English Version Force de Défense d'Israel sur Internet
Inscription gratuite
AccueilInfos IsraelBlogs Juifs et IsraéliensVidéo IsraelOpinions : monde Juif et IsraelLe MagTOP SitesLa BoutiqueJuif.org TV

Vidéo

Finkielkraut contre Emmanuel Todd 2/2

Finkielkraut contre Emmanuel Todd 2/2
43 commentaires
Dans la discussion politique ou philosophique ,que j'espère vous ne reniez pas,sinon je vous conseille d'aller vivre dans une grotte comme une troglodyte,il est impératif de relier les pensées ,les écrits et les dires.
= jean de grace, comment peux-tu relier des pensees que tu n'entends pas ? donc tu ne peux juger que les > tu prends plaisir a couper le cheveu en 4 c'est bien, j'aime ca ! mais la tu pinailles ou il n'y a pas lieu de pinailler... as-tu entendu cette verite : " il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre "... pour le coup, ta reponse en est un exemple. je ne faisais QUE donner mon avis sur ce que DIT finkel. sur l'EDUCATION NATIONALE D'AUJOURD'HUI ! et pour expliquer a quel point il a raison j'ai rajoute que : meme si c'etait mon pire ennemi qui eut parle de la sorte, je n'aurai pu que ( dire bravo ! il a raison ). je donne un avis sur un sujet tu en mets un autre en debat. finkel est un IDEALISTE,c'est bien la son probleme que lorsqu'il parle d'ISRAEL QU'IL AIME il en arrive a sortir des idioties car il se fait un monde de REVES ! dans certaines de ses envolees parfois il me rend malade car il est tellement attaque que ses reponses sont un peu faites a l'emporte-piece, est-ce pour autant que je doive le BLAMER et le JUGER A VIE ? un "shalom-archav" n'aurait JAMAIS REPONDU a la BINOCHE de la maniere qu'a repondu finkel. OK ? (chez moi le tutoiement n'est pas une familiarite mais un mode de vie, alors ne le prenez mal)
Envoyé par jocelyne d'ganya - le Dimanche 31 Août 2008 à 12:58
aucun philosophe n'a ELABORE de concept philosophique. si je me trompe, donne-moi des citations pour que je puisse Embarrassé de HONTE et avoir le plaisir de presenter mes excuses. Sourire claude levis-strauss zal., lui-meme, a dit vers la fin de sa vie que tout ce qu'il avait ecrit n'etait que des idioties et folies. je te laisse visionner cette petite video - benny levy et ardisson - :
http://www.dailymotion.com/video/x1ke2y_rabbi-akiva-vs-ardisson_dating
mais, dans cet interview benny levy fait aussi une grave erreur car il dit qu'il aurait mieux fait d'etudier rabbi akiva a la place de platon et moi, pauvre ridicule, je dis que s'il avait etudie la TORAH, il n'aurait pas fait ce lapsus. < VANITE DES VANITES, A DIT KOHELETH,........ CE QUI A ETE C'EST CE QUI SERA ; IL N'Y A RIEN DE NOUVEAU SOUS LE SOLEIL ! ( comprend qui veut comprendre ).
car que b. levy etudie rabbi. akiva ztkl. ce ne sont QUE SES COMMENTAIRES qu'il etudie, que des commentaires sur un veritable CONCEPT qui est la TORAH, et recherches sur ce merveilleux livre qu'est le TANA'H ecrit par QU Id'ailleurs ??? Clin d'oeil
Envoyé par jocelyne d'ganya - le Dimanche 31 Août 2008 à 13:22
- Akiba est aussi une autorité maîtresse en matière de tradition juive et de Loi orale. Le Talmud n'hésite pas à faire dire à Moïse, dans le Traité Mena'hot, que c'est à Rabbi Akiva que la Torah aurait dû être donnée. C'est lui qui commence à classifier et hiérachiser les diverses traditions orales éparses en "ordres", contribuant donc à l'élaboration de la Mishna et du Midrash halakhique. Il établit les fondations de la controverse mishnaïque, dans lesquelles deux ou plusieurs sages, ou écoles, débattent d'interprétation biblique ou de fixation de règles halakhiques (normatives). ( VOILA, AUCUN CONCEPT que du travail d'archiviste ) bon je plaisante, ce que fit rabbi akiva est un TANNA qui se voua entierement a l'etude de la TORAH et c'est lui qui a la suite de ses etudes fit : LA KABBALAH ! doit-on pour autant dire qu'il a cree un CONCEPT ?
mais que sont ces philosophes ? " comme disait mon pere zal. prenant l'accent arabe : phi-le-oeufs ? de quels oeufs parle-t-il ? la je rejoins ta pensee jean : les philosophes ne sont en fait que des penseurs... qui reflechissent et creusent sur des CONCEPTS mais ne les CRAIENT POINT ! je n'adule aucun etre humain mais, lorsqu'une personne prend sur lui de clamer haut et fort ce qui ne va pas dans la societe, sachant qu'il va etre DECRIE par la majorite, et continue son analyse, malgre les huees la je dis bravo. c'est tout simple.

