English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Israël : Défense au Moyen-Orient

Pour l'armement français, la menace est israélienne

Le ministre français de la défense, Hervé Morin, a ouvertement affiché ses craintes pour l'industrie d'armement française: «nous sommes talonnés par Israël, cinquième exportateur mondial». Le fautif, c'est le Général de Gaulle! Il a en fait incité Israël à développer ses propres industries militaires en décrétant en 1967 un embargo sur les armes en pleine Guerre des Six-Jours. Il avait alors convaincu les Israéliens qu'ils devaient dorénavant être autonomes pour ne plus subir de pression étrangère.

Les dernières statistiques montrent le chemin parcouru en quarante ans. L'Etat juif est devenu le cinquième exportateur mondial d'armement derrière les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, Russie et la France. L'industrie militaire israélienne, qui emploie plus de 40.000 personnes, a battu son premier record en 2006 en exportant pour 4,8 milliards de dollars de matériel. Les exportations devraient atteindre en 2009 un nouveau record avec un montant de 7 milliards de dollars contre 6,3 en 2008 et 5,6 en 2007. La crise mondiale n'affecte nullement ce marché... au contraire

Aviation

Les gouvernements israéliens successifs ont alloué des sommes considérables au Ministère de la Défense. Tous les types d'armes ont été développés à l'exception des avions et des hélicoptères en raison du veto américain. Les Etats-Unis ne tenaient pas à ce que les dollars offerts à titre d'aides servent à financer un concurrent direct à leurs industries aéronautiques. Israël avait pourtant construit son propre monoplace d'interception inspiré à la fois du Mirage français et du F16 américain, le «Lavi», qui vola en 1986 et dont l'acte de décès commercial fut signé le 31 décembre 1986.

Israël n'a pourtant jamais renoncé à cet avion car il ne voulait pas perdre son expérience aéronautique. Il a donc continué son projet en le rebaptisant «TD» (Technologie Demonstrator) et il sert à la formation des pilotes et aux essais de systèmes et de radars. Il en tiré une version d'avion de reconnaissance de type CEW (Conformal Airborne Early Warning)  qui vient d'être vendu à quatre exemplaires à Singapour et qui représente, grâce à son radar de type Falcon, l'outil actuel de surveillance le plus avancé.

Protection des chars

Les différentes guerres qui ont impliqué Israël ont constitué un laboratoire de tests réels pour les industries militaires puisque Tsahal a exploité à son profit les causes de ses échecs durant la guerre du Liban de 2006. La commission d'enquête Winograd a attiré l'attention du gouvernement sur la faible performance des unités terrestres et en particulier sur la destruction de 22 tanks par des tirs de missiles russes «Kornet» portés sur l'épaule des militants Hezbollah.

Les ingénieurs israéliens ont donc conçu un système d'isolation sous forme de cloche virtuelle électronique, le système «Trophy», enveloppant les chars Merkava. La protection consiste à détecter la menace, à suivre sa trajectoire puis à intercepter le missile en lançant un leurre qui le détruit. Il combine un radar de détection à 360° avec une unité de lancement de projectiles de destruction. Les essais effectués avec la collaboration du Pentagone ont démontré que le système était fiable à 90% et que l'armée américaine comptait l'exploiter en Irak et en Afghanistan. Tous les tanks israéliens seront équipés de ce dispositif, dès 2010.

