English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV
Un journaliste arabe donne "Six raisons pour être optimiste"
Un journaliste arabe donne "Six raisons pour être optimiste"
NDLR - L’analyse en vaut bien d’autres. L’analyse de Dore GOLD sur la violence verbale, doit aussi nous inciter à écouter des voix audibles.
 
La reprise des pourparlers de paix entre Israéliens et Palestiniens à Washington, le 2 septembre, s’ouvre dans un climat de pessimisme perceptible dans les médias arabes et israéliens. Seul le quotidien saoudien Asharq Al-Awsat trouve matière à espérer.
Quand le président américain invite à des négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens sous l’égide de Washington, c’est une bonne chose et ça mérite qu’on s’y intéresse. L’ouverture de telles négociations sur le sol américain, assorties d’une date butoir pour arriver à un accord d’ici au plus tard un an, signifie que Barack Obama pense pouvoir obtenir un succès qui lui permettra d’aborder la prochaine élection présidentielle avec sérénité. Car c’est dans un an exactement que la campagne électorale commencera aux Etats-Unis. S’il fait ce pari, cela veut dire qu’il faut prendre la chose au sérieux. Davantage en tout cas qu’au moment de la conférence d’Annapolis [novembre 2007], dans le Maryland, qui avait été organisée sous l’administration de George W. Bush. Ainsi, plusieurs éléments incitent à l’optimisme.
 
Premièrement, les Américains doivent être convaincus, ne serait-ce qu’à 70 %, que les négociations aboutiront vraiment à une solution d’ici un an.
 
Deuxièmement, les navettes de George Mitchell [l’envoyé spécial de la Maison-Blanche pour le Proche-Orient] et les négociations indirectes ont dû aboutir à des résultats suffisamment convaincants pour que l’administration Obama pense qu’il est possible de réaliser un succès historique qui contribuera à sa réélection.
 
Troisièmement, Obama a une idée de ce qui pourrait être un règlement définitif et qui pourrait convenir à toutes les parties du conflit. Les entretiens qu’il a eus avec Mahmoud Abbas, Benyamin Nétanyahou et certains dirigeants arabes lui ont peut-être permis de parvenir à la moyenne arithmétique des positions propalestiniennes d’un côté, israéliennes de l’autre.
 
Quatrièmement, il existe un accord entre Israël et les Etats-Unis sur un ensemble d’intérêts communs dans la région, notamment la stabilité du Golfe pourvoyeur de pétrole, la nécessité d’empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire et finalement l’idée de "la paix contre des marchés", c’est-à-dire l’ouverture officielle du marché des pays du Golfe aux produits israéliens en contrepartie de la paix.
 
Cinquièmement, on fait appel à l’Egyptien Hosni Moubarak et au Jordanien Abdallah II afin de se prémunir contre la répétition de l’échec de 1998, quand Bill Clinton avait obtenu un accord de la part de Yasser Arafat mais que celui-ci s’était laissé convaincre ensuite par un certain nombre de dirigeants arabes qu’il serait incapable de l’’imposer sur le terrain et qu’il serait préférable de déclencher une nouvelle Intifada. Les Américains ont bien retenu la leçon et insistent aujourd’hui sur la nécessité de voir les pays arabes s’engager en tant que garants d’un règlement à venir. Ainsi, Israéliens et Palestiniens semblent d’accord pour dire que les Américains cautionneraient la signature israélienne, tandis que l’Egypte et la Jordanie agiraient de même pour celle des Palestiniens.
 
Finalement, Israël sait qu’il est dans son intérêt de parvenir à un règlement avant que le monde entier, y compris l’Union européenne et la Russie, reconnaisse l’Etat palestinien à l’ONU.
 
Il n’en reste pas moins que toutes les expériences du passé n’ont rien apporté de concret qui permette aux dirigeants arabes, et notamment palestiniens, de vendre l’idée d’un compromis à leurs populations. C’est en 1988 qu’Arafat avait annoncé la "paix des braves", et cela fait donc plus de vingt ans que les Arabes assistent à différentes négociations qui n’aboutissent à rien et qui sont plus lassantes qu’un mauvais feuilleton mexicain sur une chaîne satellitaire de seconde zone. Pour parvenir à un accord, il faudrait que les Palestiniens soient assistés d’une véritable puissance qui couvrirait leurs arrières. En lieu de quoi, les pays arabes, petits et grands, se livrent à une compétition pour jouer chacun sa propre partie, les uns soutenant le Fatah, les autres le Hamas, affaiblissant d’autant la position de Mahmoud Abbas.
 
