English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Diplomatie : Israël & le Moyen-Orient

Pères : « nous ne pouvons pas exister sans les Etats-Unis »

Pères : « nous ne pouvons pas exister sans les Etats-Unis » - © Juif.org
Le président déclare qu’Israël peut permettre aux Etats-Unis de construire une coalition anti-iranienne en terminant le « conflit secondaire » avec les palestiniens : « nous ne pouvons pas donner en retour aux Etats-Unis ce qu’ils nous donnent, mais à notre petit niveau, nous pouvons les aider. »
 
Shimon Pères renoue ainsi avec ses vieux démons, une soumission complète à ce qu’il considère comme une force protectrice, et un éloignement dramatique, non seulement de l’histoire, mais surtout de l’essence de ce qu’il est censé représenter. Deux rappels historiques, pour celui qui ridiculise un peu plus aujourd’hui le mot « Israël » : les juifs ne peuvent se passer de l’aide de D.ieu, et lorsqu’ils le font, les résultats, à l’image du siècle dernier, sont dramatiques. Historiquement parlant aussi, ce n’est que quand les Etats-Unis ont commencé à soutenir Israël au début des années 1970, qu’Israël a commencé à rencontrer des sérieux problèmes dans ses guerres. Mettre la confiance du peuple juif dans quelques dollars a pour ce dernier des résultats catastrophiques, que Pères tant à provoquer une fois de plus.
 
Shimon Pères a ainsi déclaré qu’Israël ne peut survivre sans l’aide des Etats-Unis, une déclaration faite lors d’une conférence à Jérusalem, organisée par l’Institut de Planification Politique du Peuple Juif jeudi.
 
Pères a déclaré que « pour notre existence, nous avons besoin de l’amitié des Etats-Unis d’Amérique. » Au moins, Pères n’a pas eu l’indécence de parler de l’amitié d’Obama.
 
En parlant de la manière dont Israël peut donner en retour aux Etats-Unis, il a dit que « alors que les Etats-Unis essayent de comprendre les besoins sécuritaires d’Israël, nous israéliens, devons comprendre les besoins des Etats-Unis en matière de sécurité. » Il a poursuivi : « nous ne pouvons pas donner en retour aux Etats-Unis ce qu’ils nous donnent, mais à notre petit niveau, nous pouvons les aider. »
 
S’adressant au sujet des deux plus grandes questions qui se trouvent sur l’agenda israélien, et américain, Pères a déclaré qu’Israël pourrait être utile aux Etats-Unis en permettant « une coalition anti-iranienne au Proche Orient, et la contribution ne doit pas se faire par des déclarations, mais si nous mettons fin au conflit secondaire entre nous et les palestiniens, » afin de permettre aux Etats-Unis de se concentrer sur la menace iranienne. Il semble que Pères a aujourd’hui largement dépassé l’âge de la retraite. Pères considère aujourd’hui que non seulement Israël ne doit compter que sur les Etats-Unis pour trouver une solution au problème iranien, mais propose de régler le conflit que les palestiniens imposent à Israël depuis près de 70 ans uniquement pour que les Etats-Unis et ses dirigeants dorment plus tranquillement.
 
Revenant un moment sur terre, Pères a également parlé de la politique étrangère de l’ancien président des Etats-Unis au Proche Orient, disant qu’il apprécie « les tentatives de George Bush d’exposer les pays arabes à la démocratie, mais est-ce possible ? » Pères a expliqué sa pensée, ajoutant qu’il est « très difficile de venir chez un roi (un dictateur, ndlr) et de lui dire d’aller vers des élections. » Il a rajouté penser que les musulmans doivent êtres en mesure de choisir leur propre voie… dommage qu’il n’en souhaite pas tant au peuple juif.
13 commentaires
MASELTOV
Envoyé par Yvan_001 - le Jeudi 21 Octobre 2010 à 12:47
http://www.michelgurfinkiel.com/articles/324-Obama-Releve-de-la-garde.html

Le président américain se prépare à un désaveu massif le 2 novembre. Les principaux conseillers juifs s’en vont. Mais l'influence de Joe Biden se renforce.

