English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Communauté Juive

Interview exclusive du Rav Itzhak LEVY

Interview exclusive du Rav Itzhak LEVY - © Avraham Azoulay

Interview exclusive du Rav Itzhak LEVY

par "Le Ptit Hebdo" et Juif.org

 Le P’tit Hebdo / Juif.org : Rav Yitzhak Levy, Depuis  plus de 20 ans vous participez à la vie politique d’Israël. Avec la sortie d’Egypte, nous voyons qu’un peuple a besoin d’une direction politique. Comment expliquez-vous la méfiance du public dans ce domaine?
 
Rav Yitzhak Levy : Quand j’ai commencé dans la politique j’ai beaucoup pensé à cette question. Je me suis dit que je devais essayer de m’attacher à un exemple dans l’histoire juive et j’ai pensé au roi David. La Guémara nous dit qu’il se levait à minuit et louait D.ieu, puis les ministres venaient. Alors commençaient les problèmes financiers, économiques, sociaux, les guerres, les complots de la cour, les rébellions de ses enfants pour prendre le pouvoir, etc... La journée était tout à fait différente de la nuit. La politique n’est donc pas obligatoirement quelque chose de sale. Il faut savoir que ce n’est pas non plus l’idéal. C’est quelque chose de très terrestre, comme toutes les professions. Comme partout on peut faire son travail de façon plus ou moins honnête.
 
LPH / Juif.org : Mais la pression est beaucoup plus forte en la politique ?
 
Y. L. : D’accord mais nous sommes dans notre pays et nous devons essayer de faire du mieux possible. Nous n’avons pas une population homogène, nous sommes venus de 107 pays distincts depuis plus de soixante ans. Nos langues et cultures d'origine sont différentes, nous intégrons continuellement des Olim Hadachim. Parfois on ne se comprend pas très bien.  Nous sommes surtout entourés d'ennemis. C’est une pression très forte sur les politiciens, sur les militaires. Je préfère être sous pression en Eretz Israël qu’en dépression en Amérique ou en France.
 
LPH / Juif.org : Pourquoi après l’évacuation de Yamit avez-vous décidé de faire de la politique ?
 
Y. L. : A cette époque j'ai pensé que ce ne sont pas les manifestations qui peuvent changer les choses. Elles sont très importantes mais elles n'entrainent pas le changement. Il faut aller directement à la source des décisions, et pour cela se trouver à l’intérieur de l’appareil politique du pays.
 
LPH / Juif.org : Mais vous avez participé à des centaines de manifestations depuis lors, notamment avant l’évacuation du Goush Katif ?
 
Y. L. : C’est exact, je suis toujours présent dans  manifestations. C’est très important. Mais il faut comprendre que la force centrale c’est la politique. Sinon on reste faible. S’il y a 100.000 personnes pour garder le Golan ou le Goush Katif mais si sur ces 100.000,  la moitié vote pour Shass ou Kadima, on n’a rien fait. C’est très important de comprendre cela. Le public sioniste religieux de droite n’a pas encore compris entre une manifestation et un vote, le vote est beaucoup plus effectif que la manifestation. Depuis le début du processus d’Oslo les manifestations nous ont coûté au moins 500 millions de shekels. Avec cet argent, former une force politique aurait donné de bien meilleurs résultats.
 
LPH / Juif.org : C’est pourquoi vous avez lancé le mouvement A’HI ?
 
Y. L. : Tout à fait. Il est temps que tous ceux qui se plaignent de la direction politique du pays comprennent que c’est un mauvais calcul de ne pas s’engager en politique.
 
LPH / Juif.org : Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est ce "Mifkad" (campagne d’adhésion) que vous avez lancé avec Efi Etam ?
 
Y. L. : Tout d’abord il faut comprendre que le public ne voit plus la politique comme une d’idéologie. Pendant longtemps les gens étaient fidèles &agr!ve; un parti et à une idéologie. Aujourd’hui les gens se mobilisent  autour d’un leader. On parle de Peretz ou de Barak, de Olmert ou de Livni, de Liberman, de Natanyaou. A travers eux on parle d’un parti. Dans le Ihud Haleumi on ne peut nommer personne parce qu’il ne s’agit pas d’un parti avec un leader mais d’une liste commune. Aujourd’hui, le public s’identifie uniquement à la tête de liste car la politique est moins idéologique et plus personnelle. La liste aussi est importante. Les gens veulent voir dans la liste une personne du Neguev, une femme, un Rav, etc… Mais c’est le leader qui compte avant tout. Peut-être est-ce l’influence américaine. Les gens veulent connaître surtout celui qui dirige le parti, ce qu’il est capable de faire, quel est son programme, ce qu’il pense, avec qui il peut former une coalition, qui peut-il amener avec lui, quelles sont ses qualités, s'il peut parler avec des religieux, des non-religieux, des Olim Hadachim.
 
