English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Culture Israël

Lod : des preuves trouvées de la dernière révolte juive contre la domination romaine

Lod : des preuves trouvées de la dernière révolte juive contre la domination romaine - © Juif.org

Pour la toute première fois, des preuves ont été trouvées à Lod de la révolte de Gallus, la dernière résistance juive contre la domination romaine. La découverte spectaculaire – un grand bâtiment public, dans les fondations duquel un trésor vieux de 1 650 ans était caché – sera rendue publique dans un nouveau livre à l’occasion de la conférence archéologique annuelle de la région centrale d’Israël, ouverte gratuitement au public. La conférence se tiendra au Musée Eretz Yisrael à Tel Aviv et sera organisée conjointement par l'Université de Tel Aviv, l'Université Bar Ilan et l'Autorité israélienne des antiquités.

Des fouilles dans la rue Nordau à Lod, dirigées par l'Autorité israélienne des antiquités et financées par la municipalité de Lod, ont mis au jour un bâtiment public de la période romaine tardive et du début de la période byzantine qui a subi de violentes destructions. Ses fondations contenaient 94 pièces d'argent et de bronze datant de 221 à 354 de notre ère, qui avaient été délibérément placées là - dans l'espoir de revenir les récupérer lorsque la situation se calmerait. Les dernières pièces de monnaie datent de l'époque de la révolte de Gallus (351-354 CE). Bien que les preuves écrites de cette révolte soient rares, certains textes rapportent que d'importantes communautés juives telles que Lod, Zipori et Tibériade ont été détruites par les forces du césar romain Flavius Constantinus Gallus.

Parmi les diverses découvertes faites dans le bâtiment figuraient d'impressionnants objets en pierre et en marbre ; des inscriptions grecques, hébraïques et latines, et une inscription portant le nom d'un juif issu d'une famille sacerdotale, encore à l'étude.

Ces inscriptions, associées à l’absence totale d’os de porc dans l’assemblage osseux découvert sur ce site, attestent de l’association de ce bâtiment avec la communauté juive.

Selon les fouilleurs du site, Shahar Krispin et Mor Viezel de l’Autorité israélienne des antiquités, « il s’agit selon toute vraisemblance d’un magnifique bâtiment juif qui abritait les anciens de la ville. D’après les écrits talmudiques, nous savons que Lod était un centre juif très important à la suite de la destruction du Second Temple à Jérusalem. Certains des « Sages de Lod » renommés sont le rabbin Eliezer ben Horkanos, le rabbin Tarfon, le rabbin Akiva, le rabbin Yosi HaGalili et bien d’autres. Ce bâtiment, détruit jusqu’à ses fondations, indique clairement que la révolte a été réprimée par la force, avec violence et cruauté, et qu’il ne s’agissait pas simplement d’un soulèvement local, comme le prétendaient certaines études antérieures. C’est le seul témoin, jusqu’à présent, de l’ampleur et de la puissance de cette révolte à Lod, située au centre du pays. »

Le professeur Joshua Schwartz, chef du Conseil de l'Autorité israélienne des antiquités, qui étudie la période talmudique de Lod, a noté qu’ « il est difficile de déterminer si ce magnifique bâtiment servait de synagogue, de salle d'étude, de salle de réunion des anciens, ou si ces trois fonctions ne faisaient qu'un. Mais ce qui est clair, c'est que la taille du bâtiment, le trésor de pièces de monnaie et l'assemblage de découvertes archéologiques produites par les fouilles correspondent bien à la description de Lod/Diospolis dans les sources juives et non juives en tant que centre de la vraie vie juive de la Torah durant les périodes Mishna et Talmud. Le rôle de Lod en tant que communauté dirigeante auprès des anciens a continué après la destruction jusqu'à ce moment où elle a été cruellement abattue lors de la révolte de Gallus. »

Le directeur de l’Autorité israélienne des antiquités, Eli Escusido, a déclaré : « Les découvertes impressionnantes découvertes ici renforcent notre responsabilité d’enquêter et de conserver l’histoire et le riche patrimoine de Lod. Avec le nouveau centre d’exposition de la magnifique mosaïque de Lod, nous faisons désormais connaître ce bâtiment au grand public. »

Le maire de Lod Yair Revivo a déclaré : « Il s’agit d’une découverte passionnante et très émouvante, un autre maillon de la chaîne du patrimoine de la période tannaïtique de Lod en tant qu’hôte des auteurs de la Mishna et de l’histoire juive de Lod. Les découvertes dans la région prouvent que Lod est l'une des villes les plus anciennes du monde. Nous souhaitons remercier l’Autorité israélienne des antiquités d’avoir révélé la gloire passée de notre ville. Je crois que maintenant qu'il est découvert, ce site attirera de nombreux touristes et visiteurs dans la ville : Lod se connecte à son passé et attend avec impatience un avenir radieux. »

Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 15 minutes