English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV
La vérité derrière les « problèmes d’eau » des palestiniens
La vérité derrière les « problèmes d’eau » des palestiniens

Les pénuries d’eau dans l’Autorité palestinienne sont le résultat de politiques palestiniennes qui gaspillent délibérément l’eau et détruisent l’écologie régionale de l’eau.

Les Palestiniens refusent de:

- développer leurs propres ressources importantes en eaux souterraines,
- construire une usine de dessalement, régler les problèmes de fuites des conduites d’eau municipales,
- construire des usines de traitement des eaux usées,
- irriguer des terres avec des effluents d’eaux usées traitées ou avec des dispositifs économiseurs d’eau modernes,
- facturer les citoyens palestiniens pour l’eau qu’ils utilisent.

Ce tout, conduisant à un énorme gaspillage.


Dans le même temps, ils forent illégalement dans les ressources en eau d’Israël, et envoient leurs eaux usées s’écouler dans les vallées et les ruisseaux du centre d’Israël. En bref, l’Autorité palestinienne utilise l’eau comme une arme contre l’Etat d’Israël. L’Autorité Palestinien ne veut pas trouver de solutions pratiques pour résoudre les pénuries d’eau du peuple palestinien mais plutôt perpétuer la pénurie pour obtenir toujours plus d’aide, souiller Israël et dénoncer l’Etat Juif.

Un important débat public a été déclenché dernièrement lors de la visite à la Knesset du Président du Parlement Européen, Martin Schulz. Il affirmait que des étudiants palestiniens lui avaient dit « que la quantité d’eau disponible pour l’Israélien moyen est 7 fois supérieur à ce qu’un palestinien peut utiliser. » La principale question qui devrait être discutée – et n’a pas été suffisamment analysée – est : quelles sont les causes des problèmes d’approvisionnement en eau des Palestiniens ?

Ce débat devrait traiter des points suivants:

1. Les accords d’Oslo accordent aux Palestiniens le droit de tirer 70 millions de mètres cubes de l’aquifère des montagnes de l’Est (réservoir d’eau souterrain). Pourtant, cette ressource en eau n’est pas actuellement capitalisé par les Palestiniens, les eaux débordent des souterrain inexploités près de la mer Morte. Conformément à l’accord israélo-palestinien, quelque 40 sites ont été identifiés pour percer dans cet aquifère situé dans l’est de la région des collines d’Hébron, et des permis ont été accordés aux Palestiniens par le Comité mixte israélo-palestinien sur l’eau. Néanmoins, au cours des 20 dernières années, les Palestiniens ont percé seulement un tiers de ces sites, en dépit du fait que la communauté internationale a offert de financer le forage de tous les sites. Si les Palestiniens foraient le sol pour développer tous ces puits, ils auraient pu complètement résoudre la pénurie d’eau existant dans la région des collines d’Hébron. Mais les Palestiniens ont préféré forer des puits sur côté ouest des montagnes, dans le bassin qui fournit Israël en eau. Au lieu de résoudre le problème, ils ont choisi de se chamailler avec Israël.

2. Les Palestiniens ne résolvent pas les problèmes de fuite d’eau dans les tuyaux de leurs villes. Jusqu’à 33 pour cent de l’eau des villes palestiniennes est gaspillée par des fuites. L’entretien sur les infrastructures de l’eau urbaine des Palestiniens a été complètement négligé. Par comparaison, les fuites des conduites d’eau municipales israéliennes ne représentent que 10% de la consommation d’eau.

3. Les Palestiniens refusent de construire des usines de traitement de l’eau, en dépit de leur obligation de le faire en vertu de l’accord d’Oslo. Les eaux usées coulent des villes et villages palestiniens directement dans les cours d’eau locaux, polluant ainsi l’environnement et la nappe phréatique et provoquant de facto la propagation des maladies. Malgré le fait que les pays donateurs sont prêts à financer entièrement la construction de stations d’épuration, les Palestiniens ont réussi à échapper à leurs obligations de construire de telles installations. Il n’y a que depuis 2 ans qu’Israël rappel aux palestiniens ce qu’ils doivent faire dans ce domaine.

