English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Culture Israël

À la découverte de Pisgat Zeev, entre mémoriaux modernes et vestiges épars

À la découverte de Pisgat Zeev, entre mémoriaux modernes et vestiges épars - © Times of Israel

Au début des années 1920, deux villages juifs ont été établis au nord de Jérusalem-même. Établis sur des terrains achetés par des banquiers juifs, Neve Yaakov et Atarot étaient complétement isolés de tout autre communauté juive.

À force de travail acharné, les pionniers ont accueilli des personnes convalescentes et des gens de passage, vendu des fruits et des légumes, ouvert une école prestigieuse, accueilli des colonies de vacances et exploité une laiterie populaire.

Au fil des ans, Neve Yaakov et Atarot a subi plusieurs assauts arabes sporadiques. Après la présentation du plan de partition des Nations unies le 29 novembre 1947, la situation a empiré : en plus de ces attaques, les Arabes ont établi des barrages routiers autour des deux communautés et harcelé tous les véhicules qui tentaient de déposer des visiteurs ou de livrer des approvisionnements. Néanmoins, malgré l’audace croissante et la multiplication de ces hostilités, les hommes, femmes et enfants — aidés de membres de la Hagana — sont parvenus à repousser l’ennemi.

Trois jours après la déclaration d’indépendance d’Israël (le 14 mai 1948), les Arabes ont attaqué pendant 14 heures sans relâche, épuisant les munitions de leurs adversaires. L’évacuation des deux communautés fut ensuite décidée, et les habitants se retrouvèrent seuls au milieu de la nuit, à transporter leurs camarades blessés sur leurs épaules. La Jordanie s’empara des villages, détruisit tout sur son passage et établit un camp militaire pour la légion jordanienne sur les terres que les pionniers avaient cultivées.

Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 16 minutes