English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Israël : Défense au Moyen-Orient

"L'AP pourrait retirer sa reconnaissance d'Israël"

"L'AP pourrait retirer sa reconnaissance d'Israël" - © Juif.org

Ne comprenant toujours pas qu'ils ont tout a perdre, les palestiniens, via Mohammed Shtayyeh, membre du comité central du Fatah et négociateur de l'autorité palestinienne, a déclaré dimanche que les palestiniens pourraient annuler les accords signés entre l'OLP et Israël.

Pendant ce temps, certains dirigeants de l'OLP et du Fatah ont critiqué en privé le président de l'AP, Mahmoud Abbas, pour avoir accepté d'incorporer le Hamas dans l'OLP.

Au moins trois hauts responsables de Ramallah ont exprimé de fortes réserves sur cette décision, a déclaré un responsable du Fatah. Il a dit que ceux qui étaient opposés à ce geste étaient inquiets que le Hamas ne remplace le Fatah comme parti dominant l'OLP.

Un officiel a été cité comme disant qu'Abbas avait ouvert la voie pour que le Hamas et le Djihad Islamique prennent le contrôle non seulement de l'OLP, mais également de l'ensemble de la Judée Samarie.

Les remarques de Shtayyeh ont été publiées par le journal en arabe basé à Londres, Asharq Al Awsat.

Ce n'est pas la première fois qu'un responsable de l'autorité palestinienne parle de la possibilité d'abroger les accords d'Oslo.

Ces remarques viennent moins de 48 heures après que les groupes terroristes islamistes Hamas et le Djihad Islamique aient accepté de se joindre a un gouvernement provisoire dirigé par l'OLP qui préparera des nouvelles élections pour les deux principaux organes palestiniens, le Conseil National Palestinien et le Comité exécutif.

En réponse a une question sur les villes juives de Judée Samarie, Shtayyeh a déclaré : "si le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou insiste pour dire qu'il n'y a pas de différence entre Har Homa et Tel Aviv, nous ne ferons pas la distinction entre Ramallah et Jaffa."

En ce qui concerne la décision de l'OLP de reconnaître Israël en 1993, Shtayyeh a expliqué que "la reconnaissance d'Israël n'était pas une reconnaissance équilibrée. L'OLP a reconnu Israël dans un sens géographique, mais Israël n'a pas reconnu la Palestine géographiquement, mais comme une institution. Israël a seulement reconnu l'OLP. Nous demandons maintenant une reconnaissance mutuelle. Nous voulons qu'Israël reconnaisse les territoires palestiniens de 1967."

Shtayyeh a déclaré que les palestiniens "concentreront maintenant leurs efforts sur les affaires intérieures. "Le président Abbas est maintenant intéressé à réunir les palestiniens," a-t-il dit. "En 2012, il y aura un vide politique, car les Etats-Unis seront préoccupé par les élections présidentielles, les européens par la crise de l'euro et les arabes par leur 'printemps'."

9 commentaires
Si les palestiniens considèrent qu'il n'y a pas de différence entre Jaffa et Ramalah, ils doivent accepter la présence juive à à Har Homa ! Israël n'a jamais exigé la déportation des habitants arabes d'Israël. La
Envoyé par Michel_003 - le Lundi 26 Décembre 2011 à 09:02
Le compte de ce membre a été suspendu.
Envoyé par Johanan - le Lundi 26 Décembre 2011 à 09:59
J'ai grand peur que ses paroles soit vienne comme d'habitude, car les gauchistes serons la pour le faire changer d'avis.
Envoyé par Moshe_012 - le Lundi 26 Décembre 2011 à 16:28
Le compte de ce membre a été suspendu.
Envoyé par Johanan - le Lundi 26 Décembre 2011 à 19:13
Depuis un peu plus de quatre décennies, la France a adopté une politique arabe qui s’avère être, après chaque analyse détaillée, un soutien à des dictatures, à des systèmes allant contre ses propres valeurs, mais également corrompus et s’apparentant à la mafia. Et cela quelque soit la couleur politique du gouvernement en place ou de l’occupant de l’Elysée.

