English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Diplomatie : Israël & le Moyen-Orient

Netanyahou à CNN : « Nous avons pris des mesures contre le développement de certaines armes iraniennes »

Netanyahou à CNN : « Nous avons pris des mesures contre le développement de certaines armes iraniennes » - © Juif.org

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a déclaré mardi à CNN dans une interview qu'Israël avait agi contre les menaces iraniennes mais n'entrerait pas dans les détails.

Dans l'interview avec Jake Tapper, Netanyahou a expliqué sa position sur l'Iran et a déclaré : « Si vous avez des régimes voyous qui (ont l'intention d'obtenir) des armes nucléaires, vous pouvez signer 100 accords avec eux, cela n'aide pas. »

« Je pense que la seule façon d'arrêter ou de s'abstenir d'acquérir des armes nucléaires est une combinaison de sanctions économiques paralysantes, mais la chose la plus importante est une menace militaire crédible », a-t-il ajouté.

Netanyahou a déclaré à Tapper qu'Israël avait « pris des mesures contre le développement de certaines armes » en Iran. Cependant, il a refusé de confirmer ou d'infirmer si Israël était derrière des attaques de drones contre une usine militaire à Ispahan ce week-end.

« Je ne parle jamais d'opérations spécifiques... et chaque fois qu'une explosion se produit au Moyen-Orient, Israël est blâmé ou responsable - parfois nous le sommes, parfois nous ne le sommes pas », a-t-il déclaré.

Concernant la guerre en Ukraine, Netanyahou a indiqué qu'il serait prêt à envisager de servir de médiateur entre la Russie et l'Ukraine si les deux pays et les États-Unis le lui demandaient.

« Si toutes les parties concernées me le demandent, j'y réfléchirai certainement, mais je ne me force pas », a déclaré Netanyahou, ajoutant que cela devrait être « le bon moment et les bonnes circonstances ».

Netanyahou a également révélé qu'on lui avait demandé d'être médiateur dans le conflit peu après l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février de l'année dernière, mais il a refusé parce qu'il était le chef de l'opposition israélienne à l'époque, et non le Premier ministre.

« J'ai une règle : un Premier ministre à la fois », a déclaré Netanyahou, qui n'a pas précisé qui lui avait demandé de servir dans ce rôle, disant seulement que la demande était « non officielle ».

Le Premier ministre a également abordé la question des négociations de paix entre Israël et l'Autorité palestinienne, affirmant que les gens peuvent être « accrochés » aux négociations de paix, mais il a opté pour une approche différente.

« Il existe une formule pour la paix, mais mon point de vue est qu'en raison du refus persistant des Palestiniens, qui remonte à un siècle, de reconnaître un État-nation pour le peuple juif… si nous les attendons, nous n'obtiendrons pas la paix. Je pense que, de façon réaliste, c'est l'inverse : si nous faisons la paix avec l'Arabie saoudite, cela dépend des dirigeants saoudiens, et mettons effectivement fin au conflit arabo-israélien, je pense que nous reviendrons aux Palestiniens et obtiendrons une solution viable la paix avec les Palestiniens », a-t-il déclaré.

Interrogé par Tapper sur les inquiétudes de l'administration Biden selon lesquelles les communautés juives de Judée-Samarie pourraient exacerber les tensions, Netanyahou a souligné le succès des accords d'Abraham, négociés par l'administration Trump, qui ont normalisé les relations entre Israël et plusieurs pays arabes.

« J'ai fait le tour [des Arabes palestiniens], je suis allé directement dans les États arabes et j'ai forgé un nouveau concept de paix... J'ai forgé quatre accords de paix historiques, les accords d'Abraham, soit le double du nombre d'accords de paix que tous mes prédécesseurs en 70 les années se sont combinées », a-t-il déclaré.

Interrogé sur la concession qu'Israël accorderait à l'AP dans le cadre d'un accord de paix, Netanyahou a répondu : « Eh bien, je suis certainement disposé à leur donner tous les pouvoirs dont ils ont besoin pour se gouverner. Mais en aucun cas les laisser devenir une puissance qui pourraient (nous) menacer et cela signifie qu'Israël devrait avoir la responsabilité primordiale de la sécurité. »

« Le fait est que les Juifs vivent ici, et continueront à vivre ici, et les Palestiniens vont continuer à vivre ici, et nous allons devoir vivre ensemble. Nous n'allons pas nettoyer ethniquement le cœur du peuple juif et nous n'allons pas nettoyer ethniquement Israël. 20% de la population d'Israël est arabe. Nous n'allons pas dire que nous n'aurons pas la paix tant que nous n'aurons pas expulsé les Arabes d'Israël et nous n'aurons pas la paix tant que nous n'aurons pas expulsé les Juifs de ces zones qui sont contestées. Ce ne sont pas des zones illégales, ce sont des zones contestées, et la seule façon de résoudre ce différend est d'avoir des négociations de paix, auxquelles les Palestiniens refusent systématiquement de répondre », a déclaré le Premier ministre.

Netanyahou a rejeté les critiques selon lesquelles ses partenaires de la coalition, à savoir les ministres Itamar Ben Gvir et Bezalel Smotrich, sont des extrémistes, affirmant qu'il y a « une énorme hypocrisie ».

Il a déclaré à Tapper que le gouvernement précédent « s'appuyait sur un partenaire de la coalition, un parti qui était redevable aux Frères musulmans, qui sont anti-gays, anti-libéraux, anti-occidentaux, anti-américains, anti-démocratie », une référence à Ra 'am, dirigé par le député Mansour Abbas.

Le Premier ministre a également commenté la proposition de réforme judiciaire du gouvernement qui a déclenché des protestations en Israël.

« Un pouvoir judiciaire indépendant ne signifie pas un pouvoir judiciaire débridé », a-t-il dit, mais a également indiqué qu'il était « prêt à entendre » les contre-offres au plan proposé.

Netanyahou a rejeté les allégations selon lesquelles il ferait pression pour la réforme judiciaire en raison de son propre procès.

« C'est faux. Aucune des réformes dont nous parlons - ces réformes démocratiques - n'ont quoi que ce soit à voir avec mon procès », a-t-il souligné, ajoutant que les inquiétudes concernant la démocratie israélienne sont motivées par « un manque de compréhension, un manque d'informations, des slogans » ainsi que « par des opposants politiques qui ont perdu les élections ».

1 commentaire
Lapid est un
Minable perdant qui se dit démocrate
il n arrive la à la cheville de Nataniahou
Envoyé par Jcl - le Mercredi 1 Février 2023 à 13:34
Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 41 minutes