Envoyé par jocelyne d'ganya - le Dimanche 31 Août 2008 à 13:41
Jocelyne
Si tu permets à l'un de tes supposés ennemi de t'écrire je te conseille de relire Emmanuel Levinas et tu verras que des vérités sont contenus dans sa philosophie il en va de même de Michel de Montaigne ou de Spinoza (excomunié du Judaisme). Maimonide le Rambam découvrit une partie de la vérité dans Aristote en particulier pour l'étude du corps humain.
Oui j'approuve totalement que tous les joyaux sont dans la Torah et de plus facilement lisibles. Mais il faut une sacré force de caractère pour que des gens de la qualité de béni Levy abjure ses fantasmes de jeunesse et retourne tout comme Rabbi Akiba à l'étude de la sainte torah et de ses enseignements si fondamentaux.
Alain Finkielkraut est en chemin également comme le fut JP Sartre ou Déridas ouvrons leur le chemin.
j'ai entendu une fois A. FINKELKR. affirmer que s'il existait qu'un livre à étudier ce serait la Torah et je suis tout à fait d'accord. Parfois sont tortueux mais l'effort deu retour aux sources n'en est que plus méritoire.
La philosophie est le couteau qui permet de déchirer le voile, souhaitons que d'autres participent à cette haute discussion et nous apporte leurs lumières n'est ce pas M. Elie JE PENSE QUE VOUS AVEZ BEAUCOUP 0 NOUS APPORTER EN LA MATIERE.
Envoyé par Joseph_015 - le Dimanche 31 Août 2008 à 13:42
VOICI UN EXEMPLE D'HUMILITE : RABBI AKIVA ET IL NE SE DISAIT PAS " PHILOSOPHE " Clin d'oeil
Rabbi Akiva (ou Rabbi Akiba) est l'une des figures les plus remarquables du judaïsme du IIe siècle. Né en Palestine, au Ier siècle, on lui attribue un livre sur la Création, ainsi qu'une grande partie de la Mishna, recueil de traditions antiques. On le regarde comme le père de la Kabbale.

Akiba est aussi une autorité maîtresse en matière de tradition juive et de Loi orale. Le Talmud n'hésite pas à faire dire à Moïse, dans le Traité Mena'hot, que c'est à Rabbi Akiva que la Torah aurait dû être donnée. C'est lui qui commence à classifier et hiérachiser les diverses traditions orales éparses en "ordres", contribuant donc à l'élaboration de la Mishna et du Midrash halakhique. Il établit les fondations de la controverse mishnaïque, dans lesquelles deux ou plusieurs sages, ou écoles, débattent d'interprétation biblique ou de fixation de règles halakhiques (normatives).

Grand leader politique farouchement opposé au pouvoir romain, il prend le parti de Bar-Kokheba, qui dirige une révolte juive contre les Romains. Akiba est pris car il continue a enseigner la Torah et former de nouveaux rabbins (ce que les romains ont interdit sous peine de mort) et vivant, les romains le découpent en lamelles; il décède en prononcant la derniere lettre de la 1re phrase du Chema Israel (profession de foi de la loi juive) en l'an 135 de cette ere chretienne. Il était alors, selon le Talmud, âgé de 120 ans.

Sommaire [masquer]
1 Biographie (basée sur le Talmud)
2 L'expérience mystique des quatre du Pardès
3 Place dans la Mishna
4 Quelques enseignements
5 Littératures



Biographie (basée sur le Talmud) [modifier]
Fils d'un prosélyte (re)nommé Joseph, Akiva est, jusqu'à ses 40 ans, un paysan, profondément pieux mais totalement ignorant. Dans cette période, il aime à répéter (Traité Pessa'him 49 b) :"Ah, puissé-je rencontrer un talmid 'hakham (disciple des sages) et le mordre comme un âne!" Il travaille au service de Kalba Savua, ainsi nommé du fait de son hospitalité. Akiva est amoureux de sa fille Rachel, qui, charmée par sa modestie et sa bonté, sent derrière cette façade fruste un esprit brillant.