Pour l’exemple, il faut se souvenir de la condamnation du « massacre de Djénine » au Conseil des Droits de l’homme onusien en 2002 par le ministre des Affaires étrangères Hubert Vedrine, alors ministre de gauche et de cohabitation. Un massacre imaginaire qui ne fut au final que propagande ‘’palestinienne’’ autrement dit criminelle pour avoir salit une armée et un peuple plaçant l’éthique très haut. Un blâme émit avant toute enquête sérieuse et qui n’avait d’autre objectif que de prouver le soutien français au combat ‘’palestinien’’. Dans l’intérêt bien compris de relations mercantiles avec le monde arabo-musulman. Quitte à mettre sous le tapis les droits à la légitime défense du peuple israélien. Un blâme criminel qui s’inscrit dans la ligne politique élaborée par le Général De Gaule et qui n’a guère changé depuis !
Envoyé par Roland_017 - le Mardi 27 Décembre 2011 à 11:09
Israël a annulé un contrat sur des systèmes radars à la Turquie
envoyer par mail
mardi 27 décembre 2011, par Israël, par Turquie, par Défense, par Sanctions Économiques
Le ministère israélien de la Défense a ordonné d’annuler un important contrat de fourniture à la Turquie de systèmes radars équipant des avions, ont indiqué jeudi les médias israéliens.

Selon les médias qui citent un responsable du ministère de la Défense ayant requis l’anonymat, le contrat signé en 2009 avec la Turquie par la société israélienne Elbit Systems et les Industries aériennes israéliennes porte sur un montant de 140 millions de dollars (107 millions d’euros).

Interrogé par l’AFP sur les raisons de cette annulation, le ministère de la Défense a indiqué qu’il “n’a pas pour habitude de s’expliquer sur ses décisions (...) qui sont prises sur une base professionnelle en vertu de considérations sécuritaires et diplomatiques“.

Le journal en ligne Ynet a pour sa part estimé que le ministère de la Défense avait décidé d’annuler ce contrat, de crainte qu’Ankara ne transfère ces équipements ultra-sophistiqués à des tiers qui lui sont hostiles.

Selon la première chaîne publique de la télévision israélienne, Israël s’inquiète surtout d’un rapprochement entre la nouvelle hiérarchie militaire à Ankara et l’Iran.

Tous les autres contrats d’armes conclus par Israël et la Turquie sont maintenus, a précisé la télévision.

Les relations entre Israël et la Turquie, jadis florissantes, y compris dans le domaine de la coopération militaire, se sont considérablement dégradées, notamment après un raid meurtrier israélien contre un ferry turc qui tentait de briser le blocus de Gaza en mai 2010.
Envoyé par Roland_017 - le Mardi 27 Décembre 2011 à 11:19
Israël a annulé un contrat sur des systèmes radars à la Turquie
envoyer par mail
mardi 27 décembre 2011, par Israël, par Turquie, par Défense, par Sanctions Économiques
Le ministère israélien de la Défense a ordonné d’annuler un important contrat de fourniture à la Turquie de systèmes radars équipant des avions, ont indiqué jeudi les médias israéliens.

Selon les médias qui citent un responsable du ministère de la Défense ayant requis l’anonymat, le contrat signé en 2009 avec la Turquie par la société israélienne Elbit Systems et les Industries aériennes israéliennes porte sur un montant de 140 millions de dollars (107 millions d’euros).

Interrogé par l’AFP sur les raisons de cette annulation, le ministère de la Défense a indiqué qu’il “n’a pas pour habitude de s’expliquer sur ses décisions (...) qui sont prises sur une base professionnelle en vertu de considérations sécuritaires et diplomatiques“.

Le journal en ligne Ynet a pour sa part estimé que le ministère de la Défense avait décidé d’annuler ce contrat, de crainte qu’Ankara ne transfère ces équipements ultra-sophistiqués à des tiers qui lui sont hostiles.

Selon la première chaîne publique de la télévision israélienne, Israël s’inquiète surtout d’un rapprochement entre la nouvelle hiérarchie militaire à Ankara et l’Iran.

Tous les autres contrats d’armes conclus par Israël et la Turquie sont maintenus, a précisé la télévision.

Les relations entre Israël et la Turquie, jadis florissantes, y compris dans le domaine de la coopération militaire, se sont considérablement dégradées, notamment après un raid meurtrier israélien contre un ferry turc qui tentait de briser le blocus de Gaza en mai 2010.
Envoyé par Roland_017 - le Mardi 27 Décembre 2011 à 11:19
En réponse à Michel 003 du lundi 26 décembre. Peut être l'aurait-ils dù ! Nos générations futures seront en droit de demander des compte pour cette bombe démographique à retardement. L'Etat juif, rien que l'Etat Juif de la Mediterranée au Jourdain. Tôt ou tard les arabes israëliens n'auront que deux choix, devenir juifs ou déménager !
Envoyé par Robert_042 - le Mardi 27 Décembre 2011 à 14:13
EN ISRAEL, LES partis de gauches se regalent, les orthodoxes, avec leurs facons d interpréter la alaha, , la mixité, dans les bus, c est du grain a moudre pour les non religieux, ces barbus ont ils lus sans mysoginie la femme dans la thora??,