4. Les Palestiniens refusent absolument d’irriguer leurs champs agricoles avec les effluents d’eaux usées traitées. Par comparaison, plus de la moitié des terres agricoles en Israël sont irrigués avec des eaux usées traitées. L’irrigation des champs agricoles palestiniens avec l’eau recyclée au lieu de l’eau douce permettrait de libérer de grandes quantités d’eau pour un usage domestique. Cela permettrait de réduire considérablement la pénurie d’eau dans de nombreux endroits.

5. Certains agriculteurs palestiniens irriguent leurs champs par inondations, plutôt qu’en utilisant la technologie d’irrigation au goutte à goutte. L’irrigation goutte à goutte, telle qu’elle est pratiquée en Israël, apporte de l’eau directement à la racine de chaque plante, réduisant ainsi la consommation d’eau de plus de 50 pour cent. L’inondations des champs provoque une énorme évaporation de l’eau et conduit à de grandes pertes.

6. La communauté internationale a offert de construire une usine de dessalement pour les Palestiniens dans la bande de Gaza. Les Palestiniens ont refusé ce cadeau. Une usine de dessalement pourrait résoudre complètement les pénuries d’eau de la bande de Gaza. Les Palestiniens refusent de construire cette usine parce qu’ils prétendent qu’ils ont le droit d’accéder au réservoir d’ eau douce souterraine en Judée et Samarie, et ils sont prêts à souffrir jusqu’à ce qu’ils réalisent ce rêve. En attendant, les habitants de Gaza souffrent de graves pénuries d’eau.

Ces faits indéniables sont extrêmement importants car ils ont des conséquences de grande envergure.

Aujourd’hui, les Palestiniens consomment environ 200 millions de mètres cubes d’eau par an en Judée et Samarie. Les Palestiniens pourraient facilement augmenter ce montant d’au moins 50% sans aucune aide supplémentaire ou de allocation de l’Etat d’Israël. Cela nécessiterait plusieurs actions simples :

- Si les Palestiniens devaient commencer le forage de  l’aquifère qui leur est réservé, ils gagneraient rapidement 50 millions de mètres cubes d’eau par an.

- Si les Palestiniens réduisaient le gaspillage d’eau urbain de 33 % à 20% en fixant les principales fuites dans leurs conduites d’eau en milieu urbain (quelque chose qui peut être fait sans grand effort), ils bénéficieraient immédiatement  de 10 millions de mètres cubes d’eau supplémentaires par an.

- Si les Palestiniens traitaient leurs eaux urbaines résiduaires, ils gagnent au moins 30 millions de mètres cubes d’eau par an. Cela libérerait 30 millions de mètres cubes (par an) d’eau douce actuellement utilisées pour l’agriculture afin d’en faire profiter les citoyens pour une utilisation domestique. Cela leur permettrait à la fois d’améliorer leur approvisionnement en eau en milieu urbain et d’élargir les terres agricoles.

- Si les Palestiniens adoptaient la technologie d’irrigation au goutte à goutte, ils économiseraient 10 millions de mètres cubes par an. Cela leur permettrait d’étendre leurs terres irriguées.

- Dans la bande de Gaza aussi, les Palestiniens pourraient facilement doubler la quantité d’eau disponible sans aide supplémentaire de l’État d’Israël. Si les Palestiniens convenaient de construire une usine de dessalement sur ​​la côte de Gaza (entièrement financée par la communauté internationale), ils augmenteraient la quantité d’eau disponible de 60 à 100 millions de mètres cubes par an. Si ils fixaient les fuites, traitaient et recyclaient les eaux usées, et s’ils adoptaient l’irrigation goutte à goutte, ils doubleraient leurs eaux disponibles.

Malheureusement, les politiques délétères de l’Autorité palestinienne – comme en témoignent les six faits énumérés ci-dessus – sont des témoins de la guerre de l’eau palestinienne contre Israël. Il n’y a pas de véritable volonté palestinienne de résoudre les problèmes de l’eau, ils préfèrent perpétuer les problèmes de l’eau dans le but de salir l’Etat d’Israël. Ils considèrent l’eau comme un outil pour frapper Israël.

