English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV
La jeunesse israélienne en Inde, entre fête et introspection
La jeunesse israélienne en Inde, entre fête et introspection

Tous les ans, des dizaines de milliers de jeunes Israéliens partent en Inde une fois fini leur long service militaire. Fête, folies, musique : le voyage est prétexte à tous les excès, mais marque aussi une étape avant l'entrée dans la vie active.

Il y a quarante ans, des milliers d'Européens et d'Américains prenaient les chemins de Katmandou, Pushkar ou Goa. La vague hippie prônait la transgression des règles et du modèle occidental, sur fond de religion indienne. Depuis quinze ans, les jeunes Israéliens ont pris le relais. Suivants un parcours balisé des montagnes du Ladakh aux plages de Palolem en passant par Dharamsala et Rishikesh, ils sont plus de 30 000 à parcourir l'Inde chaque année, aussi longtemps que le permet leur visa tourisme.
 
Dudy, 23 ans, en fait partie. Après cinq mois d'apprentissage du népalais et de bénévolat dans un orphelinat près de Katmandou, il a mis le cap sur le sous-continent. "Dans les années 60 et 70, la génération de mes parents était trop occupée à construire notre État, explique le jeune homme. Mais maintenant partir en Inde est une étape obligée".
 
Face à une Europe trop chère et à un Moyen-Orient hostile, le pays est devenu le terrain de jeu de la jeunesse israélienne, qui retarde ainsi le passage à la vie active. "Après nos trois ans d'armée, on a besoin de respirer, poursuit-il. L'Inde est parfaite pour ça. L'Inde fait réfléchir". Plus qu'un voyage, le séjour prend des allures de rite de passage. Ils quittent momentanément le monde réel, qu'ils ont expérimenté de façon brutale pendant leur service militaire.
 
Depuis une semaine, Dudy prend du bon temps à Rishikesh, entre sorties en moto, randonnées et trips au LSD. D'ici quelques jours, il passera une semaine dans un ashram, "pour méditer et ne plus avoir à consommer", sans voir de contradictions avec ses précédentes activités.
 
Au milieu des années 2000, Daria Maoz, une anthropologue israélienne, a publié une thèse sur les routards israéliens en Inde. Le tableau sans concession qu'elle dressait de ses compatriotes avait suscité une vive polémique : attitude "néo-coloniale", vie en circuit fermé, comportements bruyants et surtout mépris vis-à-vis des populations locales traitées comme des domestiques.
 
Et pourtant, bien avant la drogue bon marché et les fêtes, c'est la "spiritualité" qui revient sans cesse dans la bouche des jeunes. Dans une dizaine de villes indiennes, des membres du mouvement Chabad, un courant du judaïsme orthodoxe, accueillent les Israéliens de passage. Pour Hanoch, un étudiant en religion envoyé en mission à la Chabad house de Rishikesh, "tous viennent en Inde pour une quête spirituelle, qu'elle passe par le yoga, la méditation ou le retour au judaïsme de jeunes qui n'étaient pas portés vers la religion jusque là".
 
Même superficielle, cette recherche d'eux-mêmes en Inde est un "rituel par lequel ils savent qu'ils doivent passer", commente Daria Maoz. Et la chercheuse de conclure : "Plutôt que laisser les jeunes faire toutes ces expériences dans leur pays, la société israélienne préfère les envoyer en Inde."
Ajouter votre commentaire !
Adresse email :
Mot de passe :
Votre commentaire : 0/1500 caractères
Ajouter le smiley Sourire Ajouter le smiley Rigole Ajouter le smiley Choqué Ajouter le smiley Clin d'oeil Ajouter le smiley En colère ! Ajouter le smiley Embarrassé Ajouter le smiley Tire la langue Ajouter le smiley Star Ajouter le smiley Triste
Vous devez être membre de Juif.org pour ajouter votre commentaire. Cliquez-ici pour devenir membre !
Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 4 minutes