La guerre du Liban a entrainé comme autre conséquence la conception par IMI, (Industries Militaires d'Israël) de son premier missile sol-sol Delilah dont la portée de 250 kms reste faible mais suffisante pour atteindre Damas ou Beyrouth. Tsahal estime qu'il s'agit là d'un premier pas vers un missile de longue portée qui pourrait être tiré depuis un sous-marin. Le représentant d'IMI, Rafi Eytan, est convaincu du succès de ce missile qui a été testé dans des conditions réelles à Gaza : «Je ne pense pas qu'il y ait vraiment concurrence sur le marché. Nous sommes devant une révolution dans le domaine de l'armement. Avec le Delilah, on atteint exactement la cible visée: il n'y a plus de victimes civiles.» Ce missile a reçu une extension qui lui permet d'être lancé depuis le sol, les mers et les airs. Plusieurs pays européens et asiatiques sont intéressés par l'acquisition de ce matériel et certains ont déjà signé un contrat de vente. Mais l'historien militaire israélien Martin Van Creveld estime que cette nouvelle arme ne couvre certainement pas toutes les menaces: «En 2006, l'aviation était tellement forte qu'aucun lanceur de missile de longue portée du Hezbollah n'a pu survivre plus de quelques minutes. C'était édifiant! Mais cela n'était pas suffisant pour les milliers de missiles Katiouchas de courte portée.»

Interception des Katiouchas

Cet expert avait constaté cette réalité sur le terrain puisque Israël n'avait pas trouvé la parade contre les 4000 roquettes qui avaient été lancées depuis la bande Gaza et la frontière du Liban. L'armée vient de réaliser un système d'interception capable de détruire les roquettes de courte portée. Le système «Iron Dome» utilise des missiles téléguidés capables de détecter et de détruire en vol les roquettes lancés d'une distance allant de 5 à 70 kilomètres. L'installation de ce système, qui protègera les villes voisines de Gaza, Sdérot et Ashkélon en particulier, devrait se généraliser au courant de l'année 2010. En plus de son rôle stratégique pour Israël, ce matériel pourrait avoir un impact politique important. En effet, en assurant la protection du pays contre les attaques par les airs à partir de distances courtes, il supprime la nécessité de grands espaces de sécurité et par conséquent, l'occupation de Cisjordanie ne se justifierait plus sur le plan stratégique.

Missiles anti missiles

Le risque de bombardement des villes par des missiles, à l'instar des Scuds envoyés par Saddam Hussein durant la Guerre du Golfe de 1991, a poussé les Israéliens à s'associer avec les américains pour la conception du missile anti missile «Hetz» dérivé du «Arrow» américain. En avril 2009, le Hetz a réussi à intercepter et à détruire un missile balistique comparable au Shihab iranien, tiré par un avion en Méditerranée. Mais, selon les militaires, son efficacité dépend de ses conditions d'utilisation. Le projet a donc été repris par les industries israéliennes à des fins d'amélioration. L'institut Rafael et le Centre pour la Recherche Spatiale d'Israël ont depuis développé le missile «Barak» qui a  réussi, en juillet 2009, l'interception et la destruction d'un missile lancé à partir d'un navire.

Les conséquences économiques de ces succès ont été rapides. New-Delhi a signé avec IAI (Israel Aerospace Industries) et Rafael un contrat de 1,4 milliards de dollars pour la fourniture de radars et de missiles Barak-8 afin de déjouer les attaques aériennes et protéger sa marine et ses côtes.

Rafael est en concurrence directe avec EADS, non seulement sur le marché indien, mais aussi sur tous les marchés européens, Italie et Espagne compris, qui ont décidé de moderniser leurs capacités navales et aéronavales. Pour rattraper leur retard, des groupes français ont préféré collaboré avec IAI, notamment dans le secteur des drones, avions sans pilote, qui ont prouvé leur efficacité dans les missions d'attaque et d'observation et qui sont devenus la grande spécialité israélienne.

L'esprit des Vedettes de Cherbourg

La Marine israélienne, placée en dernière priorité, n'a pas suivi la même évolution mais le risque de conflit avec un Iran lointain lui donne à présent une importance stratégique. Les patrouilleurs SAAR III, plus connus sous le nom de vedettes de Cherbourg, avaient été fabriqués par les Constructions Mécaniques de Normandie (CMN). Ils avaient subi l'embargo décrété par les autorités françaises mais avaient été «enlevés» le 24 décembre 1969. Cet incident eut pour conséquence l'arrêt de la coopération des deux pays. Les chantiers allemands de Lursen prirent le relais de la France pour la fabrication des unités suivantes. Mais, fidèle à sa volonté d'autonomie dictée par la leçon de Cherbourg, Israël développa dans ses usines de Haïfa ses propres navires d'attaque de 4ème génération qui prirent le nom de Reshef. Neuf patrouilleurs de ce type ont été commandés par l'Afrique du Sud.

