English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Israël : Défense au Moyen-Orient

Le porte-parole de Tsahal affirme que le Hamas ne peut pas être éliminé et qu’il restera à Gaza s’il n’y a pas d’alternative

Le porte-parole de Tsahal affirme que le Hamas ne peut pas être éliminé et qu’il restera à Gaza s’il n’y a pas d’alternative - © Juif.org

Mercredi, le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a qualifié l’objectif de guerre d’Israël d’éradiquer le groupe terroriste du Hamas d’actuellement inaccessible, semblant souligner encore davantage les tensions entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et les hauts responsables de la défense à propos de sa gestion de la guerre à Gaza.

« Cette entreprise visant à détruire le Hamas, à faire disparaître le Hamas, c’est simplement jeter de la sable aux yeux du public », a déclaré Hagari à la Treizième chaîne dans une interview.

« Le Hamas est une idée, le Hamas est un parti. C’est enraciné dans le cœur des gens : quiconque pense que nous pouvons éliminer le Hamas a tort », a-t-il poursuivi.

Hagari a également averti que « si le gouvernement ne trouve pas d’alternative, [le Hamas] restera » dans la bande de Gaza.

En réponse, le bureau de Netanyahu a déclaré dans un communiqué que le cabinet de sécurité « a défini comme l’un des objectifs de guerre la destruction des capacités militaires et de gouvernance du Hamas ».

« L’armée israélienne s’y engage bien sûr », ajoute le communiqué.

L’unité du porte-parole de Tsahal a ensuite publié une déclaration affirmant que l’armée était attachée aux objectifs de guerre déclarés du gouvernement, notamment la destruction des capacités gouvernementales et militaires du Hamas, ajoutant que Hagari avait parlé dans l’interview de « l’éradication du Hamas en tant qu’idéologie et idée ».

« Toute affirmation contraire consiste à sortir les remarques de leur contexte », a-t-il ajouté.

Les commentaires de Hagari mercredi faisaient écho aux remarques qu’il avait faites le mois dernier, lorsqu’on lui avait demandé si le retour de l’armée dans des zones précédemment débarrassées du Hamas était le résultat de l’incapacité du gouvernement à décider qui dirigerait Gaza à la place du groupe terroriste.

« Il ne fait aucun doute qu’une alternative gouvernementale au Hamas créera une pression sur le Hamas, mais c’est une question qui relève de l’échelon politique », avait-il déclaré à l’époque.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a exhorté Netanyahu à faire progresser les plans de gouvernance d'après-guerre de Gaza, avertissant en mai que l'incapacité de trouver un remplaçant au Hamas compromettrait les réalisations militaires d'Israël, car le groupe terroriste serait en mesure de se regrouper et de réaffirmer son contrôle sur la bande de Gaza. De plus, Gallant a appelé Netanyahu à exclure tout régime militaire et civil israélien à Gaza après la guerre déclenchée par l’attaque du Hamas le 7 octobre, comme le préconisent certains membres d’extrême droite de la coalition de Netanyahu.

Des reportages télévisés ont rapporté que le chef d'état-major de Tsahal, Herzi Halevi, et le chef du Shin Bet, Ronen Bar, se sont également récemment disputés avec Netanyahu au sujet de la planification stratégique, tandis que le chef de l'Unité nationale, Benny Gantz, a démissionné la semaine dernière du gouvernement de guerre d'urgence après que le Premier ministre ait refusé de présenter un plan d'après-guerre dans le délai qu'il s'est fixé.

Il y a eu d'autres signes récents de frictions entre l'armée et Netanyahu, notamment à propos de « pauses tactiques » dans les combats le long d'une route dans le sud de Gaza, que Netanyahu a critiquées, tandis que Tsahal a déclaré que cette décision était conforme à ses instructions d'augmenter le montant de l'aide qui entre dans la bande.

« Afin d’atteindre l’objectif de détruire les capacités du Hamas, j’ai dû prendre des décisions qui n’ont pas toujours été acceptées par les dirigeants militaires », a affirmé Netanyahu lors de la réunion du cabinet de dimanche.

Il s’en est également pris à l’armée israélienne, affirmant que « nous avons un État avec une armée, pas une armée avec un État », renversant ainsi une boutade sur la Prusse.

Ces derniers jours, le fils aîné de Netanyanu, Yair, s’en prend également de plus en plus aux dirigeants de l’armée, leur reprochant les massacres du 7 octobre dont, contrairement au reste des hauts gradés de la défense ce jour-là, le Premier ministre a refusé à plusieurs reprises d’assumer la responsabilité.

Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 18 minutes