Le problème n’est pas tant que les Palestiniens sont divisés, mais que le monde arabe est divisé. Si Israël et les Etats-Unis étaient certains que tous les Arabes soutiennent Mahmoud Abbas et sanctionnent un éventuel échec des négociations, les Palestiniens seraient en position de force.
Malheureusement, Israël entretient aujourd’hui des relations avec un grand nombre de pays arabes, soit en vertu d’accords de paix en bonne et due forme, soit par des "dessous de la table".
 
Ainsi, jusqu’à présent, le monde ne nous prend pas au sérieux. Et les Palestiniens seront contraints de négocier en position de faiblesse. Même si, en fin de compte, cela devait aboutir à une solution acceptable, il se trouvera toujours quelqu’un pour dire qu’il ne faut pas l’accepter.
 
 
Source : Mamoun Al-Fandy, paru en version originale dans Asharq Al-Awsat, et publié en français sur le site JForum - http://jforum.fr/
 
 
10 commentaires
Tout ce charabia veut dire Quoi? Qu'Israel doit convaincre les palestiniens en même temps que les états arabes de leurs bonnes intentions de paix? Cela fait beaucoup et cela parait extémement difficile. Comme le dit si bien Mamoun, il se trouvera toujours quelqu'un pour contester la validité d'un éventuel accord. Charger Israël de trouver un compromis qui satisfasse et les états arabes et la rue palestinienne est une véritatable gageure. C'set aussi reconnaitre que le problème palestino-israélen est en fait un problème entre le monde arabo-musulman et le petit état refuge d'Israël. La balance est loin d'être équilibrée, surtout si l'on connait la diversité énorme des intérêts des différents pays arabes. Je pense que l'on mise trop sur la possibilité d'Israël de réaliser des miracles. Mais peut-être est-ce là, la valeur du conflit entre le réel et l'utopie.
Envoyé par Yéouda - le Mardi 7 Septembre 2010 à 09:03
cet accord de paix entre ISRAEL et LA PALESTINE est le énième ACCORD DE PAIX ENVISAGE ET QUI VA ETRE SIGNE DE PART ET D'AUTRE MAIS CETTE FOIS les deux parties ne devront pas oublier "LA PIERRE ANGULAIRE DE TOUT ACTE DE PAIX DEMOCRATIQUE ENTRE DEUX PAYS:"PROTEGER PLUS FAIBLE QUE SOI" et qui est plus faible c'est bien de part et d'autre LA partie du PEUPLE TRES PAUVRE VIVANT dans la PRECARITE "et en ISRAEL et en PALESTINE SI les DIRIGEANTS POLITIQUES des deux pays n'ont aucun" soucis constant D'ALTERITE alors ............. ces deux et beaux PAYS MALGRE LEURS PAYSAGES DE REVE n'atteindront jamais "UNE DEMOCRATIE et individuelle et collective EN PENTE DOUCE car la seule préoccupation vis à vis des PLUS PAUVRES permettra définiivement et "POUR TOUJOURS de REUSSIR à EVINCER à JAMAIS TOUT ACTE TERRORISTE "ceci expliquant cela"..........n'oublions pas "JUSTES et SAGES" de vérifier" à la LOUPE"............ que "LES ENORMES FONDS DEBLOQUES LORS DE LA FUTURE SIGNATURE DE PAIX ISRAELO PALESTINIENNE cet argent aille DIRECTEMENT AUX PLUS PAUVRES ET CE SANS AUCUN INTERMEDIARE DU TOUT...........................................soyez.....................votre E.F.POUR LA VIE...................be.......................YOUR E.F.FOR THE LIFE...................
Envoyé par Eliane_005 - le Mardi 7 Septembre 2010 à 20:15
Le compte de ce membre a été suspendu.
Envoyé par Gerard_038 - le Lundi 13 Septembre 2010 à 07:55
Si un séoudien est optimiste, alors raison de plus pour être inquiêt. Un pays avec lapidations et coupages de mains n'a aucune leçon à donner à des pays libres. 15 terroristes sur 19, dans l'attentat des tours jumelles étaient d'Arabie Séoudite, pourquoi ce pays n'a-t-il pas dû rendre des comptes?
Israël a gagné les guerres contre ses agresseurs, ce n'est pas à lui de céder les terres. Si ces fanfarons de Séoudiens voulaient la paix, ils proposeraient de reprendre leurs ressortissants qui prient en direction de leur pays d'origine, c'est par là, mec.
Envoyé par Y?ochoua - le Jeudi 16 Septembre 2010 à 10:43
Dans ce texte, fort intéressant, de Mamûn Al-Fandy, une phrase me frappe et m'intrigue tout particulièrement : " Pour parvenir à un accord, il faudrait que les Palestiniens soient assistés d'une véritable puissance qui couvrirait leurs arrières " .
