English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Diplomatie : Israël & le Moyen-Orient

Le Liban et Israël entement un troisième cycle de négociations sur la frontière maritime

Le Liban et Israël entement un troisième cycle de négociations sur la frontière maritime - © Juif.org

Le Liban et Israël, toujours techniquement en guerre, ont lancé mercredi un troisième cycle de négociations sur la frontière maritime sous les auspices des Etats-Unis et de l’ONU pour permettre l’exploration d’hydrocarbures en mer.

Les délégations se sont réunies sous haute sécurité dans une base de la force de maintien de la paix de l’ONU, la FINUL, dans la ville frontalière libanaise de Naqura.

Après des années de diplomatie silencieuse de la navette américaine, le Liban et Israël ont déclaré début octobre qu’ils avaient accepté de commencer les négociations dans le cadre de ce que Washington a qualifié d’accord « historique ».

Les deux premières séries de pourparlers ont eu lieu les 14 et 28-29 octobre.

Les négociations sont censées se concentrer sur une zone maritime contestée de 860 kilomètres carrés selon une carte enregistrée auprès des Nations Unies en 2011.

Mais le Liban exige maintenant une zone supplémentaire de 1 430 kilomètres carrés plus au sud, a déclaré l’expert libanais de l’Energie, Laury Haytayan, qualifiant la nouvelle phase de pourparlers de « guerre des cartes ».

Elle a déclaré que la zone supplémentaire s’étendait dans une partie du champ de gaz Karish qu’Israël a attribué à la société grecque Energean pour l’exploration.

Une source israélienne proche des pourparlers a déclaré que, pendant ce temps, l’état juif a exigé que la frontière maritime soit déplacée plus au nord, plus profondément dans les zones revendiquées par le Liban.

« La délégation israélienne elle-même a présenté une ligne qui est au nord de la frontière du différend, et a précisé qu’aucun pourparlers n’aura lieu sur une ligne qui est au sud de la frontière du différend », a déclaré la source.

Le chef de la délégation israélienne, le directeur général du ministère de l’énergie, Udi Adiri, a déclaré au début du mois dans une lettre à Energean qu’il était hors de question de discuter de toute zone en dehors de la zone contestée initiale.

« Il n’y a aucun changement, et aucune perspective de changement concernant le statut des eaux commerciales israéliennes au sud de la zone contestée, y compris bien sûr le champ gazier de Karish et Tanin », a écrit Adiri dans une lettre au PDG Shaul Tzemach.

Mercredi, le journal libanais Al-Akhbar a cité une source bien informée, affirmant que les pourparlers avaient 50-50 chances de succès.

« Les deux parties sont allées aux pourparlers sur 860 kilomètres carrés, mais ensuite de nouvelles lignes ont commencé à être produites, après que l’ennemi a décidé que la demande libanaise était une « provocation » et en échange s’est accordé sur le droit de proposer de nouvelles lignes sans aucune règle en droit international », a déclaré le journal.

En février 2018, le Liban a signé son premier contrat de forage en mer pour le pétrole et le gaz dans les blocs 9 et 4 avec un consortium comprenant les géants Total, ENI et Novatek.

En avril, le Liban a déclaré que le forage initial dans le bloc 4 avait montré des traces de gaz, mais aucune réserve commercialement viable.

L’exploration n’a pas commencé dans le bloc 9, dont une partie de trouve dans la zone litigieuse.

 

 

 

 

Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 20 minutes