LA FEMME JUIVE
Cher(e)s ami(e)s, c’est avec beaucoup de plaisir que je vous propose l’étude d’un texte qui traite de la question : « Regard sur la femme juive » écrit par le Rabbin Meir Rebibo chlita, guide spirituel de la communauté juive de Charenton. Le Rav chlita est également une personnalité incontournable,au charisme exceptionnel du Beth-Din de Paris. Puit de science et de Torah, qu'il sait parfaitement à l'instar de nos grands maitres, conjuguer ,avec brio, la qualité primordiale du vrai Talmid Haham (sage): la modestie. Excellente étude.
Rabbin Mikaël JOURNO

LA FEMME VERTUEUSE

אֶשׁת חַיִל

ECHET HAYIL

Notre génération a vu se réaliser des inventions merveilleuses et un développement extraordinaire dans plusieurs domaines, mais par contre, elle est restée très arriérée en ce qui concerne les responsabilités et le joug moral et spirituel.
En effet, des gens semblant avoir des réponses à toutes sortes de questions, vivent sur des idées préconçues sans pour autant vérifier leur véracité.
Parmi ces préjugés, il en est un concernant l’infériorité du statut des femmes dans le judaïsme par rapport aux hommes, comme si la femme occupait une moindre place dans le judaïsme et serait donc lésée par rapport à l’homme.
Cette idée est erronée à la base et dénuée de tout fondement : elle fait partie des idéologies liées à la mode.
La majorité des gens les encouragent et les adoptent comme des perroquets sans les vérifier; il y en a même qui préfèrent vivre toute leur vie sur de faux préjugés comme celui-ci afin de noircir le judaïsme. Nous essaierons ci-après de rappeler quelques faits connus sur certains des aspects concernant les femmes vertueuses ayant vécu à des époques différentes et s’étant distinguées par leurs vertus et leurs actions.

La Thora nous parle du caractère de bonté, de générosité de la femme, car elle fut créée sur cette base. Comme le dit le verset: "il n’est pas bon que l’homme reste seul, je lui ferai une aide digne de lui" (Béréchit 2). La femme fut créée pour aider et assister son mari en vue de la construction du monde. L’homme et la femme se complètent et c’est seulement quand ils sont ensemble qu’ils méritent de porter le nom "d’Adam" (homme).
C’est ainsi que nos sages nous enseignent (traité Yévamot). Rabbi Elazar dit : "tout homme qui n’a pas de femme n’est pas considéré un homme". Nombreuses sont donc les femmes qui se sont distinguées dans plusieurs domaines de la vertu et de l’héroïsme spirituel.

SARAH:notre mère s’est distinguée par sa beauté spirituelle et physique. Voici comment on explique le verset " et toutes les âmes qu’ils firent à Haran", à savoir qu’Avraham convertissait les hommes au monothéisme et sarah agissait de même avec les femmes. A deux, ils se mirent avec abnégation à influencer et à rapprocher les gens de l’époque à la foi et au monothéisme. dans un monde où les individus étaient opposés à leurs idéologies, Avraham amenait chez lui des invités et Sarah s’en occupait. De même Sarah se sacrifia pour l’éducation de son fils Yitshak et l’empêcha de subir l’influence néfaste de Yichmaèl et quand elle vit qu’il n’y avait plus rien à espérer de Yichmaèl, elle dit à son mari: ’Renvoie cette servante et son fils ". ce fut difficile pour Avraham de les renvoyer sur simple demande de Sarah. Mais le Saint béni soit-il fut d’accord avec elle et dit à Avraham: "pour tout ce que Sarah te dit, obéis à sa voix".
Nos sages commentèrent ce verset en disant "obéis à l’esprit saint qui est en elle ".
D’ici on apprend, disent les Hakhamim, qu’Avraham était à un milieu inférieur de prophétie par rapport à Sarah.
Et voici que le temps arriva pour Avraham de chercher une épouse pour son fils Yisthak, duquel allait descendre le peuple juif.
Et quel était le critère que l’on exigeait de la femme qui conviendrait à la maison d’Avraham, exemplaire en ce qui concerne la générosité et l’amour prodigués à tous les passants venant des quatre directions ? Ce critère, c’était bien sûr la générosité qu’Eliézer a employé pour juger
RIVKA:qui fut choisie pour devenir la base du nouveau foyer. Comme on le sait, l’un des signes de reconnaissance de la descendance d’Avraham Avinou, c’est la bonté, telle que la générosité même vis-à-vis des étrangers ou encore la réception des invités sans aucun intérêt personnel comme il le pratiquait. Rivka ayant précisément ces qualités fut choisie comme épouse de Yisthak, duquel est issu le peuple Juif.