Concurrence

Hervé Morin s'inquiète à juste titre que les attachés militaires israéliens se montrent trop actifs dans l'évaluation des désidératas des armées européennes. L'Asie n'est pas en reste. L'armée sud-coréenne vient de décider d'acheter à Israël le système radar d'alerte «Green Pine», afin de se protéger contre son voisin du nord. Ce système, utilisé par l'armée israélienne comme principal système radar d'alerte, a été choisi parmi d'autres produits étrangers en raison de ses capacités techniques et de son meilleur rapport qualité-prix.

Aucun dirigeant français n'a songé à mettre un terme au boycott qui reste encore en vigueur. Pourtant l'histoire a montré que les échanges fructueux dans les années 1960/1970 avaient permis au Mirage de connaître ses heures de gloire. L'arrivée au pouvoir, très appréciée à Jérusalem, de Nicolas Sarkozy et sa proximité avec Benjamin Netanyahou pourraient permettre d'ouvrir une nouvelle ère de collaboration des industries militaires. Le capitaine de corvette Rodriguez le précise dans la conclusion de son rapport au Collège Interarmées (ex-Ecole de Guerre): «les opportunités qui permettent aux industriels français et israéliens de s'allier pour répondre à des appels d'offre sont nombreuses. On peut donc penser que, dans la mesure où elle repose sur un bénéfice réellement partagé, la coopération avec l'industrie de défense israélienne peut être raisonnablement, et de façon plutôt avantageuse, envisagée et recherchée».

Jacques Benillouche

Image de Une: le char israélien Merkava 4   Reuters

8 commentaires
Les dernières statistiques montrent le chemin parcouru en quarante ans. L'Etat juif est devenu le cinquième exportateur mondial d'armement derrière les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, Russie et la France. L'industrie militaire israélienne, qui emploie plus de 40.000 personnes, a battu son premier record en 2006 en exportant pour 4,8 milliards de dollars de matériel. Les exportations devraient atteindre en 2009 un nouveau record avec un montant de 7 milliards de dollars contre 6,3 en 2008 et 5,6 en 2007. La crise mondiale n'affecte nullement ce marché... au contraire
Envoyé par Christiane_004 - le Jeudi 1 Octobre 2009 à 08:13
MERCI Général DE GAULLE MERCI pour votre embargo ___cela a obligé les ISRAELIENS à être autonome ils ont compris qu ils ne devaient compter que sur eux même comme toujours __heureusement car ne plus livrer des armes alors que l etat d israel est attaqué par CINQ ARMEES ARABES sanguinaires qui se réjouissaient d égorger tous les juifs __C EST UN CRIME Monsieur DE GAULLE vous vous en foutez royalement ce ne sont que des juifs aussi actuellement la france peut aller vendre ses armes aux muzzz qui se retourneraient contre elle vous voilà bien avancés monsieur HERVE MORIN NE PLEURER PAS ROLAND SALOMON
Envoyé par Roland_012 - le Jeudi 1 Octobre 2009 à 09:04
MERCI DE GAULLE!

