English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Opinions

Israël en paix

Israël en paix

Ceux qui sont préoccupés par la sécurité et le bien-être de l'Etat juif continuent à poser des questions comme «Israël est-il condamné?» et Israël survivra-t-il ? (Également en français, Israël peut-il survivre ?) On a même intitulé un livre Le dernier grand Etat d'Israël. Cette morosité résulte du flot unique de menaces qui pèsent sur l'Etat juif. Il s'agit notamment des armes de destruction massive, des armées conventionnelles, et du terrorisme; du boycott économique, du défi démographique, et de la délégitimation politique. Aucun pays à l'heure actuelle - et peut-être de toute l'histoire – n'est confronté à un tel éventail de dangers, de la violence de masse (bombes nucléaires iraniennes) au sabotage intellectuel (relatif aux professeurs d'anglais).

Soit dit en passant, menacer l'existence même d'un pays est une caractéristique distinctive de la politique moderne du Moyen-Orient que l'on trouve rarement ailleurs dans le monde: d'autres exemples incluent le Koweït (qui en fait a disparu dans la gueule irakienne pendant une moitié d'année en 1990-1991), le Bahreïn (sous la menace intermittente des impérialistes iraniens), la Jordanie (vue comme une création impériale britannique illégitime), le Liban (regardé avec convoitise par les Syriens) et Chypre (envahie par les forces turques en 1974 et récemment menacée à nouveau).

Israël survivra

Revenons à Israël: Je suis optimiste qu'il va survivre. Plusieurs raisons me conduisent à cette conclusion.

D'abord, Israël est fort. Le pays est caractérisé par des prouesses militaires, des capacités de haute technologie, une économie forte, un secteur d'énergie florissant, une croissance démographique forte, et une créativité culturelle. Au fil du temps, il se développe de plus en plus devenant plus puissant que ses ennemis.

Deuxièmement, les Israéliens montrent une volonté sans précédent de faire des compromis. Le fait pour les Israéliens d"avoir retourné à l'Egypte une péninsule du Sinaï capturée trois fois (en 1949, 1957 et 1982) n'a pas d'équivalent dans l'histoire de la guerre et de la diplomatie. Presque tous les territoires que les troupes israéliennes ont conquis en 1967, à l'exception du centre historique de Jérusalem, ont été ouverts à la discussion depuis une semaine seulement après leur saisie. Dans l'histoire de la guerre et des négociations, aucun vainqueur n'a montré une volonté comparable à celle d'Israël de faire des «concessions douloureuses» pour parvenir à un accord; quel autre leader a proclamé, comme Ehud Olmert l'a fait avant et pendant son mandat de premier ministre, que «Nous sommes fatigués des combats, nous sommes fatigués d'être courageux, nous sommes fatigués de gagner, nous sommes fatigués de vaincre nos ennemis »et« la paix est assurée par des concessions »?

Troisièmement, aucun état d'hostilité ne s'étend à l'infini. Les circonstances changent, de nouveaux ennemis apparaissent, des colères anciennes se dissipent, la volonté broie. Même les plus longs conflits durables finissent par être résolus. Les Etats anglais et français, par exemple, se sont affrontés pendant plus de sept siècles avant de finalement parvenir à une "Entente cordiale" en 1904, s'alliant à la face d'un ennemi allemand émergent et, depuis, restant de fermes (même si irascibles) alliés. Le conflit israélo-arabe, qui a un siècle d'existence, aussi ne va pas continuer interminablement.

On peut se demander pendant combien de temps les Palestiniens et leurs partisans pourront maintenir leur objectif d'éliminer Israël. Alors que la génération des réfugiés de 1948 meurt, ses enfants, petits-enfants, arrière petits enfants et leur descendance continueront-ils encore à rêver d'un avenir à Jaffa ou Haïfa, plutôt que là où ils vivent réellement? Combien de temps peuvent-ils hypothéquer leur vie pour un irrédentisme de plus en plus distant?

Quatrièmement, les Palestiniens se rendront compte que la dévotion aveugle à des idéologies extrémistes et rigides conduit à une impasse. Ce processus a déjà commencé. Par exemple, les entretiens avec les dirigeants palestiniens extrémistes d'une époque antérieure - Nayef Hawatmeh, Ahmed Jibril, Leila Khaled, et Mohammed Oudeh - montrent comment le passage du temps a changé leur point de vue et a conduit à la reconnaissance des erreurs élémentaires. Hawatmeh, leader du Front Démocratique pour la Libération de la Palestine, note que «60 ans après, nous nous battons pour ce que nous aurions pu avoir en 1947. Nous avons raté de nombreuses occasions historiques.» Oudeh, planificateur de l'attaque des Jeux Olympiques en 1972 qui a tué 11 athlètes israéliens, dit que «peut-être, juste peut-être, aurions-nous dû montrer une certaine souplesse. A l'époque c' était« l'ensemble de la Palestine ou rien». Mais nous devrions avoir accepté un Etat palestinien à côté d'Israël.»

Hawatmeh et les autres ont transmis un programme nationaliste que le temps a rendu périmé et qui a maintenant peu d'attrait. La même chose, sans doute, arrivera à l'idéologie favorite d'aujourd'hui; mais aussi fortes qu'elles soient aujourd'hui, les forces islamistes du Hamas, le Jihad islamique palestinien et le Hezbollah, perdront également leur vitalité, un jour, et leurs vieillards exprimeront un remords semblable concernant les occasions manquées.

Donc, oui, le conflit prendra fin.