PAR MICHEL GURFINKIEL.

Larry Summers, le principal conseiller économique du président Barack Obama, a démissionné le mois dernier : il a l’intention de reprendre ses cours à Harvard. Rahm Emanuel, le chef de cabinet du président, vient de s’en aller lui aussi : en laissant entendre qu’il briguait la mairie de Chicago. David Axelrod, le principal conseiller politique du président, a annoncé qu’il quitterait l’administration « courant 2011 » : sans évoquer ses projets pour l’avenir.

Ces trois hommes constituaient le cœur même de l’équipe gouvernementale américaine. Leur départ annonce donc d’importants changements. Les élections nationales du 2 novembre prochain – le renouvellement de la Chambre des Représentants et d’un tiers du Sénat – se solderont probablement par un raz de marée républicain. Devant un tel désaveu, le président n’aura que deux options devant lui : adopter une politique plus centriste, en concertation avec le nouveau Congrès (comme Bill Clinton en 1994) ; ou au contraire se radicaliser, afin de remobiliser la gauche. Dans les deux cas, il devra changer son équipe.

Mais le départ de Summers, Emanuel et Axelrod pourrait accélérer, dans un premier temps, la déconfiture de l’administration actuelle. Juifs tous les trois, pro-israéliens déclarés en ce qui concerne les deux premiers, ces hommes rassuraient en effet leur communauté face aux « dérives » pro-islamiques ou propalestiniennes d’Obama. Leur retrait va renforcer les doutes. Certains électeurs juifs démocrates voteront peut-être républicain le 2 novembre. Beaucoup plus nombreux seront ceux qui s’abstiendront.

77 % des Juifs américains avaient voté pour Obama en 2008. Mais parmi ces derniers, la moitié au moins ne l’avait fait que par défaut. Leurs préférences étaient d’abord allées, en effet, à Hillary Clinton. Ils ne s’étaient ralliés au sénateur de l’Illinois qu’après l’échec de cette dernière, alors sénatrice de New-York, aux primaires démocrates. Sans enthousiasme et pour des raisons qu’il faut bien qualifier d’irrationnelles.

Rien de plus révélateur, à cet égard, que l’attitude de Haim Saban. D’origine juive égyptienne, propriétaire de nombreux médias et détenteur, selon Forbes, de la 102e fortune américaine (3,3 milliards de dollars), ce dernier a toujours été l’un des plus gros contributeurs aux campagnes démocrates. Au printemps 2008, il pose la même question à Hillary Clinton et à Barack Obama : « Supposons que les Iraniens envoient une bombe nucléaire sur Israël. Que faites-vous ? » La réponse de Clinton tient en trois mots : « Nous les anéantirons… NOUS LES ANEANTIRONS ! » Obama, lui, se borne à dire : « Je prendrai les mesures appropriées ». Saban demande quelques précisions. Obama propose d’en discuter lors d’un tête à tête. Mais celui-ci ne sera jamais organisé. Saban en déduit qu’Obama n’est pas fiable en ce qui concerne Israël. Néanmoins, quand Hillary Clinton perd les primaires, il se rallie à lui : « Je me disais que je ne pouvais pas abandonner les démocrates », expliquera-t-il par la suite. « Même si je n’aimais pas leur candidat ».

Cette inféodation mentale et émotionnelle de la majorité des Juifs américains au parti démocrate tient à deux raisons. Il y a d’abord le poids de l’histoire. Jusqu’à Ronald Reagan, le parti républicain était une citadelle Wasp (« White, Anglo-Saxon, Protestant » - blanche, anglo-saxonne, protestante). Les diverses minorités raciales, ethniques ou religieuses, qu’il s’agît des Noirs, des catholiques ou des Juifs, se retrouvaient donc chez les démocrates. La société et la politique américaines ont évolué. Mais près du tiers des Juifs américains ont aujourd’hui plus de soixante ans et ont donc formé leur vision du monde à l’époque où l’affiliation aux démocrates constituait une sorte de devoir. Il leur est très difficile, à leur âge, de changer d’identité.

