English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Diplomatie : Israël & le Moyen-Orient

Brèves réflexions après la libération d'Ingrid Bétancourt

Brèves réflexions après la libération d'Ingrid Bétancourt - © Jean-Pierre Bensimon
Qui ne se réjouirait pas de la libération d'une femme captive de cruels guérilléros dans la jungle colombienne depuis plus de six ans, et de sa réunion avec des enfants au tempérament remarquable qui ont courageusement combattu pour leur mère, des années durant.

 

Cependant le battage médiatique que cette libération a provoqué en France est tout à fait démesuré. Il faut quand même rappeler qu'Ingrid Bétancourt, personnalité politique très peu connue à l'époque en Colombie, avait transgressé les instructions très pressantes et répétées du gouvernement et de l'armée de son p!ys en se rendant jusqu'à Paujil où les FARC l'ont capturée. Cette conduite aventureuse avait des motifs politiciens, soutenir un maire appartenant à son minuscule parti écologiste, et se placer dans la perspective de la future élection présidentielle. On ne peut pas dire qu'Ingrid Bétancourt soit le symbole d'une cause noble, mais celui d'une cause humanitaire. Par contre ses bourreaux sont une des incarnations du terrorisme contemporain, un mélange de communisme, d'antiaméricanisme et de mafia.

 

Ce que la presse a presque tu, c'est que la libération de la célèbre captive est le résultat de la victoire d'une stratégie gagnante, la stratégie américano-israélienne sur une stratégie visiblement perdante, celle de Sarkozy-Chavez. La stratégie de ces derniers consistait à faire peser toute la pression sur le président colombien Uribe, à le pousser à une négociation et à des concessions mortelles pour la Colombie au bénéfice de ses sauvages ennemis, accessoirement à l'accuser d'un échec éventuel ou de la mort de l'otage. La stratégie américano-israélienne a consisté à renforcer les capacités militaires de la Colombie, à la doter des moyens logistiques et de renseignement nécessaires à une guerre victorieuse de contre-guérilla et à la conduite d'opérations sophistiquées. Ce sont les coups portés aux FARC qui ont désorganisé ses structures et ouvert la voie à une remarquable opération d'intoxication et à une libération "à l'israélienne", à laquelle Américains et Israéliens ont activement collaboré.

 

La stratégie de Sarkozy était d'autant plus déficiente qu'elle s'appuyait largement sur Hugo Chavez, un des dirigeants les plus toxiques au pouvoir en Amérique Latine depuis l'effacement de Fidel Castro. Hugo Chavez a partie liée avec les FRAC, désireux comme tout dictateur de déstabiliser ses voisins indépendants. Chavez a aussi partie liée avec l'iranien Mahmoud Ahmadinejad dont il est le point d'ancrage en Amérique Latine. C'est dire s'il est pleinement engagé dans un combat anti occidental tous azimuts, accessoirement antisémite. Il vient de prendre la tête d'un mouvement de pays sud-américains contre la directive européenne adoptée par le Parlement de Strasbourg pour réguler l'immigration en Europe, menaçant cette dernière de déclencher un boycott pétrolier. Hugo Chavez se rêve en grand leader d'une croisade anti occidentale des damnés de la terre. La volonté de Nicolas Sarkozy d'évoquer le nom de Chavez dans son allocution signale une volonté de consensus qui confine à la faute politique et morale.

 

Nicolas Sarkozy a eu le mérite, mais pouvait-il faire moins, de mentionner la captivité de Guilad Shalit, le soldat israélien de nationalité française capturé par le Hamas sur le territoire israélien il y a deux ans. Dans l'enivrement médiatique interminable louant la libération de l'autre binationale Ingrid Bétancourt, la place consentie à Guilad Shalit s'est située entre épsilon et zéro. La faute en revient essentiellement aux préjugés anti-israéliens enracinés dans le personnel politique français, comme dans celui de l'intelligentzia et des média, par quatre décennies de militantisme antisioniste national de de Gaulle à Jacques Chirac. Elle revient aussi à l'attitude particulièrement effacée de ceux qui soutiennent en France le combat d'Israël pour survivre et le combat contre le terrorisme.

 