MYRIAM: soeur d’Aharon et de Moshé, était un modèle exemplaire, par le mérite duquel les juifs eurent de l’eau dans le désert ( le puits de Myriam).
Au moment même où le peuple avait perdu tout espoir, elle leur insuffla la foi et la croyance en D. Nos sages nous enseignent (traité de Sota 12) qu’Amram était le chef de sa génération.
Dès que Pharaon ordonna que tous les nouveaux nés mâles soient jetés dans le Nil, Amram divorça de sa femme et fut suivi dans cet acte par tous les juifs. Sur ce, sa fille Myriam lui dit: "Papa, ta sentence est plus dure que celle de Pharaon, car celui-ci n’a décrété que sur les mâles et toi, tu as décrété sur les filles également.
Les sentences de Pharaon, pouvaient soit se matérialiser, soit ne pas se matérialiser, alors que toi, comme tu es un Tsadik, ton décret se réalisera certainement".
Il reprit par conséquent sa femme, et sur ce, tous les hommes le suivirent.
Et quand les fils d’Israël sortirent d’Egypte, on vit Myriam la Prophétesse se manifester avec des tambourins et des cymbales, ses espoirs s’étant concrétisés, comme il est dit: " Et Myriam la Prophétesse, soeur d’Aharon, prit le tambourin dans sa main et toutes les femmes suivirent après elle avec des tambourins et des instruments de danse ".
Et nos sages de se poser la question avec étonnement : " Où les femmes trouvèrent-elles des tambourins en plein désert ? ".
Ils répondent ( voir Rachi ) en disant : " Ces femmes justes étaient sûres et certaines que le Saint Béni soit-il leur ferait des miracles dans le désert et par conséquent elles amenèrent d’Egypte des tambourins ". La foi et la croyance en D. de Myriam étaient tellement tangibles au point de voir le futur dans le présent.
Les sages expliquèrent ceci en disant : " Nos ancêtres furent délivrés d’Egypte, grâce au mérite des femmes justes".

A l’époque des juges, il y eut plusieurs femmes remarquables au sein de notre peuple: l’une d’elles fut DEBORAH, la Prophétesse qui vécut pendant que les juifs souffraient du joug de Yahin, roi des Canaanéens et de Sisra, son chef des armées; elle apporta la délivrance au peuple juif qui avait succombé sous le joug ennemi. Elle mobilisa dix mille hommes et convainquit Barak Ben Avinoam de prendre le commandement de cette armée. Elle réussit à infliger une défaite décisive au roi Canaanéen et à son chef des armées et à ramener ainsi la paix et la tranquillité au peuple juif pendant 40 ans. Son mérite, disent nos sages, est d’avoir préparé des mèches que son mari allumait au Beth Hamikdash; elle fabriquait des mèches bien épaisses afin que leurs lumières soient abondantes. Le Saint Béni soit-il lui dit : " Toi, tu as eu l’intention d’amplifier ma lumière, moi de même, j’amplifierai la tienne en Juda et à Jérusalem vis-à-vis des 12 tribus d’Israël". A cette victoire, participa une autre grande femme également : il s’agit de YAEL, l’épouse de Hever le Kénite, qui rusa l’ennemi Sisera en l’invitant chez elle et en lui tranchant la tête. Et Déborah entonne à son intention le chant : " Tévorah Minachim Yaêl ...... Minachim Béohel Tévorah " ( Choftim 5 ) et qui sont les femmes qui étaient dans le " Ohel " (la tente) ? C’étaient SARAH, RIVKA, RAHEL et LEA. L’écriture vient donc placer Yaêl à leur niveau. Nos sages disent (Yalcout Choftim) " En quoi Yaël a-t-elle mérité que la victoire arrive par son entremise ? Elle était une femme " Kéchéra ", accomplissant la volonté de son mari.
Envoyé par Roland_017 - le Mardi 27 Décembre 2011 à 17:09
Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 32 minutes