English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Diplomatie : Israël & le Moyen-Orient

Quelles sont les 10 mesures que Biden a prises pour avoir un impact sur les Palestiniens ?

Quelles sont les 10 mesures que Biden a prises pour avoir un impact sur les Palestiniens ? - © Juif.org

Les présidents américains n'arrivent pas les mains vides. Ils portent souvent des cadeaux, et le président Joe Biden ne fait pas exception.

Biden est presque devenu poétique lorsqu'il a parlé à ses hôtes israéliens et palestiniens la semaine dernière de l'avenir que les États-Unis voulaient construire avec eux.

"La meilleure façon d'alimenter la flamme de l'espoir est de démontrer que les choses peuvent aller mieux", a déclaré Biden au président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lors d'une visite à Bethléem.

Bien qu'il ait parlé d'un avenir de paix, il n'a pris aucune mesure lors de sa visite pour faire avancer la fin du conflit. Au lieu de cela, il s'est concentré sur une série de petits changements qui affecteraient la vie quotidienne des Palestiniens. Certaines étaient des promesses reconditionnées, tandis que d'autres étaient de nouveaux gestes.

Vous trouverez ci-dessous une liste de 10 promesses et mesures prises par les États-Unis lors de la visite de Biden, souvent avec Israël, conçues pour avoir un impact sur les Palestiniens.

 

1. Ouverture 24h/24 du passage d'Allenby

Le geste le plus ambitieux est le passage à une opération 24 heures sur 24 d'ici la fin septembre du passage du pont Allenby en Samarie que les Palestiniens utilisent pour se rendre dans le monde extérieur. Les horaires limités du terminal de la vallée du Jourdain entraînent des retards, prolongent le temps de trajet et ajoutent des dépenses supplémentaires.

À l'heure actuelle, le point de passage vers la Jordanie voisine est ouvert 14 heures par jour du dimanche au jeudi et six heures et demie le vendredi et le samedi. L'accord pour l'ouverture 24 heures sur 24 a été négocié par le Maroc et a déjà été annoncé par Israël.

 

2. Passage de Salem rouvert aux véhicules

Lors de la visite de Biden, Tsahal a rouvert le point de passage de Salem près de Jénine entre Israël et le nord de la Samarie à la circulation automobile.

Le bureau du coordinateur des activités gouvernementales (COGAT) dans les territoires a annoncé le geste juste avant l'arrivée de Biden. Le petit passage a été ouvert à la circulation piétonne pour les Palestiniens devant accéder au tribunal militaire et au bureau d'enregistrement foncier, selon le groupe de gauche B'Tselem.

L'ouverture du point de passage à la circulation automobile est conçue pour aider les Arabes israéliens à se rendre dans le nord de la Samarie pour des raisons financières, donnant ainsi un coup de pouce à l'économie là-bas.

 

3. Relance du Comité économique mixte

 Israël, selon la Maison Blanche, a accepté de permettre la relance du Comité économique mixte, désigné en 1994 pour soutenir la mise en œuvre des Protocoles de Paris qui régissent les relations économiques entre Israël et l'AP. C'est une étape particulièrement importante car les protocoles doivent être amendés pour répondre à la réalité économique de 2022, même si le comité ne s'est pas réuni depuis 2009,

Le ministre de la Coopération régionale Esawi Frej a fait pression pour la relance du comité depuis son entrée en fonction l'année dernière, mais avait manqué de soutien de l'ancien Premier ministre Naftali Bennett. Le Premier ministre Yair Lapid a accepté de faire avancer le comité composé de représentants d'Israël et de l'AP.

 

4. Réseau 4G d'ici fin 2023

Les Palestiniens n'ont pas été en mesure de participer pleinement à l'économie numérique mondiale faute d'infrastructures adéquates.

Israël a promis aux États-Unis d'autoriser les Palestiniens à mettre à niveau cette infrastructure vers un réseau 4G d'ici la fin de 2023. Les Palestiniens de Judée Samarie utilisent actuellement un réseau 3G, et à Gaza, ils sont toujours en 2G. Ce projet est en discussion depuis plusieurs années. Israël n'a pas encore annoncé son approbation de ce projet, pour lequel il a des objections de sécurité.

 

5. Développement palestinien dans la zone C

Six plans de zonage pour faire avancer le développement palestinien dans la zone C de la Judée Samarie qui est sous le régime militaire et civil de Tsahal, ont été annoncés par le COGAT juste avant l'arrivée de Biden. Les États-Unis ont longtemps poussé Israël à autoriser le développement palestinien dans la zone C, qui est sous le contrôle civil et militaire de Tsahal. Les approbations israéliennes des plans de zonage et des permis de construire ont été rares.

Les promesses passées d'Israël sur cette question ne se sont pas toutes concrétisées. Ceux de la droite israélienne qui croient que toute la zone C devrait faire partie des frontières définitives d'Israël ont fait valoir que de tels plans équivalaient à céder des terres à l'Autorité palestinienne.

Deux des plans – pour Hizma et Harmala – doivent être approuvés. Les quatre autres plans pour Fukeikis, Hares, Kisan et Battir devraient être déposés. Tous les plans sont adjacents à la zone B, qui est sous le contrôle de l'AP.

