English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Culture Israël

Découverte d’une partie de la muraille de Jérusalem de l’ère du Premier Temple

Découverte d’une partie de la muraille de Jérusalem de l’ère du Premier Temple - © Juif.org

Des fouilles archéologiques dans le parc national de la cité de David ont mis à jour les vestiges de la muraille de la ville, qui a été construite pendant l’âge de fer – à l’époque du Premier Temple du royaume de Juda, pour protéger Jérusalem de l’Est.

Les fouilles sont menées au parc national de la cité de David pour le compte de l’autorité des antiquités d’Israël, en collaboration avec la Fondation de la cité de David, dans le cadre du développement du parc national.

Selon les directeurs des fouilles, le Dr Filip Vukosavovic du Centre de recherche de l’ancienne Jérusalem et le Dr Joel Uziel et Ortal Chalaf au nom de l’autorité des antiquités d’Israël : « le mur de la ville protégeait Jérusalem d’un certain nombre d’attaques pendant le règne des rois de Judée, jusqu’à l’arrivée des babyloniens qui ont réussi à le percer et à conquérir la ville. Les vestiges des ruines peuvent être vus dans les fouilles archéologiques. Cependant, tout n’a pas été détruit, et des parties des murs, qui se tenaient et protégeaient la ville pendant des décennies et plus, restent debout à ce jour.

La nouvelle section qui a été exposée relie deux sections qui ont été précédemment excavées sur le versant Est. Dans les années 1960, l’archéologue britannique Kathleen Kenyon a découvert une section du mur dans la partie nord de la pente et l’a datée de l’époque du royaume de Juda.

Environ une décennie plus tard, l’archéologue Yigal Shiloh a découvert une longue section du mur, lors de fouilles dans la partie sud de la pente.

Au fils des ans, on a affirmé que malgré la nature impressionnante des vestiges, ces vestiges de structures en pierre ne devraient pas être considérés comme des vestiges de la muraille. Cependant, avec la découverte de cette nouvelle section qui se connecte à ces découvertes passées, il semble que le débat soit réglé, et qu’il s’agissait sans équivoque du mur oriental de l’ancienne Jérusalem.

La reconstruction des sections qui ont été démantelées lors des fouilles précédentes au début du 20e siècle, permet de tracer près de 30 mètres supplémentaires du mur survivant sur une hauteur de 2,5 mètres et une largeur allant jusqu’à 5 mètres.

Dans le livre des Rois 2 - 25:10, il y a  une de description de la conquête de la ville par les babyloniens : « toute l’armée babylonienne sous le commandement de la garde impériale a détruit les murs autour de Jérusalem ».

Cependant, il semble que les babyloniens n’aient pas détruit le mur oriental, peut-être en raison de la forte pente du versant oriental de la cité de David, qui s’incline vers la vallée du Cédron à un angle de plus de 30 degrés.

Les découvertes de la destruction peuvent être vues dans le bâtiment qui se tenait à côté du mur et ont été exposées lors des fouilles précédentes : à l’intérieur du bâtiment, des rangées de pots de stockage ont été découvertes, qui ont été brisés lorsque le bâtiment a brûlé et s’est effondré.

Les jarres portent des anses estampées « rosette », en forme de rose, associées aux dernières années du royaume de Juda.

Près du mur, un sceau babylonien en pierre a été dévoilé, représentant une figure debout devant les symboles des deux dieux babyloniens Marduk et Nabu.

Non loin de cet endroit a été retrouvée une bulle (une empreinte de sceau réalisée en argile) portant le nom d’une personne de Judée, « Tsafan ».

Les résultats des fouilles seront présentés en octobre prochain lors de la conférence de l’autorité des antiquités d’Israël « nouvelles études sur l’archéologie de Jérusalem et de sa région. »


Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 28 minutes