Un jour, se désaltérant à un puits, cet homme simple qui, à 40 ans, n'a rien appris ni répété, s'émerveille devant une pierre trouée par l'eau qui coule sur elle goutte à goutte. "Si cette petite goutte peut trouer la pierre, se dit-il, qu'en est-il de mon cœur, de chair et de sang? Ne peut-il pas être pénétré des enseignements de la Tora?" Rachel le renforce dans cette voie en lui promettant de l'épouser s'il part étudier. Leur mariage a donc lieu secrètement, et Akiva part étudier. Kalba Savua ne tarde pas à l'apprendre, et devant cette mésalliance, déshérite sa fille (unique) et fait vœu de ne plus la revoir. Rachel consent volontiers à ce sacrifice, et vit dans le dénuement le plus extrême, obligée de vendre ses cheveux pour subsister.

Akiva, âgé de 40 ans, commence ses études dans les classes primaires,avec les enfants.Ceci sera l'un de ses traits caractéristiques : s'étonner de tout, poser des questions comme un enfant et ne rien prendre pour acquis. Douze ans plus tard, douze mille disciples boivent aux sources des enseignements de celui qui, s'il n'est pas encore reconnu comme le plus grand des sages de sa génération, est déjà le modèle quintessentiel du Ba'al Tshouva (celui qui retourne à la foi) et en inspire bien d'autres. Arrivé devant sa maison, il surprend une conversation entre sa femme et un voisin : "Combien de temps vas-tu vivre comme une veuve, alors que tu es encore mariée?" "S'il m'entendait, je lui dirais d'étudier douze ans de plus" répond-t-elle. Considérant cela comme une marque d'assentiment de sa part, Rabbi Akiva repart étudier 12 ans de plus.

12 ans plus tard, et douze mille disciples de plus, le Sage rentre chez lui. Sa femme, qui veut l'accueillir est raillée par ses voisines sur la pauvreté de sa tenue. "L'homme juste connaît l'esprit de ses bêtes domestiques" (Proverbes 12:10) répond-t-elle (pas très féministe, mais cette modestie qui va jusqu'à l'humilité la plus abysmale est récurrente chez Rachel, qui rappelons-le, a vécu 24 ans dans le plus total dénuement après avoir été la fille de l'un des plus riches habitants de Jérusalem). Des étudiants, faisant office de service de sécurité, veulent éloigner cette gueuse se présentant devant leur maître. Il leur dit : "Ce qui est à moi et ce qui est à vous est à elle". Un autre homme, désespéré du vœu qu'il a formulé 24 ans plus tôt à l'égard de sa seule fille, entendant la venue d'un grand homme dans la ville, se presse d'aller à sa rencontre,espérant qu'il pourra annuler son vœu, ce qui est possible si les circonstances ont tant changé qu'elles rendent le vœu originellement formulé nul. Rabbi Akiva lui demande : "Si tu avais su que son mari deviendrait un grand homme, aurais-tu fait ce vœu?" Kalba Savua répond : "Même s'il avait connu un seul chapitre, une seule mishna" Rabbi Akiva répond : "C'est moi" Kalba Savua se prosterne, lui baise les pieds, et lui fait don de la moitié de ses possessions (d'après le traité Ketubot, 62b-63a).

Malheureusement, l'occupation romaine durcit son joug. Lorsqu'un nommé Shimon bar Kobeza se dresse, Rabbi Akiva voit en lui le Messie et lui donne le nom de bar Kohba (fils de l'astre), d'après le verset (Nombres 24:17): "Un astre s'élève de la maison de Jacob". Toute une génération d'élèves de Rabbi Akiva suit Bar Kokhba, et périt : la révolte est impitoyablement réprimée, et l'étude de la Tora interdite par les Romains.

Rabbi Akiva, au mépris des conséquences, continue à enseigner publiquement la Loi et forme une seconde génération de disciples.

A celui qui s'étonne de ce mépris du danger, Rabbi Akiva répond sa parabole la plus célèbre : Un renard, voyant un poisson se débattre pour échapper aux filets des pêcheurs, lui dit : "Poisson, mon ami, ne viendrais-tu pas vivre avec moi sur la terre ferme?" Le poisson lui répond : "Renard, on te dit le plus sage, mais tu es le plus sot des animaux. Si vivre dans l'eau (allégorie de la Tora) qui est mon élément m'est difficile, que crois-tu qu'il en serait sur la terre?"