 

6. La construction juive se poursuit à Jérusalem

Il n'y a eu aucune déclaration publique lors de la visite du président contre les bâtiments juifs à Jérusalem-Est ou la construction des implantations de Judée Samarie. L'administration Biden, cependant, a déclaré à plusieurs reprises qu'elle désapprouvait de tels projets et a demandé à Israël d'en suspendre les projets.

Pour éviter toute friction, Israël a brièvement retardé mais n'a pas suspendu les plans de construction de projets juifs à Jérusalem-Est et de maisons en Judée Samarie. Le comité de planification du district du ministère de l'Intérieur pour Jérusalem doit discuter le 25 juillet de deux projets de nouveaux quartiers juifs à Jérusalem-Est impliquant quelque 2 000 maisons.

Le plan de l'aqueduc inférieur permettrait la construction de 1 446 nouveaux logements à proximité du quartier juif de Har Homa. Le plan de Givat Hashake pour 473 logements juifs serait situé près des quartiers palestiniens de Shuafat et Beit Safafa.

En Judée, l'administration civile a fixé au 12 septembre la date pour entendre les objections contre 3 412 maisons juives dans Ma'aleh Adumim, initialement prévue pour le 18 juillet.

 

7. 200 millions de dollars pour le réseau hospitalier de Jérusalem-Est

Biden a annoncé un engagement pluriannuel de 100 millions de dollars pour le réseau hospitalier de Jérusalem-Est qui dessert les Palestiniens. Il en a parlé à la fois lors de sa visite à l'hôpital Augusta Victoria et à Bethléem vendredi.

Aucun détail précis n'a été donné quant à l'affectation des fonds sur une base annuelle. Biden, cependant, a noté que dans le passé, les États-Unis avaient fourni à l'hôpital 85 millions de dollars. depuis 2014. Le don semble être une augmentation des niveaux de financement actuels, en particulier si l'on tient compte des promesses de contrepartie du Koweït, du Qatar, de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis pour 100 millions de dollars supplémentaires.

Par ailleurs, la Maison Blanche a annoncé 2,1 millions de dollars pour le Peres Peace Center et 3 millions de dollars pour AppleSeeds, qui est un programme qui rassemble de jeunes professionnels israéliens et palestiniens sur des questions de technologie et de leadership. Ces deux petites subventions font partie des 250 millions de dollars mis de côté pour des projets israélo-palestiniens conjoints dans le cadre de la loi Nita M. Lowey sur le partenariat pour la paix au Moyen-Orient (MEPPA).

Les États-Unis, selon la Maison Blanche, ont également promis 15 millions de dollars pour aider à fournir de la nourriture à 210 000 Palestiniens à faible revenu, en particulier à la lumière de la hausse des prix des denrées alimentaires due à la guerre en Ukraine. Le financement sera assuré par l'intermédiaire du Programme alimentaire mondial des Nations Unies et de deux organisations non gouvernementales.

 

8. Baisse de 15% du financement de l'UNRWA

La promesse de 201 millions de dollars pour l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens semblait magnanime lorsque Biden l'a annoncé lors de sa conférence de presse avec Abbas à Bethléem vendredi. Avant l'administration Trump, les États-Unis avaient fourni les dons les plus importants à l'UNRWA sur une base annuelle effectués par un seul pays.

Les États-Unis ont fait don de 364 millions de dollars à l'UNRWA en 2017, la première année de l'administration Trump, mais a ensuite interrompu ces dons annuels en 2018. Biden a repris ce financement en 2021, fournissant à l'UNRWA 334 millions de dollars, un peu moins que ce qui avait été donné en 2017. Cependant, il n'avait pas encore renouvelé cet engagement pour 2022.

La Maison Blanche a déclaré que la promesse de Biden vendredi porterait le total de l'aide financière américaine à l'UNRWA à 618 millions de dollars. Cela signifie effectivement qu'avec l'annonce de Biden, les États-Unis n'ont promis de fournir à l'UNRWA que 284 millions de dollars cette année, une baisse de 15% par rapport à l'année dernière, à moins que des fonds supplémentaires ne soient promis à une date ultérieure.

 

9. 1 500 permis de travail pour les Palestiniens de Gaza

Israël a approuvé 1 500 permis de travail supplémentaires pour les Palestiniens de Gaza afin qu'ils puissent occuper des emplois en Israël. Cela porte à 15 000 le nombre total de ces documents d'emploi. Presque immédiatement, cependant, Israël a suspendu les 1 500 permis après que quatre roquettes ont été lancées sur Israël depuis Gaza samedi soir. Aucun dommage n'a été causé par les projectiles.

 

10. Statut de résidence en Judée Samarie pour 5 500 Palestiniens

Israël a accepté d'accorder le statut de résident à 5 500 Palestiniens qui se sont installés en Judée Samarie depuis Gaza ou depuis l'étranger. L'Autorité palestinienne a besoin de l'approbation d'Israël avant de pouvoir inscrire leurs noms dans le registre de la population, qui enregistre le statut de résidence pour la Judée Samarie. Israël a gelé ce registre en 2009 et ne l'a rouvert que l'année dernière sous le gouvernement de l'ancien Premier ministre Naftali Bennett. Le nombre total d'inscriptions au cours de la dernière année s'élèvera désormais à 17 000.

Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 56 minutes