English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Diplomatie : Israël & le Moyen-Orient

L’Iran met fin aux inspections de l’ONU sur ses sites nucléaires

L’Iran met fin aux inspections de l’ONU sur ses sites nucléaires - © Juif.org

L’organe de surveillance iranien a approuvé mercredi une loi obligeant le gouvernement à suspendre les inspections de l’ONU sur ses sites nucléaires et à intensifier l’enrichissement d’uranium au-delà de la limite fixée dans l’accord nucléaire de 2015 si les sanctions ne sont pas assouplies dans un mois.

En représailles au meurtre, la semaine dernière, du principal scientifique nucléaire iranien Mohsen Fahrizadeh, que Téhéran a imputé à Israël, le parlement iranien dominé par les extrémistes a approuvé mardi le projet de loi à une forte majorité, ce qui durcira la position nucléaire de l’Iran.

Le Conseil des Gardiens est chargé de veiller à ce que les projets de loi ne soient pas en contradiction avec les lois islamiques chiites ou la constitution iranienne. Cependant, la position du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, qui a le dernier mot sur toutes les questions d’état, n’est pas connue.

En vertu de la nouvelle loi, Téhéran donne un mois aux parties européennes de l’accord pour alléger les sanctions contre le secteur pétrolier et financier iranien, imposées après que Washington a abandonné l’accord signé entre Téhéran et six « puissances » en 2018.

En réaction à la politique de « pression maximale » du président américain Donald Trump sur Téhéran, l’Iran a progressivement réduit son respect de l’accord.

La loi poussée par les législateurs extrémistes rendrait plus difficile pour le possible prochain président américain Joe Biden, qui entrera en fonction le 20 janvier, de rejoindre l’accord.

Biden a déclaré qu’il reviendrait à l’accord et lèverait les sanctions si Téhéran revenait au « strict respect de l’accord nucléaire ».

Le président Hassan Rouhani, l’architecte de l’accord de 2015, a critiqué la décision du parlement comme « nuisible aux efforts diplomatiques » visant à assouplir les sanctions américaines.

En vertu de la nouvelle loi, le gouvernement devrait reprendre l’enrichissement d’uranium à 20% et installer des centrifugeuses avancées dans ses installations nucléaires de Natanz et Fordo.

L’accord plafonne la pureté fissile à laquelle l’Iran peut raffiner l’uranium à 3,67%, bien en dessous des 20% obtenus avant l’accord et en dessous du niveau de qualité militaire de 90%. L’Iran a franchi le plafond de 3,67% en juillet 2019 et le niveau d’enrichissement est resté stable à 4,5% depuis lors.

L’Iran a enfreint de nombreuses restrictions de l’accord, mais continue de coopérer avec le chien de garde de l’ONU, accordant aux inspecteurs l’accès sous l’un des régimes de vérification nucléaire les plus intrusifs imposés à n’importe quel pays.

La Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne, toutes parties de l’accord de 2015, ont exhorté l’Ian à le respecter pleinement.

 

 

3 commentaires
eh bien !! ce crime profite à l'Iran !! un martyr bien choisi vaut bien un enrichissement à 20% .
Envoyé par Deme - le Mercredi 2 Décembre 2020 à 17:43
Et la voix de la france !!!
MUETTE
Envoyé par Jcl - le Mercredi 2 Décembre 2020 à 19:18
Silence chez Biden, macron et Merkel... soumission devant les islamistes
Envoyé par Claude_107 - le Jeudi 3 Décembre 2020 à 07:47
Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 35 minutes