English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Diplomatie : Israël & le Moyen-Orient

Vous avez raison, M. Netanyahou

J'ai suivi avec attention vos derniers discours, et je voudrais m'arrêter un peu sur celui qui vous avez prononcé à l'occasion de l'anniversaire de l'indépendance d'Israël. Le point fort de votre allocution est certainement votre affirmation établissant que le monde n'a pas retenu les leçons de la Shoah. Lors de vos interventions écoutées par le grand public, vous vous attachez essentiellement à la menace iranienne, à la course de ce régime fanatique à l'armement nucléaire, et aux menaces d'extermination proférées par le dictateur de ce pays sans provoquer le moindre remous dans un monde libre accoutumé.
166 commentaires
Ou Comment un Arabe reste un Arabe avec une haine cachée, contre un peuple qui ne cherche qu'à réintégrer ses terres ancestrales. Ce Musulman oubli l'histoire quand cela l'arrange et devient un protestant pour les électeurs
d'ailleurs Hawaï est une colonie Américaine, une terre parmi volée aux indigènes qui ne font que des spectacles aux touristes ou restent enfermés dans des réserves, d'ailleurs comme les indiens aux Etats Unis d'Amerique, mais c'est tabous , De toute façon j’espère que mr Netanyaou, continuera à avoir un discours réaliste et jamais ne tourneras le dos à un arabe sinon attention aux couteaux.
Envoyé par Jerome_012 - le Vendredi 20 Mai 2011 à 08:53
Vive Obama. Au moins, avec lui, les choses bougent. Si c'est ça qui amène la paix, rien à dire. Nous sommes fatigués de soutenir l'insoutenable!
Envoyé par Sharon_002 - le Vendredi 20 Mai 2011 à 09:21
tu chasses le naturel il revient au galop ... nous n 'avons besoin même pas de la preuve par neuf ...les faits sont là ...il y a 8 ans , le problème des frontières de 1967 a été résolu ... et obama , comme les égyptiens qui veulent dénoncer tous les accords , avec la caution internationale et de l 'onu , sous garantie américaine , obama hussein , lui , veut remettre sur le carreau " ce retour aux frontières avant 1967 " en occultant les accords avec son prédésseur , passés , acceptés et cautionnés ... il y a 8 ans ...les mémoires deviennet courtes avec ces gens , tout comme les trèves proposées puis dénoncées à tout bout de champ ...les accords sont toujours remis en question puis déchirés , ...tout comme la rancune , cette maladie diffile à arrêter , mais qui reprend toujours le dessus , pour revenir plus forte encore dans ses exigences ... le ras le bol est visible ...GROS ... TRÊS TRES GROS ... comme ça ...GGG , R RRR OOOOO SSSSSS etc... belote rreebbeelloottee ...ouf ... !

j ' en ai marre de ces fous d 'allah ...j ' en ai MARRE !
Envoyé par Jacques_079 - le Vendredi 20 Mai 2011 à 09:50
OBAMA déclare: Que la communauté internationale est FATIGUÉE d'un processus
qui n'aboutit pas à un accord de paix.
Que dire des israéliens qui depuis 1948 doivent défendre la pays en payant le prix
du sang de leurs enfants qui comme eux depuis cette date sont obligés de se battre.
Comme à son habitude, OBAMA sur cette question tire en touche sans prendre
réellement la mesure du problème et continue de brosser dans le sens du poil
pour ne pas déplaire à l'ARABIE SAOUDITE. (pétrole oblige)
Aucune déclaration formelle sur le terrorisme du Hamas ni du Hezbollah comme si
tout cela était normal.
Le plus grave à mes yeux, c'est l'omerta sur le retour des réfugiés qui pour les arabes
est une condition importante d'un éventuel traité de paix et qui, pour les israéliens est
inacceptable .
Aucune condamnation de la Syrie avec les crimes menés par Assad sur son peuple.
Beau discours de langue de bois!
Envoyé par Yvan_001 - le Vendredi 20 Mai 2011 à 11:35
Même sentiment Jacques en écoutant la radio ce matin....Colère....
Envoyé par Anne_022 - le Vendredi 20 Mai 2011 à 11:48
Extrait du discours de Barak Obama du 19 mai. Partie concernant Israël et les Palestiniens.