Après la libération d'Ingrid Bétancourt, la franco-colombienne à qui l'on a consacré autant d'espace médiatique, de ressources financières et d'engagement politique des plus hautes autorités du pays, il est temps de penser à l'autre français entre les griffes des fanatiques les plus cruels de la planète, Guilad Shalit. Il est temps que l'État s'engage réellement, non pour le libérer, mais pour lui donner le soutien politique et idéologique ainsi que l'assise institutionnelle qu'il mérite face à ses féroces geôliers. Il est temps de donner à la cause de sa libération toute la place qui lui revient dans l'opinion, car nos médias, souvent financés sur fonds publics, ne doivent pas fonder leur devoir d'information sur des préjugés éculés. Il est temps de créer des comités locaux de soutien et de promouvoir une information sur ce jeune homme, sur sa famille héroïque, sur l'absurdité de sa détention par un groupe sans pitié dont les valeurs sont aux antipodes de ce qui fait la France.
6 commentaires
Je suis d'accord avec votre analyse, et je serais malheureusement très surpris que les médias français change leur orientation anti-israelienne.
Je crois que c'est combat perdu d'avance, tant la france est empétré dans sa politique pro-arabe depuis des 50 ans.
Envoyé par Mick - le Dimanche 6 Juillet 2008 à 21:33
Si je comprends bien, les bons résultats sont dus uniquement aux Etats Unis et à Israël et Sarkozy et uniquement Sarkozy n'a fait que pédaler dans la choucroute.
Non je ne suis pas d'accord du tout, dans des situations de ce type personne n'a l'exclusivité de la réussite, il faut aller dans toutes les directions, par la force, la politique, la menace, l'ouverture, la rançon... Ce qu'il faut c'est aller tous dans la même direction, "la libération de ou des otages".
Par contre ce qu'il ne faut pas faire c'est de l'anti Sarkosisme primaire, de l'anti Français primaire, du gauchisme destructeur.
Envoyé par Pierre_013 - le Lundi 7 Juillet 2008 à 08:01
bien sur qu'il y a des similitudes entre Ingrid et Guilad, tous les deux bi-nationaux, tous les deux prisonniers de terroristes, le Hamas etant considere par l'ONU comme tel, on pourrait epiloguer longtemps sur le fait qu'Ingrid est une politique et que Guilad est un militaire mais cet argument ne tient pas, dans le monde ce sont les politiques qui sont les chefs des armees, donc tout a fait d'accord sur les raisons pour lesquelles les medias francais ont ignore l'un pour en faire des tonnes pour l'autre, on connait la chanson, ce n'est pas la peine de le repeter c'est classique, mais dites-moi, vous ne croyez pas que c'est mieux qu'ils n'en parlent pas du tout, car ce serait donner encore plus de poids et de prix a la "proie" qu'ils detiennent, tout compte fait, non ? Et puis vous ne savez pas ce que fait Sarkozy en douce, et d'ailleurs, mieux vaut ne pas savoir et attendre et aussi avoir un peu confiance en lui quand meme, ce n'est pas tous les jours qu'on a un president de sa trempe non ? Ne soyons pas medisants, mais il est tellement vrai qu'avec Chirac ce fut terrible, le meilleur pour le juif francais et le pire pour l'Etat d'Israel, et surtout pour ce specialiste du sur-place, il n'y en avait que pour ses copains (Hariri et j'en passe), que de temps perdu par sa faute, bref, prions pour la liberation des otages mais que cela ne se fasse pas au detriment des autres otages en puissance que sont tous les israeliens, dont tout le monde sait le prix que vaut chacun d'eux.
Envoyé par Serge_005 - le Lundi 7 Juillet 2008 à 10:59
j'ajouterai aujourdh'hui 11/07, puisque plusieurs personnes et non des moindres insistent pour faire monter la pression internationale quant a la liberation de notre frere a tous, GUILAD, que la Knesset devrait au plus vite se reunir et faire voter une loi interdisant a quiconque de negocier la liberation d'un otage israelien contre plus d'un prisonnier palestinien ou autre, selon le principe, qu'un homme quelqu'il soit ne vaut pas plus qu'un autre c'est honteux de demander aux israeliens 450 personnes contre un seul israelien, quoi donc les palestiniens seraient-ils des sous-hommes ? et bien sur dans la foulee, faire voter une loi stipulant qu'Israel desormais n'echangera plus jamais un de ses soldats ou compatriotes mort contre autre chose qu'un des leurs mort egalement, ainsi, tout ce monde a l'affut, bien prevenu, le seul risque que prendrait Israel, c'est que ceux qui voudront s'en prendre a ses ressortissants y reflechiraient a deux fois avant de les tuer froidement comme peut-etre cela que D... nous en preserve deja ete fait aux deux soldats pris par le hezbollah, serait-ce si difficile comme decision a prendre ? Quel est l'Israelien qui pourrait etre a priori, contre un echange aussi juste et respectueux de la personne humaine QUELQU"ELLE SOIT !!! Mais bien sur, la paix a faire avec ses voisins c'est toujours la meilleure voie a prendre, et je suis optimiste, je ne sais pas trop pourquoi mais j'y crois, je la sens proche!
Envoyé par Serge_005 - le Vendredi 11 Juillet 2008 à 06:53
la france doit tout faire pour faire liberer guilaad chalit ,il est francais alors ! ! ! ! ce jeune homme est entre les mains des barbares cruels qui jouent avec les nerfs des parents et de tout notre pays puisque la france aime tellement ses sujets et qu'elle a une politique pro arabe les arabes doivent faire quelque chose pour la france en le liberant ,sarkosy doit mettre des pressions comme il fait avec nous
Envoyé par Jacqueline_004 - le Vendredi 11 Juillet 2008 à 08:03
Ne soyons pas naifs,rien ne sera fait pour Guilad si ce n'est par l'Etat d'Israel,dans quel état est ce pauvre gamin,aprés toute une captivité avec ces bêtes féroces,je suis trés inquiet pour lui.
Envoyé par Jaques - le Vendredi 11 Juillet 2008 à 09:14
Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 26 minutes