English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Israël : infos Société

Des affrontements à Beyrouth font plus de 40 blessés

Des affrontements à Beyrouth font plus de 40 blessés - © Juif.org

Les forces de sécurité (…) libanaises ont tiré des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et utilisé des canons à eau pour disperser des manifestants anti-gouvernementaux du centre de Beyrouth lors d’affrontements qui ont duré plusieurs heures jusque tôt dimanche.

La violence autour de l’épicentre de la manifestation à Beyrouth a été parmi les pires depuis le début des manifestations il y a deux mois.

Plus de 40 manifestants ont été blessés, certains battus à plusieurs reprises avec des matraques par les forces de sécurité. Les affrontements ont immobilisé le centre-ville pendant plus de huit heures alors que les forces de sécurité ont tiré des grenades lacrymogènes sur des centaines de manifestants, qui ont mis le feu à des poubelles.

Les manifestants ont scandé des slogans contre les forces de sécurité et les représentants du gouvernement et ont bombardé la police de pierres dans des scènes qui n’avaient pas été vues dans la capitale depuis le début des manifestations le 17 octobre. A un moment donné, les échauffourées ont atteint le siège de l’un des principaux partis politiques libanais, le Kataeb, où des nombreux manifestants se mettaient à couvert. Le chef du parti, Samy Gemayel, est apparu sur les chaines de télévision locales alors qu’il tentait de séparer les manifestants des forces de sécurité.

Le Liban fait face à l’une des pires crises économiques depuis des décennies, et les manifestants accusent la classe politique dirigeante en place depuis trois décennies de mauvaise gestion et de corruption.

La violence survient deux jours seulement avant que le président ne tienne des pourparlers avec différents blocs parlementaires pour nommer un nouveau premier ministre.

Le gouvernement dirigé par l’ancien premier ministre Saad Hariri a démissionné le 29 octobre, deux semaines après le début des manifestations à l’échelle nationale. Les groupes politiques n’ont pas pu se mettre d’accord sur un nouveau candidat tandis que les manifestants ont appelé à un gouvernement non affilié aux partis politiques établis.

La chaine de télévision locale LBC a montré des dizaines de personnes chantant contre Hariri, qui se présente comme le candidat préféré malgré toutes les querelles politiques. Les manifestants ont également crié « le peuple veut renverser le régime » et ont accusé les forces gouvernementales d’une force excessive.

La Croix-Rouge et la défense civile libanaise ont déclaré qu’au moins 46 personnes avaient été blessées et transportées dans des hôpitaux.

Plus de protestations sont attendues plus tard dimanche.

Les problèmes ont commencé samedi lorsque des dizaines d’hommes, dont certains portaient des masques, ont lancé des pierres et des pétards sur les forces de sécurité à une extrémité du camp de protestation du centre de Beyrouth. Ils étaient partisans du groupe terroriste chiite Hezbollah et d’Amal, irrités par certaines critiques de leurs dirigeants par des manifestants antigouvernementaux.

C’était la deuxième fois cette semaine que les factions terroristes tentaient d’attaque le camp des protestataires. L’agence de presse nationale a indiqué qu’un membre des forces de sécurité avait été blessé. Les dirigeants locaux ont appelé au calme.

Quelques heures plus tard, des centaines de manifestants antigouvernementaux, dont des femmes, se sont rassemblés devant le parlement, à des centaines de mètres du camp de protestation. Le chaos s’est ensuivi avec des informations faisant été d’une attaque contre le rassemblement antigouvernemental, provoquant une confrontation avec les forces de sécurité qui ont tenté de disperser les manifestants. Pour la première fois depuis le début des manifestations à Beyrouth, la police anti-émeute a tiré des balles en caoutchouc alors qu’elle chassait les manifestants hors de la zone.

La cause de la répression n’était pas claire. Le président du parlement est le chef du groupe chiite Amal.

 

 

1 commentaire
La Paix
La vraie
Viendra de la jeunesse
Voilà un bel exemple de vent de démocratie
Les jeunes générations réclament le départ des anciens corrompus
Qui ont entraîné le pays du cèdre à être soumis au Hezbolah chite
Lui même sous élégance de l iran
L iran n a rien à faire au Liban
Le Liban a besoin d un dépoussiérage en profondeur
La jeunesse réclame la prise en main du Liban par les Libanais
Une démocratie et une peux avec son voisinage
Les palestiniens devront etres naturalisés
ou repoussés vers Ramslah ou gaza ...
Le Liban a besoin de se ressaisir pour aborder le 21 em siècle
Loins d u e france ex colonialiste et d un iran chite
Envoyé par Jcl - le Dimanche 15 Décembre 2019 à 13:30
Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 1 minute