Arrêté par Tornos Rufus, et condamné à être écorché vif, Rabbi Akiva meurt le Shema Israël aux lèvres. A ses disciples qui lui demandent : "Rabbi, cela doit-il aller jusque là?", il répond : "Toute ma vie, je me suis demandé ce que signifiait le verset (du Shema) 'Tu aimeras Dieu de toute ton âme'. Même s'il doit t'en coûter ton âme! Je disais:quand vais-je rencontrer une situation qui me permettra de l'accomplir? Et maintenant que je l'ai trouvée, je ne l'accomplirais pas?"

Il expira en prononçant le mot "E'had" (Un). Selon le traité Berakhot (61b), une voix céleste annonça : "Sois béni, Rabbi Akiva, dont la vie a terminé avec E'had"


L'expérience mystique des quatre du Pardès [modifier]
Une baraïta rapporté dans le traité Haguiga 14b, et Haguiga Yeroushalmi 2,1 décrit l'expérience conduite par Rabbi Akiva et suivie par trois de ses disciples :

Nos Sages ont enseigné : 4 hommes sont entrés au Pardès : Ben Azaï, Ben Zoma, A'her et Rabbi Akiva.
Rabbi Akiva leur dit : "Lorsque vous arriverez devant des pierres de marbre pur, ne dites pas : 'De l'eau, de l'eau', car il est dit : 'Celui qui débite des mensonges ne subsistera pas devant Mes yeux' (Psaumes 101:7).
Ben Azaï contempla (la gloire divine) et mourut. A son propos, il est écrit : 'Une chose précieuse aux regards de l'Eternel, c'est la mort de ses pieux serviteurs' (Psaumes 116:15).Ben Zoma contempla et perdit ses esprits. A son propos, il est écrit : 'As-tu trouvé du miel, manges-en à ta suffisance, mais évite de t'en goinfrer, tu le rejetterais' (Proverbes 25:16).A'her coupa les racines (renia sa foi). Rabbi Akiva entra en paix et sortit en paix.

L'interprétation rapportée par le Rav Adin Steinsaltz dans "Personnages du Talmud" et communément admise est la suivante:

Le décès de Ben Azaï correspond à l'effondrement physique, la perte de raison de Ben Zoma à l'effondrement psychologique et le reniement de la foi par Elisha Ben Avouya (qui, dès lors, sera connu sous le sobriquet d'A'her) à l'effondrement spirituel.

Cette baraïta se veut une mise en garde sur les trois types de risques qui guettent celui qui tente l'expérience mystique. Pénétrer le jardin secret de la connaissance n'est chose ni aisée ni sans danger. Seul Rabbi Akiva qui entra en paix avec lui même pu sortir indemne de cette élévation mystique comme il est dit: "Rabbi Akiva entra en paix et sortit en paix". Celà signifie que Rabbi Akiva avait atteint un niveau de plénitude qui fit qu'il pu absorber physiquement la charge émotionnelle de la montée au Pardes, sa stabilité psychologique lui permis de garder la raison face à ce qu'il comptempla et sa foi indéfectible le prémuni du reniement.

L'interprétation la plus courante est que Pardès (en Hébreu, le jardin, mais de ce mot dérive "Paradis") est l'acrostiche des quatre niveaux d'interprétation de la Torah :

pshat - sens simple, dont un verset ne se départit jamais (selon le traité Shabbat 63a)
remez - sens allusif,
drash - "allégorèse",
sod - sens secret
Le message est alors clair : la spéculation mystique ne s'aborde pas sans discernement, et l'érudition est insuffisante à l'octroyer.
Cependant, la Jewish Encyclopedia estime que le voyage des "quatre", comme l'ascension d'Enoch et de tant d'autres pieux, est à prendre à la lettre. "Pénétrer le jardin d'Eden" (autre terme pour paradis) était une expression commune à l'époque (cf. Derekh Eretz Zouta i.; Avot deRabbi Nathan 25.) pour désigner un moment d'exstase au cours duquel le sage se trouve au sein des cieux.


Place dans la Mishna [modifier]
Il appartient à la troisième génération de Tannaïm, selon le comput du Rambam.

Il recueillit les enseignements de Rabbi Nahoum de Gamzou, Rabbi Eliezer ben Hyrcanos, Rabbi Yehoshoua ben 'Hananya, et peut-être de Rabbi Tarfon, mais selon d'autres, celui-ci n'était que son contemporain d'étude.