De vouloir mettre ISRAËL dans un embarras catastrophique en 1967 en
coupant son approvisionnement en matériel de guerre puis aussi POMPIDOU
en répondant qu'il n'y avait pas d'abonné au numéro demandé suite aux
réclamations israéliennes, la FRANCE a donné une bonne leçon de réalisme
aux israéliens qui permet aujourd'hui à ce pays d'être pratiquement autonome
militairement et surtout de vendre une grande partie de sa production d'armes
ce qui lui permet d'être très compétitif et de gagner des marchés.
Effectivement, la FRANCE a perdu son AURA sur la qualité de ses matériels
militaires depuis qu'ISRAËL n'est plus là pour peaufiner et perfectionner ses
avions. Nous sommes persuadés que le RAFALE dans les mains des pilotes
israéliens serait en ce moment un avion le plus vendu, ce qui est le cas des F16
qui a bénéficié lui aussi des modifications étudiées par les ingénieurs juifs.
MARCEL DASSAULT avait compris l'importance de cette coopération entre les
deux pays et s'était impliqué personnellement dans le développement de l'armée
de l'air israélien. Malgré sa conversion au catholisisme il était resté juif dans son
coeur....
Envoyé par Yvan_001 - le Jeudi 1 Octobre 2009 à 09:57
et mon commantaire ou est il ?????? c est long quand même ce n est pas sorcier roland salomon
Envoyé par Roland_012 - le Jeudi 1 Octobre 2009 à 12:35
Le président français avait déjà tenté de dissuader ses alliés israéliens de passer à l’attaque, en envoyant un signal ferme par le biais d’un embargo sur les livraisons d’armes L’embargo sur les armes décrété à la veille du conflit, n’avait été ainsi que partiellement respecté. Des pièces détachées et du matériel, continuaient à être acheminés secrètement vers Israël. [...] Mais la rupture fut consommée entre les deux États en décembre 1968 avec une attaque israélienne au Liban.En riposte à un attentat anti-israélien sur l’aéroport d’Athènes, Tsahal avait lancé une opération de rétorsion sur l’aérodrome de Beyrouth. Opposé à la théorie des représailles, le président français proclama l’effectivité totale du boycott des armes à destination d’Israël. La France n’entendait plus épauler un allié qui refusait ses mises en garde et dont le statut de belligérance avec ses voisins, rendait impossible l’équilibre régional qu’elle avait envisagé jusqu’à la veille du conflit
Envoyé par Christiane_004 - le Jeudi 1 Octobre 2009 à 13:18
A CHRISTIANE 004

OUI, J'AI BIEN COMPRIS VOTRE MESSAGE QUI SE TRADUIT PAR:
C'EST LA FAUTE D'ISRAËL DE NE PAS ACCEPTER DE SE FAIRE RAYER
DE LA CARTE DU MOYEN-ORIENT.
iL FALLAIT OBEIR AUS INJONCTIONS DU GENERAL DE GAULLE ET LAISSER
LES EGYPTIENS IMPOSER LE BLOCUS SUR LA MER ROUGE, RENVOYER LES
CASQUES BLEUS DE L'ONU ET LEUR LAISSER LE TEMPS D'ATTAQUER ISRAËL!
si c'est cela que vous appelez l'équilibre régional il faut être idiot, sourd et aveugle
pour l'accepter!
La vérité, c'est que De Gaulle avait choisi le camp du pétrole et de la réalpolitik pour
son pays qui était libéré de la guerre d'Algérie et pouvait enfin reprendre le cours
normal de ses aspirations.
Envoyé par Yvan_001 - le Jeudi 1 Octobre 2009 à 15:17
a Yvan pas la peine de crier donc écris en minuscule c'est déjà plus poli , merci Tire la langue
est ce que j'ai menti dans ce que j'ais écrit? non, c'est écrit dans l'histoire donc fais la part des choses ou alors va déterrer de gaule pour lui faire la grosse tête si t'es pas content Tire la langue
j'aime bien dialoguer avec des personnes qui ne cherchent pas des polémiques inutiles donc pour moi ce sujet est clos,il y a d'autres sujet sur ce site qui méritent mon attention.
cordialement

Sourire Sourire Sourire
Envoyé par Christiane_004 - le Jeudi 1 Octobre 2009 à 16:05
A CHRISTIANE 007

CE N'est pas mieux d'envoyer vos têtes qui tirent la langue
En ce qui concerne la politesse!....
Pour ce qui est de l'histoire je n'y ai vu que votre interprétation
et si le général De Gaule qui a aussi écrit en parlant des juifs:
peuple sur de lui et dominateur après les années d'extermination
était pour le moins déplacé.
Envoyé par Yvan_001 - le Vendredi 2 Octobre 2009 à 21:35
Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 20 minutes