vols vers les pays frontaliers de l'Ukraine s'étaient largement vendus pour le reste du mois.

À l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv la semaine dernière, les vols vers la Moldavie et la Roumanie étaient bondés.

"Pourquoi devrions-nous nous inquiéter ? Si vous croyez en Dieu, vous n'avez peur de rien", a déclaré Avraham Elbaz alors qu'il s'enregistrait pour son vol vers la capitale moldave Chisinau.

En septembre 2020, des milliers de Juifs ultra-orthodoxes ont été piégés pendant des jours entre les frontières de la Biélorussie et de l'Ukraine après que Kyiv a refusé de les autoriser à entrer en raison de la pandémie de COVID.

Avant la pandémie, plus de 50 000 pèlerins voyageaient chaque année pour Rosh Hashanah, a déclaré Gilad Malach, directeur du programme Ultra-orthodoxe en Israël du groupe de réflexion Israel Democracy Institute.

Il a estimé qu'entre 5 000 et 10 000 pèlerins tenteraient le voyage cette année.

"La majorité, lorsqu'il y a des restrictions, comprend les raisons de ne pas y aller, que ce soit le COVID-19 ou la guerre", a expliqué Malach.

"Mais pour les hassidim purs et durs, c'est l'un des engagements de base qu'ils ont", a-t-il ajouté, affirmant que leur conviction est que "vous devez tout faire pour y arriver".

"Plus c'est interdit ou dur, plus vous êtes apprécié en tant que disciple si vous réussissez à surmonter les obstacles et à visiter la tombe."

Pour Burstein, la guerre n'a fait qu'accroître l'importance du voyage.

"Nous espérons que grâce à notre prière là-bas, nous pourrons apporter la paix dans le monde", a-t-il déclaré.

Articles connexes
2 commentaires
1000 fois raison
De maintenir
Envoyé par Jcl - le Jeudi 15 Septembre 2022 à 19:06
Les seuls qui pourraient mener
une attaque dont les ukrainiens
et certainement pas Poutine
Envoyé par Jcl - le Vendredi 16 Septembre 2022 à 07:52
Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 24 minutes