English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Politique Israël

Officiel : le Hezbollah et ses alliés perdent la majorité au parlement libanais

Officiel : le Hezbollah et ses alliés perdent la majorité au parlement libanais - © Juif.org

Le groupe terroriste libanais Hezbollah et ses alliés ont perdu leur majorité parlementaire, ont révélé mardi les résultats finaux des élections, tandis que plus d'une douzaine de nouveaux arrivants indépendants ont obtenu des sièges.

Le résultat a marqué un changement dans un pays dévasté par une crise financière continue et une pauvreté croissante.

Les résultats définitifs des élections de dimanche n'ont montré aucune majorité claire pour aucun groupe, indiquant un parlement fragmenté et profondément polarisé, divisé entre les législateurs pro et anti-Hezbollah qui auront du mal à travailler ensemble pour former un nouveau gouvernement et promulguer des réformes désespérément nécessaires.

La coalition dirigée par le Hezbollah a remporté 61 sièges au sein de la législature de 128 membres, soit une baisse de 10 membres depuis le dernier vote il y a quatre ans – une perte largement due aux revers subis par les partenaires politiques du groupe. On ne s'attendait pas à ce que cette défaite affaiblisse la domination du groupe soutenu par l'Iran sur la politique libanaise, et les 13 candidats du Hezbollah qui se sont présentés ont été élus.

Pourtant, les résultats ont été salués comme une percée pour les groupes opposés au Hezbollah et aux autres principaux partis politiques du pays accusés de son effondrement, introduisant plus de nouveaux visages indépendants que prévu.

Les opposants les plus virulents du Hezbollah, le parti nationaliste des Forces libanaises chrétiennes, sont sortis grands vainqueurs, tandis que son rival chrétien, le Courant patriotique libre fondé par le président Michel Aoun, a subi un revers politique.

Bien que chrétien, le Mouvement patriotique libre est un allié du Hezbollah musulman chiite. Les Forces libanaises ont désormais le plus grand bloc au parlement avec 21 sièges, dépassant le Courant patriotique libre, qui détient désormais 18 sièges, une baisse de trois sièges par rapport au vote précédent.

Malgré le revers, le Hezbollah et son principal allié chiite, le groupe Amal du président du Parlement Nabih Berri, ont conservé les 27 sièges attribués à la secte chiite.

Les indépendants et les nouveaux venus, y compris ceux du mouvement de protestation de 2019, ont remporté 14 sièges. C'était une réalisation majeure étant donné qu'ils se sont rendus au vote de manière fragmentée et qu'ils ont fait face à des intimidations et des menaces de la part de partis traditionnels bien établis.

Leur apparition envoie un message fort aux politiciens de la classe dirigeante qui ont conservé leur siège pendant des décennies et malgré un effondrement économique qui a appauvri le pays et déclenché la plus grande vague d'émigration depuis la guerre civile de 1975-1990.

« Les résultats montrent que l'humeur libanaise est contre cette classe dirigeante et est également contre l'alignement politique avec l'Iran », a déclaré Wissam Raji, responsable des Forces libanaises. « Les Libanais savent que la situation est devenue désastreuse et que la solution n'est pas entre les mains de la classe dirigeante. »

« La solution réside dans un changement radical de la carte politique du Liban à tous les niveaux », a déclaré Raji, dont le groupe a participé à la plupart des gouvernements jusqu'en octobre 2019.

Les résultats laissent également présager un parlement fortement polarisé, divisé entre les législateurs pro et anti-Hezbollah qui auront du mal à travailler ensemble pour former un nouveau gouvernement et adopter les lois nécessaires pour promulguer les réformes pour une reprise financière au Liban.

Avec deux blocs principaux - le Hezbollah et les Forces libanaises - opposés l'un à l'autre, les analystes ont déclaré que les résultats pourraient conduire à plus de paralysie à un moment où le pays a désespérément besoin d'unité.

Le porte-parole du secrétaire général de l'ONU, Stéphane Dujarric, a appelé à la « formation rapide d'un gouvernement inclusif » qui puisse finaliser un accord avec le Fonds monétaire international et accélérer la mise en œuvre des réformes nécessaires pour mettre le Liban sur la voie de la reprise.

L'ONU a exhorté « le nouveau Parlement à adopter d'urgence toutes les lois nécessaires pour stabiliser l'économie et améliorer la gouvernance », a déclaré Dujarric.

La plus grande perte a été subie par les alliés du Hezbollah étroitement liés au gouvernement du président syrien Bashar Assad, notamment le vice-président du parlement Elie Ferzli, le politicien druze Talal Arslan qui occupait un siège depuis trois décennies, Asaad Hardan et Faisal Karami, fils du défunt premier ministre Omar Karami.

Les élections législatives de dimanche étaient les premières depuis le début de l'effondrement économique du Liban fin 2019. Les factions du gouvernement n'ont pratiquement rien fait pour remédier à l'effondrement, laissant les Libanais se débrouiller seuls alors qu'ils plongent dans la pauvreté, sans électricité, sans médicaments, sans ramassage des ordures ou tout autre semblant de la vie normale.

Le vote est également le premier depuis une explosion meurtrière dans le port de Beyrouth en août 2020 qui a tué plus de 200 personnes, blessé des milliers de personnes et endommagé des parties de la capitale.

Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 28 minutes