English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV
Le génie et le mal
Le génie et le mal

Le jour où ils sont arrivés à la fin de leurs préparatifs en vue d’attaquer l’Irak, les leaders de la coalition ont promis au monde deux choses : de préserver l’intégrité territoriale de l’Irak et de parvenir à la paix au Proche-Orient.

Le premier objectif impliquait que les Kurdes, une fois de plus, se verraient refuser leur droit à l’autodétermination. Le second impliquait l’octroi du droit à l’autodétermination aux Arabes qui occupent Gaza, la Judée et la Samarie.
 
Ici, une question est inévitable : Selon quelle logique l’antique peuple kurde se voit-il définitivement refuser le droit d’avoir son propre pays, alors que les efforts concentrés de tant de pays et d’organismes internationaux sont consacrés, année après année, décennie après décennie, à promouvoir l’organisation terroriste d’Arafat pour en faire une nation, aux dépens d’Israël ? Si quelqu’un peut me proposer une réponse qui ne soit pas, de façon explicite ou implicite, teintée d’antisémitisme, je serais vraiment heureuse de l’entendre.
 
En attendant, certainement en vain, de recevoir une telle réponse, je poserai une autre question, plus troublante encore : Comment se fait-il que tous ces efforts massifs n’aient absolument abouti à rien ? Pourquoi les soi-disant “Palestiniens”, malgré toutes les tentatives des ennemis d’Israël d’en faire une nation, restent-ils ce qu’ils ont toujours été depuis leur invention en 1964, c’est-à-dire une organisation terroriste ?
 
Jusqu’à la guerre des Six-jours, en 1967, le mot “Palestinien” désignait un Juif vivant en un quelconque point situé “entre le fleuve et la mer”. Les efforts fructueux de la propagande arabe ont abouti à une inversion de cette définition, digne d’Orwell. Les “Palestiniens” d’aujourd’hui sont tout simplement des Arabes qui sont venus de nulle part et qui se sont installés sur la terre d’Israël. Il en faudrait un peu plus pour en faire un peuple. Cependant, l’absence d’identité ethnique commune pourrait difficilement à elle seule constituer une raison suffisante de leur refuser le droit à avoir leur propre pays. Elle n’explique pas non plus l’échec total de toutes les tentatives de créer une telle nation. Après tout, le peuple américain constitue bien moins encore une communauté ethnique que les Arabes qui se donnent eux-mêmes le nom de “Palestiniens”, et pourtant, même l’ennemi le plus stupide des États-Unis n’irait jamais nier que les Américains sont tout à fait un peuple. Il existe apparemment un puissant facteur à l’œuvre qui unit les fiers descendants de ceux qui traversèrent l’océan sur le Mayflower il y a quinze générations à ceux qui affluent aujourd’hui aux États-Unis en provenance de Mexico, de Minsk ou de Madras en espérant finir par obtenir une carte verte. Ce facteur est ce que l’on appelle l’American dream : une expression vague qui fait référence à un vaste ensemble de bienfaits pas vraiment courants en dehors des États-Unis, qui vont de la liberté de parole et de religion à la possibilité très réelle pour chacun de gagner sa vie décemment par lui-même, en passant par un avenir enviable pour les enfants.
 
Israël, qui est aussi un pays d’immigrants quoique de façon très différente des États-Unis, a son propre concept unificateur. Le “rêve israélien” s’appelle le sionisme. Par prudence, je m’abstiendrai de toute tentative d’en donner une définition. Qu’il me suffise de dire que le sionisme parvient à unir même ceux des Juifs qui sont incapables de se mettre d’accord sur le vrai sens de ce mot.
 
Cela signifie-t-il que la “Palestine” est impossible compte tenu de l’absence d’un “rêve palestinien” ? Nullement. Si le “rêve palestinien” n’existait pas, on pourrait l’inventer. Le problème est bien plus grave. Le “rêve palestinien” existe bel et bien, et les Arabes n’en font pas mystère : leur rêve, c’est la destruction d’Israël.
 