Nous avons souligné certaines phrases.

« Pendant des décennies, le conflit entre Israéliens et Arabes a jeté une ombre sur la région. Pour les Israéliens, il a voulu dire vivre dans la crainte que leurs enfants soit tués dans l’explosion d’un autobus ou par des roquettes tirées sur leur maison, ainsi que dans la douleur de savoir que d’autres enfants dans la région ont appris à les haïr. Pour les Palestiniens, cela s’est traduit par la souffrance de vivre dans l’humiliation de l’occupation et de ne jamais vivre dans un pays qui est le leur. En outre, ce conflit a eu un coût plus élevé au Moyen-Orient, car il entrave des partenariats qui pourraient apporter une plus grande sécurité, la prospérité, et la responsabilisation des gens ordinaires.

Mon administration a travaillé avec les deux parties et la communauté internationale depuis plus de deux ans pour mettre fin à ce conflit, mais les attentes n’ont pas été satisfaites. La colonisation israélienne se poursuit. Les Palestiniens ont quitté les négociations. Le monde regarde un conflit qui traîne depuis des décennies et voit une impasse. Et il y a ceux qui affirment qu’avec tous les changements et les incertitudes dans la région, il n’est tout simplement pas possible d’aller de l’avant.

Je ne suis pas d’accord. À une époque où les peuples du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord sont en train de se débarrasser du fardeau du passé, une campagne pour une paix durable qui mettra fin au conflit et résoudra toutes les questions est plus urgente que jamais.

Pour les Palestiniens, les efforts faits pour délégitimer Israël se solderont par un échec. Des actions symboliques menées pour isoler Israël à l’Organisation des Nations Unies en Septembre ne créeront pas un Etat indépendant. Les dirigeants palestiniens ne parviendront pas à la paix ni à la prospérité si le Hamas persiste sur la voie de la terreur et du rejet. Et les Palestiniens ne parviendront jamais à leur indépendance en niant le droit d’Israël à exister.

Quant à Israël, notre amitié est profondément enracinée dans une histoire partagée et des valeurs partagées. Notre engagement envers la sécurité d’Israël est inébranlable. Et nous nous élèverons contre les tentatives faites pour en faire l’objet de critiques dans les forums internationaux. Mais précisément en raison de notre amitié, il est important que nous disions la vérité : le statu quo n’est pas viable, et Israël doit également agir avec audace pour faire avancer une paix durable.

Le fait est qu’un nombre croissant de Palestiniens vivent à l’ouest du Jourdain. La technologie aidant, il sera plus difficile pour Israël de se défendre. Une région en pleine mutation conduira au populisme et des millions de personnes - pas seulement quelques dirigeants - doivent croire que la paix est possible. La communauté internationale est lassée par un processus sans fin qui ne produit jamais de résultats. Le rêve d’un Etat juif et démocratique ne peut être accompli avec une occupation permanente.

En fin de compte, il appartient aux Israéliens et aux Palestiniens d’agir. Aucune paix ne peut leur être imposée, aucun interminable délai ne fera disparaître le problème. Mais ce que l’Amérique et la communauté internationale peuvent faire, c’est de dire franchement ce que chacun sait : une paix durable se fera avec deux Etats pour deux peuples. Israël en tant qu’Etat juif et patrie du peuple juif, et l’Etat de Palestine comme patrie pour le peuple palestinien ; chaque Etat bénéficiera d’auto-détermination, d’une reconnaissance mutuelle et de paix.