La paix est devant nous

De plus, je m'attends à ce que qu'il y aura la paix entre l'Etat juif et ses voisins. Voici quelques prédictions spécifiques:

Quel genre de paix? Comme le fait remarquer Martin Sherman, le mot «paix» contient en son sein deux significations distinctes - l'une concernant les relations entre deux États démocratiques, l'autre entre une ou plusieurs entités politiques non démocratiques. La première se réfère à ce que Sherman appelle «un état d'harmonie mutuelle entre les Etats, entretenu par la préférence inhérente à toutes les parties pour préserver un statu quo non-violent .... Non seulement les différences sont établies d'une manière non-violente, mais l'usage de la force est pratiquement inconcevable . " Les Etats-Unis et le Canada illustrent cette relation.

La seconde signification se réfère à «l'absence de guerre maintenue par la dissuasion. Dans ce cas, seule la menace de coûts exorbitants décourage l'un ou les deux côtés de la violence .... Il n'y a aucune interaction harmonieuse entre les peuples des différents Etats. Le mouvement à travers les frontières tend à être fortement restreint, fortement réglementé, et souvent totalement interdit. " Les Etats-Unis et l'Union soviétique illustrent cette relation.

Israël est une démocratie pleine et entière, mais ce n'est le cas d'aucun de ses voisins, ni ces voisins ne sont sur le point de devenir démocratiques, malgré les bouleversements de l'année écoulée. Par conséquent, la paix entre les deux parties est susceptible de rester longtemps d'un caractère dissuasif, étant la paix armée de dissuasion avec le contact humain limité. Loin d'être idéal, cela devra avoir lieu jusqu'à ce que de profonds changements aient lieu dans les pays de langue arabe et qu'une paix démocratique puisse enfin entrer en vigueur.

Comment? Avant qu'un traité de paix israélo-égyptien n'ait été effectivement signé en 1979, on a supposé que cela conduirait à une fin générale du conflit parce que l'Egypte est le plus fort ennemi d'Israël. Cette évaluation s'est avérée être fausse parce que la signature d'un autocrate militaire (Anouar el-Sadate) a convaincu quelques autres. Depuis plusieurs années, dans les années 1980, je me suis concentré sur le gouvernement syrien, affirmant que «Le conflit se poursuivra jusqu'à ce que la Syrie suive trois autres voisins d'Israël et se résigne à l'existence d'Israël; une fois que cela se produit, la lutte viendra à une fin rapide.» Cela s'est également avéré être faux, car Damas trouve peu de loyauté chez les islamistes, les professeurs d'anglais, ou les membres de l'Organisation des Nations Unies. Au lieu de cela, les Palestiniens de la Cisjordanie et de Gaza sont la clé. Quand ils se fatigueront de ce conflit, il se terminera.

Quand? Le conflit va se poursuivre pendant environ une autre génération et peut être réglé autour des années 2030. Cette estimation est basée sur l'évaluation que le conflit était mûr pour la paix il y a vingt ans, au lendemain de la guerre du Koweït et de l'effondrement soviétique, mais il a déraillé par une combinaison de naïveté israélienne et de tromperie palestinienne. Ce n'est que maintenant, après un long et douloureux détour, que les Israéliens ont commencé à comprendre les erreurs de la diplomatie qu'ils ont faites dans les Accords d'Oslo et les efforts successifs. A partir de maintenant, cela pourrait prendre une vingtaine d'années pour établir un chemin d'accès correct pour conduire à une percée.

Qui va gagner? Le processus d'Oslo de 1993-2000 a montré que le compromis n'est pas, en fait, une solution. Comme dans la plupart des conflits, la fin des hostilités requiert une personne qui perd et une personne qui gagne. La guerre se termine soit quand les Arabes acceptent l'Etat juif souverain ou quand les Israéliens abandonnent le projet sioniste. Cela revient en dernière analyse à une question première qui est de savoir quel côté va d'abord écraser la volonté de l'autre. Les alternatives sont criantes et doubles; les efforts d'atténuation ne font en fait que retarder une résolution.

J'espère qu'Israël va gagner, car une victoire palestinienne apporterait le résultat doublement indésirable de la destruction d'un pays moderne libéral et son remplacement probable par un État dominé par le Hamas islamiste. Une victoire israélienne, en revanche, détruirait l'extrémisme et libèrerait effectivement les Palestiniens de leur situation actuelle. Ce n'est que lorsque les Palestiniens renonceront à leur rêve anti-sioniste de destruction qu'ils seront en mesure d'investir leurs efforts pour la création d'une politique, d'une économie, d'une société et d'une culture attrayantes. Ce n'est que lorsque les Palestiniens abandonneront la destruction qu'ils pourront construire.

Chacun de nous doit faire de son mieux pour s'assurer que le conflit se termine par un résultat positif.

    Mr. Pipes (DanielPipes.org) est président du Forum du Moyen-Orient et membre émérite invité à l'Institution Hoover de l'Université de Stanford.

Par Daniel Pipes
The Dorchester Review
http://fr.danielpipes.org/12260/israel-en-paix
Version originale anglaise: Israel at Peace
Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

Ajouter votre commentaire !
Adresse email :
Mot de passe :
Votre commentaire : 0/1500 caractères
Ajouter le smiley Sourire Ajouter le smiley Rigole Ajouter le smiley Choqué Ajouter le smiley Clin d'oeil Ajouter le smiley En colère ! Ajouter le smiley Embarrassé Ajouter le smiley Tire la langue Ajouter le smiley Star Ajouter le smiley Triste
Vous devez être membre de Juif.org pour ajouter votre commentaire. Cliquez-ici pour devenir membre !
Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 20 minutes