Aujourd’hui comme au temps de Golda Meïr, les Arabes haïssent les Juifs davantage qu’ils aiment leurs propres enfants. Malheureusement, il ne s’agit pas là d’une subtile métaphore. C’est l’exacte description de l’horrible réalité du Proche-Orient. L’intensité de la haine arabe envers les Juifs dépasse les limites de l’imagination humaine. Des mères arabes envoient fièrement leurs enfants à la mort en échange de l’espoir d’assassiner quelques Juifs : dans la rue, dans un autobus, dans un restaurant…
 
Je ne peux pas oublier ce court documentaire qui avait été montré l’année dernière au journal télévisé : on y voit une mère dire au revoir à son fils, d’une façon laconique et dépourvue de toute émotion. Elle sait que son garçon ne reviendra pas : c’est ainsi que les choses ont été prévues. Elle fait part de ses rêves les plus chers aux journalistes qui l’entourent : elle a neuf autres enfants, et elle espère qu’ils suivront tous le même chemin que leur grand frère. Le futur shahid porte un uniforme militaire et est armé d’un M16. Il est élancé et quelque peu malhabile, comme un adolescent qui aurait grandi trop vite et qui n’aurait pas encore eu le temps de se familiariser avec sa nouvelle physionomie. Il semble intimidé par la caméra, et le baiser qu’il finit par déposer sur la joue de sa mère paraît quelque peu maladroit. Son sourire est tendu et timide, et, je dois le reconnaître, non dénué de charme. Dans un contexte différent, on aurait pu le prendre pour un adolescent juif. Il est sur le point de sortir du champ de la caméra pour se rendre dans la yeshiva la plus proche. Là, il ouvrira le feu et tuera cinq étudiants avant que quelqu’un ne l’abatte.
 
On ne devrait jamais sous-estimer le “rêve palestinien”. Il inspire des “martyrs” musulmans qui iront répandre le sang juif en quantité. Mais il convient de ne pas le surestimer non plus, car il ne comporte rien de positif, rien de constructif. Il n’est fait que de meurtre et de destruction. Il est incapable d’engendrer autre chose qu’une organisation terroriste. Pour parler sans ambages, les “Palestiniens” ne veulent pas l’indépendance. Ils ne veulent pas d’un pays pour eux. Ce qu’ils veulent, c’est s’acquitter de la mission qui leur a été confiée par le monde arabe : détruire Israël. C’est la raison pour laquelle ils ne se sont jamais battus pour leur indépendance avant la défaite arabe de 1967. C’est la raison pour laquelle, en 2000, quand on leur a fait le cadeau surprise d’un État à Camp David, ils ont répondu en déclenchant un nouveau cycle de guerre. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui, dans le contexte kafkaïen de la “feuille de route”, ils remplacent la paix par la houdna et refusent rageusement de s’opposer aux organisations terroristes sur “leur” territoire : entre ces organisations et l’Autorité “palestinienne”, il ne saurait y avoir davantage de distance qu’entre la marionnette rasée de près qu’est Abbas et son dresseur à la saleté permanente, Arafat.
 
Bâtir une nation demande du génie. Dans une des œuvres les moins connues de Pouchkine, Mozart et Salieri, Salieri reconnaît avec amertume que Mozart était un génie et que lui-même n’a pas pu l’être parce que “le génie et le mal sont deux choses incompatibles”. Cette incompatibilité inhérente est ce qui explique pourquoi il n’existe pas aujourd’hui de “Palestine” et pourquoi il n’en existera pas dans un avenir prévisible. Les efforts de la communauté internationale pour créer un État “palestinien” peuvent nuire à Israël et lui nuisent de diverses manières bien visibles. Mais la “Palestine” restera à jamais le rêve malhonnête et donc irréalisable des antisémites.
 
© 2003 - Yashiko Sagamori
© 2008 - Marcoroz - traduction
Yashiko SAGAMORI
Consultante en informatique à New York.
Ajouter votre commentaire !
Adresse email :
Mot de passe :
Votre commentaire : 0/1500 caractères
Ajouter le smiley Sourire Ajouter le smiley Rigole Ajouter le smiley Choqué Ajouter le smiley Clin d'oeil Ajouter le smiley En colère ! Ajouter le smiley Embarrassé Ajouter le smiley Tire la langue Ajouter le smiley Star Ajouter le smiley Triste
Vous devez être membre de Juif.org pour ajouter votre commentaire. Cliquez-ici pour devenir membre !
Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 28 minutes