La stratégie guerrière adoptée par l’Autorité palestinienne en ce qui concerne l’eau explique plusieurs réalités supplémentaires.

Le forage illégal de puits : en 2010, les Palestiniens avaient foré environ 250 puits non autorisés dans les aquifères de l’Ouest et du Nord, en violation des accords d’Oslo. Depuis 2010, le nombre de puits non autorisées creusés a continué d’augmenter à un rythme alarmant. Cela a provoqué une réduction de la décharge naturelle de l’eau dans les vallées de Beit Shean et d’Harod, obligeant les agriculteurs israéliens à réduire leurs plantations agricoles. En fin de compte, l’Etat d’Israël a été contraint de réduire son pompage de l’aquifère de montagne de 500 millions de mètres cubes par an en 1967 à environ 400 millions de mètres cubes par an aujourd’hui.

Les Palestiniens volent également de l’eau en piratant les tuyaux appartenant à Mekorot, la société nationale de l’eau d’Israël. En conséquence, la capacité de Mekorot pour alimenter en eau les Israéliens et des Palestiniens a été compromise. L’eau volée est utilisée principalement pour l’agriculture, pas pour une utilisation domestique.

Le développement durable : L’Autorité Palestinienne arbore délibérément le principe de «développement durable» – une norme de gestion économique efficace et moderne – dans tous les sens. L’autorité Palestinien qui ne fixe pas les fuites d’eau, ne traite pas les eaux usées, refuse de conserver l’eau utilisée pour l’agriculture, et ne recueille pas de paiement pour l’utilisation de l’eau, sont en violation flagrante de ce principe.

Ce qui nous amène à un autre petit secret sur ​​les Palestiniens : la plupart des habitants et des entreprises de Judée-Samarie et de Gaza ne paient pas l’Autorité palestinienne pour l’eau qu’ils utilisent, soit dans leurs maisons ou dans leurs champs. Il n’y a tout simplement pas de compteurs d’eau sur des puits de pompage et pas de compteurs d’eau à l’entrée de la plupart des maisons, il est donc impossible pour l’AP de mesurer le montant des sommes dues par les consommateurs. Ceci, bien entendu, entraîne un gaspillage de l’eau répandue. Les gens qui ne paient pas pour leur utilisation de l’eau n’ont pas de motivation à la préserver.

Le recours à Israël : Les Palestiniens achètent environ 50 millions de mètres cubes d’eau à la compagnie des eaux Mekorot d’Israël chaque année, mais l’Autorité palestinienne ne paie pas directement pour cette eau. Au contraire, l’Etat d’Israël paie Mekorot, puis déduit les coûts de l’eau sur les taxes douanières données par Israël à l’AP, sur les entrées des produits arrivées aux ports de Haïfa et d’Ashdod. Cependant, il faut noter que l’Autorité palestinienne paie Mekorot pour seulement 80 % du coût réel de l’eau qu’elle consomme. Les négociations visant à augmenter les prix de l’eau ont traîné pendant plus de 10 ans, et Israël a fait des cadeaux à de nombreuses reprises.

Parce que le marché de l’eau est administrée de façon opaque, le consommateur israélien subventionne efficacement le consommateur palestinien. L’Israélien moyen paie environ 10 shekels par mètre cube d’eau. Environ 0,2 shekels de cette taxe va à subventionner l’eau fournie aux Palestiniens.

Le résultat de la situation décrite ci-dessus est que l’Autorité palestinienne utilise l’eau comme une arme contre l’Etat d’Israël. L’AP est plus intéressée à réduire la quantité d’eau disponible pour Israël, à polluer des réservoirs naturels, à nuire aux agriculteurs israéliens, et à salir la réputation d’Israël dans le monde qu’à vraiment résoudre les problèmes de l’eau pour le peuple palestinien. Les Palestiniens ne sont pas intéressés par des solutions pratiques qui permettraient de résoudre les pénurie.

Malheureusement, le discours à la Knesset de Schulz, avec ses accusations apparemment simples mais – sans fondement contre Israël, suggère que l’AP réussit dans cet effort visant à brouiller l’esprit des observateurs internationaux et à salir Israël.