Ainsi, alors que les questions essentielles du conflit doivent être négociées, la base de ces négociations est claire : une Palestine viable, et un Israël vivant en sécurité. Les États-Unis estiment que les négociations devraient aboutir à deux Etats, avec des frontières permanentes palestiniennes avec Israël, la Jordanie et l’Egypte, et des frontières permanentes d’Israël avec la Palestine. Les frontières d’Israël et la Palestine doivent être basées sur les lignes de 1967 avec des échanges de terre acceptés d’un commun accord, de sorte que les frontières sûres et reconnues soient établies pour les deux Etats. Le peuple palestinien doit avoir le droit de se gouverner et parvenir à son plein potentiel, dans un État souverain et contigu.

En ce qui concerne la sécurité, chaque Etat a le droit à la légitime défense et Israël doit être capable de se défendre - lui-même - contre toute menace. Des dispositions doivent également être suffisamment robustes pour prévenir une résurgence du terrorisme, arrêter l’infiltration d’armes et assurer la sécurité des frontières. Le retrait total et progressif des forces militaires israéliennes doit aller de pair avec l’hypothèse que les forces de sécurité palestinienne dans un Etat souverain et démilitarisé est responsable. La durée de cette période de transition doit résulter d’un accord et l’efficacité des dispositifs de sécurité doit être démontrée.

Ces principes constituent une base pour les négociations. Les Palestiniens doivent connaître les contours territoriaux de leur État ; les Israéliens doivent savoir qu’il y aura une réponse à leurs préoccupations sécuritaires. Je sais que ces mesures ne suffiront pas à résoudre ce conflit. Deux questions déchirantes et au caractère émotionnel demeurent : l’avenir de Jérusalem et le sort des réfugiés palestiniens. Mais maintenant aller de l’avant sur la base du territoire et de la sécurité constitue une base pour résoudre ces deux questions d’une manière qui soit juste et équitable, et qui respecte les droits et les aspirations des Israéliens et des Palestiniens.

Reconnaissant que les négociations doivent commencer par les questions de territoire et de sécurité ne signifie pas qu’il sera facile de revenir à la table [ des négociations ]. En particulier, l’annonce récente d’un accord entre le Fatah et le Hamas soulève des questions profondes et légitimes pour Israël - comment peut-on négocier avec un parti qui s’est montré peu enclin à reconnaître votre droit à l’existence. Dans les semaines et mois à venir, les dirigeants palestiniens devront fournir une réponse crédible à cette question. Pendant ce temps, les États-Unis, nos partenaires du Quartet, et les Etats arabes devront poursuivre tous leurs efforts pour aller au-delà de l’impasse actuelle.

Je reconnais à quel point cela sera difficile. La suspicion et l’hostilité ont été transmises pendant des générations, et se sont parfois solidifiées. Mais je suis convaincu que la majorité des Israéliens et des Palestiniens préfèrent regarder vers l’avenir plutôt que d’être emprisonnés par le passé. Nous voyons cet esprit dans ce père israélien, dont le fils a été tué par le Hamas, qui a aidé à créer une organisation qui a réuni les Israéliens et les Palestiniens qui avaient perdu des êtres chers. Il a dit, « je me suis progressivement rendu compte que le seul espoir de progrès était de reconnaître le visage du conflit. » Et nous le voyons dans les actions d’un Palestinien qui a perdu trois filles sous des obus israéliens dans la Bande de Gaza. « J’ai le droit d’éprouver de la colère, » dit-il. « Tant de gens s’attendaient à ce que je haïsse. Je leur réponds que je ne haïs pas ... Croyons, » dit-il, « en demain »

C’est le choix qui doit être fait - et pas simplement dans ce conflit, mais dans toute la région - un choix entre la haine et l’espoir, entre les chaînes du passé et la promesse de l’avenir. C’est un choix qui doit être fait par les dirigeants et par les peuples et c’est un choix qui définira l’avenir d’une région qui a servi de berceau à la civilisation et a été un creuset pour des combats. »
http://www.whitehouse.gov/the-press-office/2011/05/19/remarks-president-barack-obama-prepared-delivery-moment-opportunity