Ensuite, il y a le poids des idées ou des croyances. Les deux tiers des Juifs américains appartiennent à des synagogues réformées ou « conservative » (« massorties ») qui ont substitué au judaïsme traditionnel, au moins en partie, une idéologie de protection sociale et d’universalisme plus compatible avec le programme des démocrates qu’avec celui des républicains. Un tiers seulement, resté orthodoxe, se borne à voter en fonction des intérêts du peuple juif et d’Israël. Et peut donc se reporter sans états d’âme vers les républicains.

Mais les loyautés, même passionnées, même passionnelles, supposent quelque réciprocité. Pendant les dix-huit premiers mois de son administration, Obama n’a pas su séduire, ni même ménager, Israël et le judaïsme. Ceux-là même qui, parmi les Juifs américains, sont acquis à la création d’un Etat palestinien souverain et à l’arrêt des constructions dans les localités juives de Cisjordanie ont été ulcérés au printemps dernier quand Washington, rompant avec la politique des présidents précédents, a assimilé les secteurs de Jérusalem situés au-delà de la « ligne verte » des années 1949-1967 à des « territoires occupés ». Au-delà de considérations politiques et juridiques qui auraient appelé à le gouvernement américain à une certaine prudence, il y avait dans ce comportement un mépris évident pour l’histoire du peuple juif et pour ses sentiments et croyances.

Après avoir voté Obama en 2008, Haim Saban a refusé de participer à un éventuel fund-raising en faveur du président et de son administration. Cela a été l’attitude au cours des derniers mois, mutatis mutandis, de nombreux Juifs démocrates. Le retrait de Summers, Rahm et Axelrod ne fait qu’encourager cette tendance. Selon divers analystes, Obama pourrait recentrer son administration, après le 2 novembre, en renforçant le rôle du vice-président Joe Biden, qui passe pour aussi être aussi pro-israélien, sinon plus, qu’Hillary Clinton. Cette évolution pourrait en effet lui permettre de reconquérir cet électorat, en vue de l’élection présidentielle de 2012. Mais le fera-t-il ? Rien n’est moins sûr. Obama ne semble tout simplement avoir aucune intuition, aucune empathie, aucun feeling, vis-à-vis d’une communauté qui ne demandait qu’à l’aimer.

© Michel Gurfinkiel, 2010

Envoyé par Hélène - le Jeudi 21 Octobre 2010 à 13:09
Sortir de l'exil, c'est bien, sortir l'exil de sa tête, c'est mieux!
Envoyé par Y?ochoua - le Vendredi 22 Octobre 2010 à 08:57
Pour que l Amérique d' Obama fasse appel a un micro état Israel c est plutôt grave pour elle et pour l état das laquelle l a mise Obama avec sa main tendue aux arabes il s est enlise partout
des le 2 nov il sera sanctionne
qu Israel aide l intelligencia américaine oui
mais qu elle soit vendue comme des épluchures de fèves consommées non
Avec tout l immce respect et la gratitude que le monde juif doit a Perez
il est aussi vrai qu il serait bon qu il songe a raccrocher
sa retraite est largement consommée at il mériterai de se reposer auprès des siens afin d' en profiter enfin
Envoyé par Jcl - le Vendredi 22 Octobre 2010 à 11:04
entre la déroute de shimon pérès ( peut-être dûe à " une fin de non recevoir " de la rencontre au maroc de shimon pérès avec le roi du maroc , une fin de non recevoir annoncée par le roi du maroc lui même à shimon pérès , ce qui a probablement créé un traumatisme chez shimon pérès , déçu au plus haut point de ce refus royal , indigérable et la cassure israëlo-américaine ) je choisirai plutôt la cassure inter-démocrate américaine à la déroute suicidaire de shimon pérès , un shimon pérès , fort heureusement pas éternel , appelé à partir !