Il forma de nombreux Sages :

Shimon ben Azaï, Shimon ben Zoma,Elisha ben Avouya
Rabbi Meïr, Rabbi Shimon bar Yohaï, Rabbi Eleazar ben Tsadok, Rabbi Eleazar ben Azarya, sa "deuxième génération" de disciples, la première étant morte d'épidémie
Rabban Gamliel, Rabbi Yehuda ben Beteira, Rabbi Yochanan ben Nuri, Rabbi Yosei Haglili, Rabbi Ishmael, Rabbi Juda bar Ilaï, et peut-être Rabbi Yehuda haNassi lui-même.
le Talmud lui attribue l'initiative, ou au moins un rôle décisif, dans le compilation de la Mishna : "A quoi ressemble la vie de Rabbi Akiva? - A un paysan qui part avec son panier. Il trouve de l'orge - il l'y met, de l'avoine - il l'y met, du son - il l'y met, des fèves - il les met, des lentilles - il les met. Lorsqu'il rentre chez lui, il les trie, orge avec orge, avoine avec avoine, son avec son, fèves avec fèves, lentilles avec lentilles. C'est ce que fit Rabbi Akiva, qui rangea la Torah règles par règles " (Avot deRabbi Natan ch. 18; Talmud de babylone, traité Guittin, 67a).

Rabbi Akiva eut de nombreuses controverses, tant avec ses maîtres que ses étudiants et ses collègues. De manière générale, "lorsque Rabbi Akiva dispute avec un seul sage, la halakha est fixée selon son opinion, mais lorsqu'il débat avec plus d'un sage, ce n'est pas le cas."


Quelques enseignements [modifier]
Tu aimeras ton prochain comme toi-même. C'est une grande règle dans la Torah
Un païen demanda un jour à Rabbi Akiva: 'Qui a créé le monde?'
'Dieu a créé le monde,' répondit Rabbi Akiva.
'Prouve-le-moi!'
'Reviens me voir demain,' lui répondit Rabbi Akiva.

L'homme revint le lendemain. Rabbi Akiva lui demanda:
'Que portes-tu?'
'Une cape, comme tu peux le voir.'
'Qui l'a faite?'
'Le tisserand, bien évidemment.'
'Je ne te crois pas, prouve-le-moi!' dit Rabbi Akiva
'De quelle preuve as-tu besoin? Ne vois-tu pas que c'est le tisserand qui a fait cet habit?'

'Alors pourquoi me demandes-tu une preuve que Dieu créa le monde? Ne vois-tu pas que c'est le Saint, béni soit-Il, qui l'a créé?"

Littératures [modifier]
"Personnages du Talmud" du Rav Adin Steinsalz
Dans ses Mémoires d'Hadrien, Marguerite Yourcenar imagine une rencontre d'Hadrien et de Rabbi Akiba (p. 209-210 de l'édition Folio)
Envoyé par jocelyne d'ganya - le Dimanche 31 Août 2008 à 13:44
Rav Adin Steinsalz n'est pas que le chef du sanhédrin il est bien plus encore attendons qu'il se révèle totalement.
Envoyé par Joseph_015 - le Dimanche 31 Août 2008 à 13:51
jocelyne d'ganya

A tous voila ce qui rend notre peuple fort. Les propos à tenir sur cite devraient tous etre de cette hauteur.
travail, recherche, connaissance sublimation de la pensée. Je vous en prie encore et encore.
Envoyé par Joseph_015 - le Dimanche 31 Août 2008 à 13:55
Le compte de ce membre a été suspendu.
Envoyé par Jean_010 - le Dimanche 31 Août 2008 à 14:49
Le compte de ce membre a été suspendu.
Envoyé par Jean_010 - le Dimanche 31 Août 2008 à 15:12
Le compte de ce membre a été suspendu.
Envoyé par Moshé_002 - le Dimanche 31 Août 2008 à 16:15
Ajouter votre commentaire !
Adresse email :
Mot de passe :
Votre commentaire : 0/1500 caractères
Ajouter le smiley Sourire Ajouter le smiley Rigole Ajouter le smiley Choqué Ajouter le smiley Clin d'oeil Ajouter le smiley En colère ! Ajouter le smiley Embarrassé Ajouter le smiley Tire la langue Ajouter le smiley Star Ajouter le smiley Triste
Vous devez être membre de Juif.org pour ajouter votre commentaire. Cliquez-ici pour devenir membre !
Membre Juif.org



Tags Vidéo



Dernière mise à jour, il y a 8 minutes