Au-delà de la conclusion ci-dessus , il est utile d’envisager une perspective plus large sur la situation de l’eau au Moyen-Orient. Les Palestiniens vivent dans l’ombre de l’Etat d’Israël, une superpuissance mondiale en termes de technologies de l’eau. Par conséquent, les Palestiniens jouissent d’un jardin d’Eden rapport. Seulement en Israël, en Judée-Samarie et dans les Etats du Golfe, l’eau potable du robinet en quantité suffisante existe dans 96% des ménages. Les résidents de presque tous les autres pays de la région souffrent de pénuries d’eau terribles.

À Amman, la capitale jordanienne, l’eau est fournie à des maisons privées une fois toutes les deux semaines. En Syrie, les champs agricoles dans la vallée de l’Euphrate se tarissent en raison du détournement de l’eau en amont par les Turcs. Au cours des dernières années (avant le «printemps arabe») , environ trois millions de paysans ont migré de la vallée de l’Euphrate vers la périphérie de Damas parce que leurs terres avaient séchées. A Damas, l’eau qui coule dans le lit des rivières (eau « potable ») est mélangée avec les eaux usées. En Irak, les champs agricoles sont en train de s’assécher parce que les eaux en amont sur l’Euphrate et du Tigre sont détournés par les Turcs. Là aussi, des millions d’agriculteurs ont perdu leurs terres. En Égypte, d’énormes quantités d’eau sont perdus à cause de l’irrigation par inondation. Le Nil fournit 30 fois plus d’eau que l’utilisation annuelle d’Israël et la population de l’Egypte 10 fois plus grande que celle d’Israël. Par conséquent, nous nous attendons à voir un surplus d’eau. Néanmoins, l’Egypte souffre de la faim et de la soif en raison de gaspillages importants. En Afrique du Nord aussi, il y a des pénuries d’eau insupportables.

En revanche , l’Etat d’Israël crée de l’eau potable artificielle (eau de mer dessalée et eaux usées recyclées) et l’utilise avec parcimonie et de manière efficace, et par conséquent, il n’y a pas de pénurie d’eau malgré plusieurs années de sécheresse. En outre, l’Etat d’Israël est un exportateur d’eau ! Israël fournit 55 millions de mètres cubes d’eau chaque année à la Jordanie, et vend 50 millions de mètres cubes pour les Palestiniens.

Dans l’avenir, si et quand la paix sera établie, et la coopération est vraiment souhaitée par les Palestiniens – ce qu’ils ne cherchent pas actuellement – l’État d’Israël sera prêt et en mesure d’aider ses voisins à surmonter leurs pénuries d’eau.

Par le Professeur  Haim Gvirtzman - Begin Saddate Center – Adaptation JSSNews
L’auteur est professeur d’hydrologie à l’Institut des sciences de la Terre à l’Université hébraïque et un membre du Conseil de l’Autorité de l’Eau d’Israël. Il est également un conseiller de longue date du Comité mixte israélo-palestinien sur l’eau . Il est l’auteur de l’étude du Centre BESA  2012 sur les questions de l’eau israélo-palestiniennes.

JSS News
http://www.jssnews.com
2 commentaires
Enfin un site porteur de lumière au milieu de contre informations courantes en France surtout. Merci pour ce blog Juif.org.
Envoyé par Jean Claude_019 - le Samedi 22 Mars 2014 à 08:48
Excellent article qu'il eût fallu relire pour éviter les redondances et pour éliminer les fautes d'orthographe excusables...
Merci...
Envoyé par Pierre_010 - le Dimanche 23 Mars 2014 à 10:14
Ajouter votre commentaire !
Adresse email :
Mot de passe :
Votre commentaire : 0/1500 caractères
Ajouter le smiley Sourire Ajouter le smiley Rigole Ajouter le smiley Choqué Ajouter le smiley Clin d'oeil Ajouter le smiley En colère ! Ajouter le smiley Embarrassé Ajouter le smiley Tire la langue Ajouter le smiley Star Ajouter le smiley Triste
Vous devez être membre de Juif.org pour ajouter votre commentaire. Cliquez-ici pour devenir membre !
Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 39 minutes