English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Politique Israël

Il est peu probable que Netanyahou soit condamné à une peine de prison

Il est peu probable que Netanyahou soit condamné à une peine de prison - © Juif.org

Les procureurs sont prêts à faire une concession majeure au chef de l'opposition Benjamin Netanyahou afin d'obtenir une négociation de plaidoyer, selon un reportage jeudi soir de Guy Peleg de la Douzième chaîne.

Mercredi, la Treizième chaîne a rapporté que Netanyahou s'engageait dans des négociations avec le procureur général Avichai Mandelblit pour une éventuelle négociation de plaidoyer. Netanyahou aurait accepté la demande de Mandelblit de démissionner de la Knesset avant d'être condamné, et de quitter la politique pendant plusieurs années.

Mandelblit aurait également exigé que Netanyahou reçoive une peine minimale d'au moins des travaux d'intérêt général et un aveu de turpitude morale, ce qui pourrait entraver le retour de Netanyahou en politique.

Maintenant, il semble que les procureurs soient prêts à faire des concessions de grande envergure dans le cadre d'un accord de négociation de plaidoyer, y compris la réécriture de l'acte d'accusation « Affaire 4000 » - qui, dans sa forme actuelle, comprend une accusation de corruption, les accusations les plus graves auxquelles Netanyahou est actuellement confronté dans tous les actes d'accusation contre lui.

Selon le reportage de Channel 12 jeudi, les procureurs sont prêts à abandonner l'accusation de corruption et à se concentrer uniquement sur les accusations d'abus de confiance.

Le rapport a affirmé que les procureurs sont même prêts à clore entièrement « l'affaire 2000 », abandonnant toutes les charges liées aux accusations selon lesquelles Netanyahou et l'éditeur de Yedioth Aharonoth, Arnon Mozes, ont conclu un accord pour faire adopter une législation limitant la distribution gratuite d'un journal rival en échange d'une couverture favorable de Netanyahou.

Dans l'acte d'accusation de l'affaire 1000 – concernant les allégations selon lesquelles Netanyahou et sa famille ont reçu des centaines de milliers de dollars en cadeaux de riches hommes d'affaires en échange d'une aide pour obtenir des allégements fiscaux et des visas de voyage – les procureurs seraient disposés à supprimer l'accusation de fraude.

Les changements que les procureurs ont proposé d'apporter au cas où un accord de plaidoyer serait conclu mettraient effectivement fin à toute possibilité que Netanyahou soit condamné à une peine de prison.

Les pourparlers entre Netanyahou et les procureurs doivent encore parvenir à un accord sur le moment de la démission de Netanyahou de la Knesset – un point clé dans les négociations et un facteur qui pourrait potentiellement mettre fin à la carrière politique de l'ancien Premier ministre.

Si Netanyahou démissionne de la Knesset avant que la négociation de plaidoyer ne soit mise en vigueur par le tribunal et que sa condamnation soit finalisée, il pourra probablement éviter la désignation de turpitude morale, lui permettant ainsi de potentiellement retourner à la vie politique à un moment donné dans le futur.

Mais si Netanyahou ne démissionne qu'après sa condamnation, les procureurs seront libres de demander au tribunal d'appliquer la qualification de turpitude morale.

Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 22 minutes