Envoyé par Israel, Eden_001 - le Vendredi 20 Mai 2011 à 13:33
Garanties américaines données dans le cadre du plan de désengagement (Gaza)

1. Le 14 avril 2004, les États-Unis ont donné les garanties suivantes dans une lettre présidentielle :

- Préservation du principe fondamental émis par le gouvernement israélien selon lequel aucun processus politique ne sera entamé avec les Palestiniens avant l'éradication des organisations terroristes, comme énoncé dans la Feuille de route.

- Engagement américain de ne pas faire de pression politique sur Israël pour qu'il adopte tout plan politique autre que la Feuille de route ni pour qu'Israël engage des pourparlers politiques avec les Palestiniens tant que les Palestiniens n'auront pas respecté leurs engagements adoptés dans la Feuille de route (cessation du terrorisme, de la violence et de l'incitation à la haine, démantèlement des organisations terroristes, changement de leadership et réalisation de réformes globales au sein de l'Autorité palestinienne).

- Reconnaissance américaine univoque du droit d'Israël à avoir des frontières sûres et protégées, et aussi des frontières défendables.

- Reconnaissance américaine univoque du droit d'Israël à se défendre partout et à conserver sa force de dissuasion contre toute menace.

- Reconnaissance américaine univoque du droit d'Israël à se défendre contre les actions terroristes et contre les organisations terroristes en tout lieu, y compris dans les zones desquelles Israël s'est retiré.

- Position américaine univoque au sujet des réfugiés selon laquelle il n'y aura aucun retour de réfugiés palestiniens en Israël.

- Position américaine selon laquelle il n'y aura pas de retour aux frontières de 1967, en vertu de deux considérations principales : les blocs de peuplement israéliens et l'application du concept de "frontières défendables".

- Position américaine selon laquelle les grands blocs de peuplement israéliens resteront en Israël. Toutes les autres parties de Judée-Samarie pourront être sujettes à négociation.

- Les États-Unis posent des conditions claires à la création d'un futur État palestinien et précisent que l'État palestinien ne sera pas créé tant que les organisations terroristes n'auront pas été démantelées, tant que les dirigeants palestiniens n'auront pas été remplacés et tant que les réformes globales n'auront pas été effectuées au sein de l'Autorité palestinienne.
Envoyé par Elie_010 - le Vendredi 20 Mai 2011 à 14:24
DOMMAGE , POURQUOI NE PAS AVOIR LAISSE ,LES PALESTINNIENS REJETES CE DISCOUR ! EN PREMIER !!!!!!!!ALORS QUE CELA EST SUR ET CERTAINS DE LA NAO ACCEPTATION , POUR PLUSIEURS RAISONS !!!!
Envoyé par Jacques_093 - le Vendredi 20 Mai 2011 à 15:54
Paris condamne les nouvelles constructions juives à Jérusalem est
Bernard Valero, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a déclaré vendredi que la France condamnait le projet annoncé par Israël de construction de 1.520 nouveaux logements dans deux quartiers de Jérusalem-Est.

Mais paris et bernard valero et jouppé peuvent aller se faire ..... bon je vous laisse imaginer la suite
Envoyé par Israel, Eden_001 - le Vendredi 20 Mai 2011 à 17:47
Irael eden 001
ou tu étais cela fait un petit temps que je ne vois tes bons commentaires Rigole !!!

Je ne m' étonne pas que la communauté soit fatigué les pauvres ils marchent tout jour dans la direction erroné avec la boussole des arabes le nord est le sud. hé hé. Personne leurs à obligé a ce foncer dans un labyrinthe sans fin, et il vont finir pour se faire encorner par le minotauro. Logique ans le fil d'arien de la vérité son tous perdus dans les coulissées.
Envoyé par Arturo - le Samedi 21 Mai 2011 à 02:02
Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 13 minutes