heureusement que cette attitude négative , d 'abandon de shimon pérès , n 'est pas l 'attitude du peuple d 'israël et du peuple juif dans le monde :

le peuple d ' israël et le peuple juif ne font qu ' un , et unique , indivisible à jamais tout comme jérusalem , indivisible à jamais également , la jérusalem éternelle :

iérouchalaïme chel zaav -- autrement dit La jérusalem éternelle tout comme l ' or , métal éternel !

en attendant , souhaitons un rétablissement de notre président , qui retrouvera , je l ' espère un moral d 'acier !

pour ce qui est de l 'attitude caméléon du roi du maroc , il faut se dire :

chassez le naturel , il revient au galop !

allez les amis , un bon chabath , avec des boulettes et du bon couscous ...sans oublier la téfinah !

am israël haï !

et chantons :

allé allé , allélli !

allé allé , alléli !

une osmose parfaite du peuple d 'israël et du peuple juif dans le monde !
Envoyé par Jacques_079 - le Vendredi 22 Octobre 2010 à 11:16
Si, Israël peut et va survivre sas les USA.

Le prophète Zakharia l'a dit, dans peu de temps, toutes les nations se retourneront contre Israël. La seuls solution pour le peuple Juif sera alors de crier à D.ieu.

Israël ne peut exister sans D.ieu. Mais sans les autres oui./
Envoyé par Jérémy - le Vendredi 22 Octobre 2010 à 11:36
Le Maroc et la royaute ont surement ete briffes par elkaida au magreb


perez a du avoir tres mal
israel et les juifs du maroc et la royaute du maroc c est une tres vieille histoire
Mais avec les arabes il faut s attendre a ce que tout ai une fin
le tord des juifs c est d etre candides avec ceux qui se disesnt leurs amis hier la turquie demain le maroc etc....
ils ne nous aiment pas cet air il faut le chanter a tue tete et le garder en memoire
Laimona belgoiim
Envoyé par Jcl - le Vendredi 22 Octobre 2010 à 15:07
bravo Jérémy , mon père répétait à chaque fois qu 'il y avait des incidents à tunis , je ne veux pas parler de la seconde guerre mondiale , où il me fallait faire la queue des heures pour avoir deux ou trois beignets à l ' huile , qu ' un jour prochain viendrz où toutes les nations du monde seront contre les juifs , ( lorsqu'il y avait des raffle à tunis ) alors israël lancera un cocorico :

aujourd'hui c 'est ce qui se passe , pas un jour , sans découverte israëlienne que ce soit médicale , ou technique ,tout est bon pour israël , dans tous les domaines , israël brille , et plus l ' on se rapproche de l 'an 6.000 , et plus le monde parle d 'israël , en mal aujourd 'hui mais demain , que va-t-il se passer ?

alors , moi , jacques , j 'anticipe et je fais :

cocorico !

chabath chalom !
Envoyé par Jacques_079 - le Vendredi 22 Octobre 2010 à 16:45
ne pensez-vous pas que notre cher peres ait devenu senile ? tout les pays du monde existes sans les etats-unis , pourquoi pas israel ?
Envoyé par Renée - le Vendredi 22 Octobre 2010 à 17:03
"USA: obama et les démocrates juifs font moins recette auprès des électeurs juifs"

Well done, US jews. Your next votes should reflect your legitimate lack of confidence, now your eyes are "wide-open".

AM ISRAEL HAY Sourire Rigole Clin d'oeil Star
Envoyé par Viviane_005 - le Vendredi 22 Octobre 2010 à 19:17
Membre Juif.org





Dernière mise à jour, il y a 37 minutes