LPH / Juif.org : Efi Etam appelle les non religieux à entrer dans A’hi ? C’est nouveau ?
 
IL : Il s'agit des non-religieux qui sont d’accord avec nos buts, comme les traditionalistes attachés à Eretz Israël, qui respectent la Torah même s’ils ne sont pas pratiquants et qui veulent voir un pays beaucoup plus juif, beaucoup plus attaché à sa terre .
 
LPH / Juif.org : Vous tendez la main aux non-religieux, et aux orthodoxes ?
 
Y. L. : On leur tend la main mais ils ne viennent pas. Ils ne veulent pas. Mon idéal politique aujourd’hui est d’arriver à faire une liste unie de tous les religieux. Je suis sûr qu’une telle liste peut remporter la majorité de voix et porter au pouvoir un parti de tous les religieux
 
LPH / Juif.org : Quelle est la raison de ce refus ?
 
Y. L. : Des questions idéologiques : sur le sionisme, et sur d'autres points ; par exemple les orthodoxes ne veulent pas d'une femme dans la liste, chez nous il y a une. Je leur tends une fois de plus la main…
 
LPH / Juif.org : Comment arrivez-vous à avoir, vous, Rav Itshak Levy, un consensus de la part de tous les hommes politiques ?
 
Y. L. : Merci pour le compliment. Je veux respecter et parler comme il faut à tout le monde. Malgré des débats parfois très difficiles et très complexes je n’ai jamais élevé la voix et je suis l’ami de tous.  
 
LPH / Juif.org : Et qui est ce leader pour la droite sioniste religieuse ?
 
Y. L. : C’est justement ce que nous voulons mettre en pace avec ce "Mifkad", cette campagne d’adhésion au mouvement "A’HI". Il faut comprendre que la liste du  I’hud Haleumi réunit 6 députés de trois partis différents : Moledet (Benny Elon et Arié Eldad), Tkouma (Zvi Hendel et Oury Ariel) et le Nouveau Sionisme Religieux (Efi Etam et moi). I’hud Haleumi est très fort du point de vue idéologique. Nous nous entendons très bien. Notre public adhère à une même idéologie. Mais il n’y a aucune hiérarchie entre nous. En restant ainsi, nous aurons le vote de ceux qui pensent comme nous. Si l’on veut s’ouvrir à un public plus large il faut créer un parti commun et proposer une plateforme politique plus consensuelle reposant sur des valeurs partagées par une grande partie de la population : la terre d’Israël, la société et le Judaïsme.
 
LPH / Juif.org : Où en êtes-vous dans cette campagne ?
 
Y. L. : Nous avons dépassé 3000 adhésions et nous pensons atteindre les 5000. Ce mouvement doit entamer un dynamisme. Les électeurs des autres tendances du I’hud Haleumi doivent inciter leurs représentants à rejoindre A'HI.
 
LPH / Juif.org : Et qui choisira le leader du parti ?
 
Y. L. : Les adhérents éliront directement le chef du parti, le reste de la liste, et une assemblée de soixante personnes constituant le secrétariat de ce nouveau parti. Le 27 mars la campagne d’adhésion se termine. D’ici là j’espère que beaucoup de personnes nous rejoindront. Nous ouvrons notre mouvement aux Juifs traditionalistes, attachés à Eretz Israël, qui respectent la Torah, pratiquants ou non et qui veulent voir beaucoup plus de valeurs juives dans l’éducat)on et dans la société. Pour réaliser cela il faut créer une structure politique possédant une base militante importante dont les représentants se sentent responsables directement vis-à-vis de ceux qui les ont élus. Ceci n’est pas contraire à la démocratie, c’est même sa raison d’être, et c’est également comme cela que la tradition juive voit la politique.
3 commentaires
Si le sioniste non religieux viennent a vous Mr le Rav Levy et le parcours sera fait de reunions en reunions car le sioniste religieux le sioniste humaniste = la realite de Eretz Israel. Laissez nous 6 mois et Ce sera ensemble a la Cnesset.
Envoyé par Corine_002 - le Lundi 21 Janvier 2008 à 06:03
Si le sioniste non religieux viennent a vous Mr le Rav Levy et le parcours sera fait de reunions en reunions car le sioniste religieux le sioniste humaniste = la realite de Eretz Israel. Laissez nous 6 mois et Ce sera ensemble a la Cnesset.
Envoyé par Corine_002 - le Lundi 21 Janvier 2008 à 06:03
RAV LEVY, N'OUBLIEZ PAS QUE C'EST SHASS QUI DONNA SES VOIX..... !!! MA VOIX !!! A RABIN ZAL. en 92 !CE QUI AMENA LA GAUCHE ISRAELIENNE AU GOUVERNEMENT CE QUE BIEN SUR ..... JE ..... NE VOULAIS PAS !COMMENT APPELEZ-VOUS CELA ???
Envoyé par jocelyne d'ganya - le Lundi 21 Janvier 2008 à 11:30
Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 20 minutes