Et je rapprocherais cette phrase du fait que Mamûn Al-Fandy attribue la responsabilité des blocages en particulier aux rivalités entre pays ARABES seuls, sans faire une seule fois mention de l'Iran ni de ce que, au Proche-Orient, c'est l'Iran qui détient, via Hezbollah et 'Hamas, les clés de la situation. Ce black-out peut sans doute s'expliquer par le fait que Mamûn Al-Fandy est séoudien et qu'un Séoudien répugne à reconnaître publiquement l'importance du grand rival iranien. Il n'empêche : cette scotomisation est pour le moins curieuse et elle empêche de se faire une claire idée de la situation réelle dans la mesure où un facteur essentiel de celle-ci est omis, ou dissimulé.
Mais je croirais volontiers que l'administration Obama ne péche pas, quant à elle, par cette omission. Et qu'elle développe au contraire, en ce moment même, d'intenses contacts et négociations en sous-main avec l'Iran. Et que ces négociations progressent dans le sens souhaité par Téhéran : l'acceptation de l'Iran comme puissance nucléaire - après qui, éventuellement, on pourrait négocier sur le reste ...Ce qui me donne à penser que Téhéran a reçu récemment des motifs de satisfaction de la part de l'administration Obama-Clinton, c'est - par exemple -
Envoyé par Edmond_002 - le Jeudi 16 Septembre 2010 à 11:23
suite) la réduction de peine accordée aux baha'ïs et, il y a deux ou trois jours, la libération de l'une des " randonneurs " américains que les Iraniens avaient capturés : des petits cadeaux pour marquer le satisfecit partiel de Téhéran vis-à-vis de Washington : " Est sur la bonne voie, mais peut mieux faire " , comme il m'arrivait d'écrire, jadis, sur des bulletins trimestriels ...
Envoyé par Edmond_002 - le Jeudi 16 Septembre 2010 à 11:29
petit cadeau à 1/2 million de dollars
Envoyé par Y?ochoua - le Jeudi 16 Septembre 2010 à 11:52
N'oubliez pas que les accords d'Evian n'ont jamais été respectés par les algériens. Il n'y a eu que des massacres et des départs précipités en 1962 !
Envoyé par François_013 - le Mardi 5 Octobre 2010 à 22:30
en d autres termes, la victime(israel) doit convaincre ses bourreaux(les arabo-musulmans nazislamistes et consorts)qu elle serait d accord d etre éradiquée de la planete pour satisfaire leur nevrose!!!JAMAIS§§§FACE A CES MUTANTS UNE SEULE REPONSE:LA FORCE DE L ESPRIT ET DE TSAHAL...LE RESTE N EST QUE VERBIAGE...!!!!
Envoyé par Pierre_052 - le Vendredi 8 Octobre 2010 à 04:58
oui, une grande force de l'esprit pour démontrer que leur histoire ( des musulmans) n'est faite que de conquêtes. Hypocrisie et mensonges sont à démontrer car leurs propagandes tournent la tête des gens et les
intoxiquent au point que leurs victimes les adorent et les défendent.et se convertissent. Ils massacrent les chrétiens et les chrétiens en masse les défendent pour éviter de haïr. Un grand magistrat à qui je citais des versets coraniques s'est écrié : C'est faux, c'est impossible ! L'islam est ici considéré comme une religion de Paix et si vous démontrez le contraire on vous accuse d'être raciste et on vous tourne le dos. Mettez-vous cela dans la tête afin de déverser les antidotes qui me paraissent nécessaires et urgents ! Si demain la cathédrale de Paris s'effondre sous les bombes des terroristes, j'imagine que même des chrétierns vont approuver en trouvant des excuses aux musulmans et en rejettant la reponsabilité sur le gouvernement, sur Sarkosy évidemment ! Ainsi va l'Europe"dans sa majorité !
Envoyé par François_013 - le Lundi 11 Octobre 2010 à 22:36
Ajouter votre commentaire !
Adresse email :
Mot de passe :
Votre commentaire : 0/1500 caractères
Ajouter le smiley Sourire Ajouter le smiley Rigole Ajouter le smiley Choqué Ajouter le smiley Clin d'oeil Ajouter le smiley En colère ! Ajouter le smiley Embarrassé Ajouter le smiley Tire la langue Ajouter le smiley Star Ajouter le smiley Triste
Vous devez être membre de Juif.org pour ajouter votre commentaire. Cliquez-ici pour devenir membre !
Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 30 minutes